home | Facteurs de pianos en France


 

PETZOLD Guilaume Lebrecht
de Paris (°1814)

1814

"Forté-pianos, harpes, lyres ou guitares, etc. - Changement de domicile - M - Le sieur Petzold, bréveté, a l'honneur de vous prevenir que, par suite de dissolution de la Société qui existait entre lui et M. Pfeiffer, rue Vivienne, n° . 14, il vient de transporter ses Magasin et Fabrique, Rue St.-Nicaise, N° . 1, à Paris.

Il profite de l'ocassion de cet Avis pour vous entretenir des instruments qu'il a perfectionnés.

Le sieur Petzold, loin d'imiter la limidité sterile de ceux qui ont pour système que, pour arriver plus sûrement, il faut, sans rien innover, suivre les sentiers battus, croit au contraire, que c'est en s'écartant quelquefois de la routine, que l'on atteint la perfection.

Pénétré de ce principe, depuis son arrivée en France il s'est constamment occupé, à force de comparaisons, d'essais et de méditations, du perfectionnement des instruments à clavier, appelés Forté-Pianos.

Il croit inutile de rapporter ici les témoignages de satisfaction que lui et ses ci-devant Associés ont reçus du Conservatoire de musique, par son rapport, signé de MM. Adam, Gossec, Méhul, Catel, Berton, Jadin et Kreutzer.

Il croit également inutile de donner copie des lettres qui leur ont été écrites au même sujet par D. Ex. le Ministre de l'intérieur, Crétet, le 17 octobre 1807, et par le Conseiller-d'état, M. Fourcroy, à la même époque.

Il se bornera à indiquer succinctement des divers Forté-Pianos qu'il a perfectionnés ou inventés, qui se trouvent dans son Magasin.

Savoir :

1°. Piano carré, à deux cordes, 6 octaves, 2 pédales, nouvelle construction, avec clavier à titoir; longueur totale, 3 pieds et demi, largeur, 18 à 20 pouces.
Nota. La dimension du clavier ou la largeur des touches, est comme dans les grands Pianos.

2°. Piano carré à deux cordes, 5 octaves et demie et à 6 octaves, à 2 et à 4 pédales.

3°. Piano carré, à trois cordes, 5 octaves et demie et à 6 octaves, 4 pédales.

4°. Piano triangulaire à 3 cordes, 4 pédales, 5 octaves et demia et 6 octaves.
Nota. Cet instrument, par sa forme régulière et la disposition de son clavier, réunit deux avantages : le premier, de pouvoir le placer partout; le second, de ne point obliger l'exécutant à tourner le dos à la société.

5°. Piano à queue, petit patron, 3 cordes, 5 pédales, 6 octaves et demie.

6°. Idem, grand patron, 3 cordes, 5 pédales, 6 octaves et à 6 octaves et demie.
Nota. Tous ces instruments se construisent aussi avec un tambourin, grelots et sonnettes, et un jeu de trainle, qui se manoeuvrent avec une pédale, et un registre qui s'ouvre et se ferme avec le genou. Ces deux derniers objets, ajoutés au Piano, s'empoient avec avantage dan quelques morceaux de musique, comme marche militaire, danse villageoise, etc. Il construit aussi les pédales desditsinstruments en forme de lyre.

7°. Piano vertical, de forme carrée ou pyramidale, à 3 cordes, 4 pédales, 5 octaves et demie, et 6 octaves avec tambourin et triangle, si on le désire.

Nota. Comme le sieur Petzold a beaucoup travaillé à perfectionner ce dernier instrument, depuis son importation en France, il a cru convenable de rapporter ici ce qui a été dit à peu près, dans une Notice que lui et son ci-devant Associé ont fait la théorie ont démontré que les vibrations des cordes verticales sont plus parfaites et donnent au son plus d'intensité que celles qui, comme dans les Pianos ordinaires, sont placées horizontalement; or, de la disposition verticale des cordes, il doit résulter un son plus gracieux, plus prolongé, qui remplit mieux l'harmonie, et donne au jeu de basson une vérité dont tous les autres Pianos sont bien loin d'approcher.

Les sons de cet instrument, par leur douceur et leur suavité, se marient mieux que ceux de tous les autres Pianos avec la voix humaine; enfin, par la combinaison de ses pédales, ses sons imitent tour à tour ceux de la Harpe, du Glascord et même de l'Harmonica, aussi a-t-il été nommé Harmomélo.

