home | Facteurs de pianos en France


 

ROGEZ Charlemagne Emmanuel
à Paris (°1834)

1835

"Aux pères de famille qui veulent donner des étrénnes durables et utiles à leurs enfans, nous recommandons les excellens pianos de M. Rogez, rue de Seine, 32.

Ce facteur, dont les instrumens sont prisés par les artistes et les amateurs à l'égal de ceux de Pleyel et d'Érard, et qui ont, en outre, l'avantage d'être à bien meilleur marché, a fait faire de grands progrès à la fabrication. Ses pianos, grâce à un mode de construction particulier, tiennent l'accord très long-temps, ce qui dispense de recourir aussi souvent à l'accordeur.

Ils ont, en outre, une excellente qualité de son, et la partie extérieure de l'instrument est fabriquée avec un soin et une élégance qui le rendent propre à orner les plus beaux appartenons.

M. Rogez est classé aujourd'hui parmi nos meilleurs facteurs. On trouve dans ses magasins de nombreux pianos à louer, à des prix très modérés." L'Indépendant, 31/12/1835, p. 2 (Gallica)

1836

"La fabrication des pianos a fait beancoup de progrès depuis quelques années, et la dernière exposition a prouvé que ce genre d'instrumens,graces aux nombreux perfectionnemens dont il a été l'objet, a atteint un degré de perfection qu'il nous paraît difficile de surpasser. Nous signalerons, comme tout-à-fait au niveau des améliorations introduites dans la fabrication, par les industries français et étrangers, les pianos de M. Rogez, rue de Seine-Saint-Germain, 32.

D'utiles innovations, des perfectionnemens notables, et dont les résultats sont appréciés des artistes et des amateurs, ont été tentés par ce facteur, qui recueille aujourd'hui le fruit de dix années de travaux.

Il y a toujours dans ses magasins, un grand nombre d' instrumens tout prêts, et qui se recommendant autaut par la beauté, la pureté du son, que par l'élégance et la modicité du prix. M. Rogez donne des pianos en location." L'Indépendant, 24/03/1836, p. 3 (Gallica)

1837

"Parmi les facteurs de pianos qui ont fait faire depuis quelques années le plus de progrès à cette branche importante de notre industrie, il faut placer M. Rogez, dont les instrumens ont été admirés à la dernière exposition, et que nos meilleurs artistes protègent.

Les pianos de ce facteur réunissent toutes les qualités désirables. Le son en est plein, sonore et vibrant; ils sont construits avec une solidité et une élégance qui ne laissent rien à désirer, et, avant d'être livrés, ils sont essayés par les pianistes l'es plus dignes de confiance.

La fabrique de M. Rogez est placée au centre d'un quartier élégant et riche, rue de Seine-Saint-Germain, 32.

Il n'est point de somptueux hôtel de ce quartier qui ne soit fourni d'un instrument de cet excellent facteur, dont les pianos réunissent tous les perfectionnemens imaginés depuis quelques années, soit en France, soit à l'étranger. On trouve chez lui un grand choix de pianos en location." L'Indépendant 05/03/1837, p. 3 (Gallica)

"ROGEZ, FACTEUR DE PIANOS, RUE DE SEINE SAINT-GERMAIN, N° 24.

La fabrique de Pianos de M. ROGEZ est connue depuis dix années pour la solidité et la qualité de ces instruments qui en sortent.

Ce facteur ne redoute aucune concurrence; ses Pianos ont tente la sonoreite désirable : ils tiennent long-temps leur accord, chose précieuse, et qu'ils doivent à leur bonne conlection, pour laquelle aucun soin n'est épargné. TOUTE GARANTIE DESIRABLE EST DONNÉE." Bulletin colonial : supplément à la Revue du XIXe siècle, 17/09/1837, p. 4 (Gallica)

1840

"Dépôt de Pianos de M. Rogez. - FABRICANT DES MAISONS ROYALES DE PARIS.

M. Rogez ne cherche pas seulement à donner à ses Pianos une belle qualité de son et une forme gracieuse, il s'applique surtout à leur donner une solidité à toute épreuve, avantage sans lequel les autres quatites ne sont rien. Tous ses Pianos sont a sommier prolongé et ont les chevilles à gauche.

Cette distribution rend la corde plus courte et assure une très-grande durée à l'accord : la barre qui sépare le clavier d'avec la table d'harmonie est faite de deux pièces, une mobile et l'autre immobile ; et empêche que l'énorme tirage ne courbe l'instrument.

Outre ses Pianos carrés pour lesquels M. Rogez a obtenu, en 1838, une récompense nationale, ce facteur a encore fabriqé des Pianos droits qui lui ont valu, en 1839, un brevet d'invention et de perfectionnement pour un clavier mobile, d'une construction aussi ingénieuse que solide, et qui se relevant pour produire la fermeture de l'instrument ne donne à un Piano droit que quelques pouces d'épaisseur.

M. Roger s'est, en outre, acquis une réputation méritée par la bonne exécution de ses instrumens (Extrait du rapport du Jury. - Moniteur du 5 août 1839.)

Les personnes qui désireront connaître ces Pianos, qui, outre l'excellence de l'instrument, se recommandent par la modicité du prix, en trouveront un assortiment chez M. Scarzella, rue de la Préfecture, n.° 46, maison Paul Heff, au second.

