home | Facteurs de pianos en France


 

ROLLER & BLANCHET
à Paris (°1826)

1833

Piano forti di nuova forma, di ROLLER e BLANCHET.

"I piano forti a coda se danno gran voce piena e rotonda sono però spesso d' incomodo per la loro gran mole occupando uno spazio vasto; quelli piccoli, detti per la loro forma a tavolino, han poca voce e men buona; si variò quindi in varie guise la forma di tali strumenti per ottenere un che di mezzo fra le due dimensioni accennate, e si fecero ma con poca riuscita i piani a mezza coda.

Finalmente si pensò a disporre le corde verticalmente al di sopra della tastiera, e costruironsi piano forti verticali.

Questi però devono essere appoggiati al muro, chè nel mezzo della stanza farebbero assai trista comparsa.

A rimediare a tal inconveniente pensarono i fabbricatori parigini, e vi riuscirono ponendo le corde verticalmente e facendole giungere fino quasi in terra, lasciando con ciò loro lunghezza notabile ed una vasta cassa sonora, senza che siano di grande ingombro. Un arco incurvato nel mezzo lascia luogo ai pie' di chi suona.

Non descriveremo il meccanismo ingegnoso per cui la tastiera, posta ad una altezza conveniente, pone in moto i martelli e gli smorzatori, ciò che difficilmente si potrebbe dare ad intendere senza tavole e che d'altronde potrà facilmente imaginarsi dai fabbricatori. Ci basta aver notato questa innovazione nella forma esterna che a noi pare giudiziosissima. (Bull. de la Soc. d'Enc.)" Giornale di belle arti e tecnologia, 1833, p. 179

1837

rue Mouffetard, n° 104

"Maison de la Charité - à Chantilly  [...] Nous ne nous occuperons plus des maisons situées au nord de la rue, mais seulement de la maison dont nous traçons l'historique et à laquelle les deux jardins de droite et de gauche furent rattachés.

Le 31 août 1824, M. Moret et Marie-Joséphine Campion, sa femme, vendent à Pierre-Paul-Antoine Chevalier et à Adélaïde-Edme Rivière, sa femme, demeurant à Paris, rue Mouffetard, n° 104 une belle maison de campagne située à Vineuil, ayant deux entrées sur la grande rue, dont une par une grille de fer et l'autre par une petite porte pratiquée dans le mur de clôture, consistant en un vestibule, une chambre à coucher, une salle à manger, un salon, une bibliothèque et une salle de bain au rez-de-chaussée, six chambres au premier étage, un grenier au-dessus dans lequel sont pratiquées des chambres de domestiques, le tout couvert en ardoises un bâtiment séparé du corps de logis principal par une petite cour, lequel bâtiment est composé d'une cuisine, un office, un garde-manger, une chambre de domestique au-dessus de la cuisine, une salle de billard au-dessus de l'office, le tout couvert en tuiles une galerie vitrée communiquant de la cuisine avec le vestibule du corps de logis principal un jardin anglais dans lequel se trouvent un petit canal et quatre serres sous terrasse; sur la première terrasse sont une écurie et une remise, une petite cour derrière, dans laquelle il y a un poulailler et un trou à fumier.

Le 8 août 1837, la propriété fut vendue par M. et Mme Chevalier, au prix de 26.000 francs, à M. Nicolas Blanchet, fabricant de pianos à Paris; puis par M. Blanchet et au même prix, le 2 juin 1840, à M. Jacques-Henri-Gabriel, marquis de Bellissen, demeurant à Paris, place Bellechasse, n° 13." Comptes-rendus et mémoires; Comité archéologique de Senlis, 1913, p. 18 (Gallica)

 

1845

Liste de fabrication de pianos en 1838

"Voici dans quelles proportions ces quatre mille pianos de fabrication française sont produits par les différentes manufactures citées dans l'article qui précède :

Pleyel et compagnie, facteurs du roi à Paris

800

Erard

300

Henri Pape

250

Roller

200

Bernhardt

200

Bell

100

Soufleto

100

Petzold

50

Cinquante ou soixante facteurs, dont l'espace ne nous permet pas de citer les noms, à Paris et dans quelques villes de départements, ensemble 2,000 Total 4,000.