Il restait cependant à cet instrument un défaut qu'il fallait faire disparaître : son clavier, plus élevé qu'ils ne le sont ordinairement, exigeait un siège particulier; cet inconvénient n'existe plus : le clavier est redescendu à la hauteur des autres Pianos, et sa mécanique a été tellement perfectionnée qu'elle égale si elle ne la surpasse pas, celle des Pianos horizontaux.

On doit maintenant prévenir le public que deux nouveaux Pianos sont maintenant en construction. Le premier est à 2 cordes, à 3 octaves et demie, forme d'un nécessaire, avec clavier à tiroir; longueur totale, 21 pouces, largeur, 13 pouces. Il pourra, par ses dimensions et sa forme, se placer partout où l'on voudra, même servir a contenir tous les objets utiles à la toilette.

Le second est un Piano vertical à colonne; qu'on se figure, au centre d'un salon, un piédestal surmonté d'une colonne tronquée, pouvant recevoir pour amortissement un buste ou un vase orné de fleurs ; on aura une idée de cet instrument, qui d'ailleurs, par sa forme régulière et architecturale, est susceptible des plus riches ornements, comme il peut être exécuté dans une très grande simplicité; mais, quelle que soit sa construction, il fera toujours un très bel effet au milieu d'un riche salon.

Le même instrument peut se réduire à des proportions qui le rendent tout-a-fait portatif, et permettent de le placer sur tous les meubles possibles.

Enfin, on offre aussi à la curiosité des amateurs un pupitre officieux qui, au moyen d'un pression légère sur une pédale, tourne lui-même les feuillets d'un cahier de musique.

Avant de terminer cet Avertissement, le sieur PETZOLD doit vous prévenir que ses Pianos ne laissent rien à désirer, tant du côté de la solidité et de la beauté, que de la qualité du son ; ils se distinguent surtout par l'invariabilité de leur accord, la perfection de leurs marteaux à échappement, la légèreté. des touches de leur clavier, et la promptitude avec laquelle ils obéissent et font parler les cordes.

A l'égard du clavier, il doit encore vous annoncer que le clavier de ses Pianos diffère de ceux des autres Pianos, en ce que le clavier des siens est construit depuis un bout jusqu'à l'autre sur le même système, tandis que dans la plupart des Pianos que l'on construit journellement, la dernière octave se trouve renversée, d'où il résulte que cette dernière octave est non seulement sourde, mais même d'une qualité de son différente des autres octaves.

Il est aussi parvenu a augmenter le son ou la voix dans les Pianos carrés, en donnant de l'extension a la table et à la caisse de résonnement, de manière à ce que cette caisse se trouve prolongée sur la totalité du clavier.

Il construit aussi des Harpes Eoliennes, lesquelles placées dans un courant d'air, devant une porte ou une croisée, produisent des sons harmonieux.

On trouvera en outre dans son Magasin, Harpes, Lyres et Guitares dans le dernier goût, à vendre ou à louer.

Il se charge de l'accord des Pianos, et de la commission pour la province et les pays étrangers, ainsi que de la réparation de tous les instruments à clavier." Pub. ca. 181
4

1822

"Petzold, Pianos, rue d'Orléans St.-Honoré, n° 13. - Facteur de Pianos de S. A. R. feu Mgr. le duc de Berry et de S. A. R. Mgr. le duc de Bordeaux.

S'est acquis une réputation méritée, pour l'excellente confection de ses Pianos; il est le seul qui ait porté à un si haut degré de perfection, ces instrumens de forme carrée, à table d'harmonie prolongée, mécanisme à échappement, tant pour la qualité des sous moelleux et forts, que pour leur beauté et leur solidité.

La bonté de son système l'a fait adopter, en partie, par la plupart des fabricans. Les nombreux témoignages de bienveillance, et les encouragemens que M. Petzold a reçus du Gouvernement, d'un grand nombre de personnes de la plus haute distinction, et des premiers artistes de la Capitale, qui font usage de ses instrumens, sont une preuve irrécusable de l'intérêt qu'inspire son bel Établissement.

Couronné, en 1817, par l'Athénée des Arts, il en a reçu en, même temps, une médaille d'encouragement." Bazar Parisien, ou Annuaire raisonné de l'industrie des premiers artistes et ..., 1821, p. 395   et également dans Bazar parisien, ou Annuaire raisonné de l'industrie des premiers artistes et fabricans de Paris : offrant l'examen de leurs travaux, fabrications, découvertes, produits, inventions, etc., 1822, p. 415 (Gallica)

1826

"PETZOLD, rue d'Orléans-St.-Honoré, n. 13. Facteur de pianos de S. A. R. feu Mgr. le duc de Berri et de S. A.. R. Mgr. le duc de Bordeaux.