On y trouvera aussi une collection de Flûtes de Clair Godfroy aîné. Il est important que le public sache que M. Searzella est seul dépositaire de ces instrumens qui se recommandent par leur supériorité reconnue par tous les professeurs. La Flûte Boehm, adoptée maintenant par les Artistes de la capitale, se trouve aussi chez lui." Mémorial des Pyrenées, n° 40, 2 avril, 1840

1842

"Une similitude de nom pourrait faire confondre l'ancienne fabrique de pianos de M. Rogez, breveté du roi, rue de Seine, 32, avec une nouvelle maison dont le nom de Roger fait partie de la maison sociale.

M. Rogez nous prie de déclarer qu'il est complètement étranger à cette maison, et nous profitons de la circonstance pour rappeler que ce facteur a introduit dans la fabrication plusieurs nouveaux perfectionnemens qui ont été brevetés." La Presse, 21/11/1842, p. 4 (Gallica)  - Voir ROGER & FAURÉ (°1840)

1845

"L'un de nos plus habiles facteurs de pianos, M. Rogez, dont les magasins étaient situés rue de Seine-Saint-Germain, vient de les transférer rue Jacob, 31; c'est une nouvelle qui intéresse les nombreuses personnes avec lesquelles il est en relation, et particulièrement les artistes et les amateurs qui voudraient être à même d'apprécier l'excellence et la supériorité de ses instruments." La France Théâtrale, 21/12/1845 (Gallica)

1846

"M. Rogez dont les magasins de pianos sont établies rue Jacob, 31, nous prie d'informer le public que la faillite de MM. Fauré et Roger ne le concerne nullement.

Nous profitons de cette circonstance pour recommander aux amateurs et aux artistes l'établissement de M. Rogez, dont l'excellente réputation est faite depuis vingt-cinq ans." La France Théâtrale, 31/12/1846 (Gallica)  - Voir ROGER & FAURÉ (°1840)

"BREVET D'INVENTION ET DE PERFECTIONNEMENT. - ROGEZ, FABRICANT DE PIANOS - DES MAISONS ROYALES, RUE JACOB, 31, est breveté pour un clavier mobile d'une construction aussi ingénieuse que solide, et qui, se relevant potir produire la fermeture de l'instrument, ne donne à un piano droit que quelques pouces d'épaisseur.

M. Rogez s'est en outre acquis une réputation méritée par la bonne exécution de ses instrumens. (Extrait du Rapport du jury, Moniteur du 5 août 1839.) 

Tous les pianos de M. Rogez sont à sommier prolongé et ont les chevilles à gauche. Cette distribution rend la corde plus courte et assure une très grande durée à l'accord.

La barre qui sépare le clavier d'avec la table d'harmonie est faite de deux pièces, une mobile et l'autre immobile. Cette dernière est en chêne, d'une forie dimension; elle va d'un bout à l'autre du piano, et empêche que l'énorme tirage des cordes ne courbe l'instrument qui, du reste, est garanti par ce facteur pendant deux ans, contre tout accident qui proviendrait de son fait.

Prix des pianos.

PIANOS 3 CORDES, SIX OCTAVES ET DEMIE.
- A queue, six octaves et demie, de 1,800 à 2,000 francs.
- Carres, palissandre, filets en cuivre, riches. 1,500
- Id. courbaril, id. 1,500
- Id. acajou moiré ou moucheté, filets. 1,200
 

PIANOS 2 CORDES, SIX OCTAVES ET DEMIE, A X
- Carrés, palissandre. 1,100
- Id. courbaril. 1,100
- Id. acajou moiré ou moucheté. 900
- Id. ordinaires. 860
 

PIANOS CLAVIERS A BASCULÉS.
- Palissandre, six octaves et demie. 1,400
- Courbaril,, id. 1,100
- Acajou moiré ou moucheté. 1,200
- Ordinaires. 1,100
 

PIANOS DROITS, six OCTAVES ET DEMIE. 
- Palissandre. 1,200
- Courbaril.  1,200
- Acajou moiré ou moucheté, filets. 1,000
- Ordinaires. 900

Emballage 20 francs." La France théâtrale : journal des intérêts artistiques et littéraires, 04/01/1846, p. 4 (Gallica)

1847

"M. Rogez, dont les magasins de pianos sont situés rue Jacob, 31, nous prie d'informer le public que la faillite de MM. Faure et Roger ne le concerne nullement.

On profite de cette circonstance pour recommander aux amateurs et aux artistes l'établissement de M. Rogez, dont l'excellente réputation est faite depuis vingt-cinq ans." Gazette des Tribunaux, 22/01/1847, p. 3 (data.decalog.net)

1856

"ROGEZ, 33, rue Jacob - Pianos droits, petit et grand format, pianos à clavier mobile. - Grande location." Le Luth français. Journal de la facture instrumentale, 1856, p. 8 (Gallica)

1857

Pub dans Le Luth Français, 1857

ROGEZ
sur ce site

EXPOSITIONS
INVENTIONS

PUBLICITÉ

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
Pianos français 1830 - 1839


 © Copyright all rights reserved | contact