On n'attend pas sans doute de nous que nous signalions ici les qualités qui distinguent les instruments sortis de ces divers ateliers, ou celles qui leur manquent; nous nous bornerons à trois ou quatre noms que le public a depuis longtemps mis hors de ligne. [...]

Les pianos droits de Roller ont de la vibration et de la force, surtout relativement à leur grandeur. Le mécanisme en a été singulièrement perfectionné depuis quelques années, mais il laisse toujours à désirer sous le rapport de la solidité. [...]" Pélopidas - Picard, 1838, p. 484-485

dans  'Galerie historique et critique du dix-neuvième siècle', par Henry Lauzac, 1865, p. 107-112

1845

"PIANO-FORTE. Riforma fatta da Roller e Blanchet. — I pianiforti a coda se danno gran voce piena e rotonda sono però spesso d'incomodo per la loro gran mole occupando uno spazio vasio; quelli piccoli, detti per la loro forma a tavolino, hanno poca voce e men buona; si variò quindi in varie guise la forma di tali strumenti per ottenerne uno di mezzo fra le due dimensioni accennate, e si fecero, ma con poca riuscita, i piani a mezza coda.

Finalmente si pensò a disporre le corde verticalmente al di sopra della tastiera, e costruironsi piani-forti verticali. Onesti però devono essere appoggiati al muro, ché nel mezzo della stanza farebbero assai trista comparsa.

A rimediare a tale inconveniente pensarono i fabbricatori parigini, e vi riuscirono ponendo le corde verticalmente, e facendole giungere fmo quasi in terra, lasciando con ciò loro lunghezza notabile ed una vasta cassa sonora, senza che siano di grande ingombro.

Un arco incurvato nel mezzo lascia luogo ai piedi di chi suona.

Non descriveremo il meccanismo ingegnoso per cui la tastiera, posta ad un'altezza conveniente, pone in moto i martelli e gli smorzatori, ciò che difficilmente si potrebbe dare ad intendere senza tavole, e che d'altronde potrà facilmente immaginarsi dai fabbricatori.

Ci basta aver notato questa innovazione nella forma esterna che a noi pare giudiziosissima (Bull. de la Soc. d'Enc.)" Dizionario enciclopodico tecnologico popolare, Volume 4, 1845, p. 211

1852

PIANO ENHARMONIQUE

"A la demande de Bottée de Toulmon et de M. Vincent, auteur de travaux intéressants sur la musique des Grecs, M. Roller, facteur de piano de grand mérite, de la maison Roller et Blanchet de Paris, a construit un piano enharmonique pour la démonstration de la réalité de ce système de la musique antique.

Le célèbre compositeur dramatique, M. Halévy, rapporteur de la commission qui fut chargée de l'examen de cet instrument à l'Institut de France, a pensé qu'il était possible de faire usage dans la musique actuelle, du système enharmonique rendu sensible par l'intelligent travail de M. Roller.

Il s'est trompé à cet égard, car le système enharmonique des Grecs, purement mélodique, est inapplicable à notre harmonie, qui résulte des attractions harmoniques des sons. L'erreur de Bottée de Toulmon et de M. Vincent consistait à croire que ces deux enharmonies ont de l'analogie." Revue et gazette musicale de Paris, 07/03/1852, p. 74

1887

"Das vorerwähnte Prachtstück stellt selbst das Pianino Napoleons III. in Schatten, welches seiner werden dürfte. Und weil man bei Kunstwerken den Zeit von Roller & Blanchet Fils geliefert wurde und nach dem unglücklichen Kriege 1870–71 in einer Auktion in Paris von einem Amerikaner, namens Homer Morgan, für 12,000 Mark erstanden wurde. Das Instrument ist jetzt, nach Morgan's Tode, bei dem Antiquitäten-Händler James Graham in New York, 19 E 14th street, ausgestellt. Das ganze Instrument besitzt neben prächtiger Kastenarbeit echte Sèvres-Einlagen und massive Bronce-Ornamente." Musikpädagogische Blatter ...: Zentralblatt fur das gesamte musikalische Unterrichtswesen, 01/12/1887, p. 280

ROLLER & BLANCHET
sur ce site


ARTICLES

INVENTIONS

PUBLICITÉ

EXPOSITIONS

BIOGRAPHIE

POÈME

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
 
pianos français 1800 - 1829


 © Copyright all rights reserved | contact