Il s'est acquis une réputation méritée, pour le confection de ses pianos; il a porté en haut degré de perfection ces instrumens de forme carrée, à table d'harmonie prolongée, et mécanisme à échappement, tant pour la qualité de leurs sons que par leur beauté et leur solidité.

Les encouragemens que M. Petzold a reçus du gouvernement, d'un grand nombre de personnes de distinction et des premiers artistes de la capitale, qui font usage de ses instrumens, sont une preuve de l'intérêt qu'inspire son établissement.

Il reçut, en 1817, une couronne et une médaille de l'Athénée des arts; et en 1823, une A [médaille d'argent] du Jury, pour prix de ses heureux perfectionnemens." Bazar parisien, ou Annuaire raisonné de l'industrie des premiers artistes et fabricans de Paris : offrant l'examen de leurs travaux, fabrications, découvertes, produits, inventions, etc., 1826, p. 441 (Gallica)

1828

"Petzold, r. Grange-Batelière, 1. Membre de l'Athénée des Arts, facteur de pianos, reçut en 1817 une couronne et une médaille, en 1823 une méd. d'arg. du jury pour prix de ses perfectionnemens, Facteur de madame et du duc d'Orléans, méd. d'arg. à l'Athénée en 1817 et à l'exp. 1827." Répertoire du commerce de Paris, ou Almanach des commerçans, banquiers, négocians, manufacturiers, fabricans et artistes de la capitale, 1828, p. 567 (Gallica)

1830

"Le piano sur lequel les divers morceaux ont été accompagnés était une soi-disant nouvelle invention de M. Petzold. Il m'a paru que c'était un piano comme tous les pianos, avec cette différence qu'il était fort bon.

Cependant, il faut le dire, un piano carré est trop faible pour accompagner des chanteurs les pianos à queue sont beaucoup préférâbles pour cet usage." Revue musicale, 1830, p. 593 (Gallica)

1833

"Les nombreux essais que M. Petzold a tentés pour perfectionner la fabrication des pianos, ont toujours eu un succès qui lui ont mérité des médailles et une vogue soutenue.

On ne peut donner à cet instrument une plus grande solidité, une plus belle qualité de sons.

M. Petzold vient d'inventer des pianos d'un nouveau système, qui consiste dans un double chevalet sur la table d'harmonie, construction qui, en doublant la longueur des cordes, augmente et prolonge considérablement les vibrations, et donne à la partie de dessus une qualité bien supérieure.

Les magasins sont toujours rue Grange-Batelière, n°1." Journal des artistes, 20/01/1833 (Gallica)

1838

Dans une annonce de JACQUET-FEVROT à Lyon en 1838 :

"PETZOLD. Pianos à 5 cordes, 6 octaves ½, palissandre très-riche et marqueteries.
Id. ici. id. id. riche et filets blancs.
Id. id. à 2 cordes et 3 dans les dessus, 6 oct. ½, palissandre riche et filets blancs.
Id. id. à 2 cordes et 3 dans les dessus, 6 Octaves ½, courbary riche et fil. blancs." L'entr'acte, 30/09/1838, p. 5

1842

"Prix fixe jusqu'au 1er avril 1843. Vente à très bas prix, avec garantie, pour cause de fin de bailet cessation de commerce, d'un très grand nombre de BONS PIANOS neufs et d'occasion, fabriqués par Petzold, rue Grange-Batelière, 1, à Paris.

Pianos à queue, 3 cordes, 6 octaves ½, de 1,200 à 1,400 fr.

Pianos carrés, 2 et 3 cordes, 6 octaves ½, de 600 à 1,400 fr.

Pianos droits, 6 octaves et 6 octaves ½, de 250 à 500 fr.

Pianos carrés d'occasion, 2 et 3 cordes, de 250 à 500 fr.

Pianinos, 6 octaves ½, de 500 à 800 Fr."
Journal des débats politiques et littéraires, 08/10/1842, p. 4 (Gallica) et La Presse, 15/10/1842, p. 4 (Gallica)

PETZOLD
sur ce site

ARTICLES

PUBLICITÉ

INVENTIONS

SALLE DE MUSIQUE

Cliquer sur les liens ci-dessus

Pour les références voyez la page
pianos français 1800 - 1829


 © Copyright all rights reserved | contact