home | Facteurs de pianos en France


 

ROGEZ Charlemagne Emmanuel
à Paris (°1834)

1834

PARIS - "N° 168. M. ROGER facteur de pianos, rue de Seine, H. 32. M. Roger expose un piano seulement; il n'a rien inventé, rien innové, persuadé qu'il suffisait pour bien faire de suivre à la  lettre les traditions des grands maîtres de l'art.

M. Roger a construit son piano avec un soin scrupuleux, et a plus cherché a arriver à un résultat tel que les personnes qui cultivent le bel art de la musique devaient l'attendre d'un fabricant consciencieux, qu'à éblouir l'œil par mille ornemens inutiles.

Nous croyons pouvoir assurer qu'il a atteint le but qu'il s'était proposé. Nous recommandons M. Roger aux personnes qui visitent l'exposition; elles trouveront chez lui de bons instrumens et à un prix modéré." Notíce des products de l'industrie française précedée d'une historique des expositions antérieures, 1834

PARIS - "Dans notre tableau comparatif des expositions précédentes on a vu l'immense progrès, quant au nombre des exposans. Il nous reste a examiner celui des instrumens mêmes.

A en croire les annonces brillantes des facteurs de piano, chacun a contribué à avancer son art, chacun a perfectionné quelque chose, ne fût que que la forme des X. I

l n'y a guère que M. Rogez qui avoue n'avoir rien inventé, et son piano n'en est pas moins bon que ceux de beaucoup de ses confrères moins modestes.

Nous ne nous occuperons ici que de ce qui nous semble avoir de l'importance." Gazette musicale de Paris, 1er année n°28, 1834, p. 218

1835

VALENCIENNES - "M. ROGER, Facteur de pianos, à Paris, rue de Seine-Saint-Germain, n° 32.

N° 676. — L'exposant n'a pas été heureux dans le choix du piano qu'il nous a adressé, et, tout en reconnaissant à cet instrument les qualités qui doivent assurer la réputation de son auteur, il manque essentiellement de sons moelleux." Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences et des arts, de l'arrondissement de Valenciennes, 1835 (Expo) (Gallica)

1839

Pianino de Rogez avec un clavier basculant,
présenté sur l'Exposition de 1839 à Paris,

dans 'Panorama de l'industrie française publié par une société d'artistes et d'industriels sous la direction de M. Al. Luca's, 1839, p. 159 (Gallica)

PARIS - "M. Rogez est un de ces hommes modestes, qui poursuivent la tâche de bien faire, sans avoir recours au charlatanisme pour rehausser le mérite de leurs travaux.

A l'exposition de 1834, nous avons vu quelques uns de ses pianos qui, sans rien présenter de nouveau, étaient de fort bons instruments.

Aujourd'hui il y a chez lui progrès; son piano carré a reçu un perfectionnement destiné à rendre l'échappement plus doux au moyen d'une nouvelle disposition du ressort.

Mais c'est surtout le pianino qu'il a cherché à modifier, pour en rendre le volume encore plus petit.

On sait que le pianino, de même que le piano droit, a toujours une saillie produite par le clavier qui est placé en avant du corps de l'instrument.

Cette saillie, quoique de peu de dimension, peut gêner quelquefois quand on a peu de place; la faire disparaître, c'était augmenter l'utilité de ce joli petit instrument.

A cet effet, M. Rogez a donné à l'ensemble du clavier de ses pianinos un mouvement de bascule par suite duquel les touches prennent une position verticale lorsque l'instrument est fermé, et une position horizontale lorsqu'il est ouvert.

De cette manière, le clavier sert à ouvrir ou à fermer l'instrument, en s'abaissant ou se relevant comme l'abattant d'un secrétaire.

Les pianinos aussi construits n'ont lorsqu'ils sont fermés, qu'un pied de [illisible] fondeur à l'endroit du clavier, et seulement huit pot[illisible] pour le reste.

Cette idée rappelle, du reste, les pianos écrans de M. Debain, inventés il y a quelques années, et dans lesquels la saillie du clavier disparaît par une bascule qui se meut de haut en bas.

Les pianos-secrétaires de Petzold ont encore plus d'analogie avec le procédé de M. Rogez, et c'est peut-être à ce célèbre facteur que revient la priorité de l'invention.

M. Rogez a exposé deux pianinos avec clavier à bascule, et un piano carré. Nous n'avons que des éloges à donner à ces instruments, construits avec le soin scrupuleux que M. Rogez apporte à tout ce qu'il fabrique." Revue et gazette musicale de Paris, 22/08/1839, p. 323 - Voir DEBAIN Brevets (Brevet de 1836)

PARIS - "M. Roger, à Paris, rue de Seine-Saint-Germain, 32. - Il expose un piano carré, à trois cordes, et un pianino dont le clavier est à bascule et se relève comme le tablier d'un secrétaire, ce qui fait que l'instrument occupe très-peu de place.

M. Roger est un artiste distigué qui apport beaucoup de soins dans la confection de ses instruments, qu'il livre cependant à des prix modérés." Rapport du Jury Central, Exposition, des produits de l'Industrie Française en 1839, M. Savart, rapporteur, 1839

1840

PARIS - "157. — ROGEZ, facteur de PIANOS, à Paris, rue de Seine-Saint-Germain, n. 32.

Se livre avec un tel succès à la fabrication des pianinos dont le clavier est à bascule et se relève comme le tablier d'un secrétaire, qu'il a été jugé digne d'une mention houorable à l'exposition nationale de 1839.

Ces pianinos, dont un se trouve exposé, occupent fort peu de place, et rendent pourtant une masse de sons tout aussi forts qu'un bon piano carré, ce qui tient aux soins assidus qu'il ne cesse d'apporter lui-même à la confection de ces instruments." 4e exposition des produits des membres de l'Académie de l'Industrie, à l'Orangerie des Tuileries en 1840, p. 71 (Gallica)

1841

VALENCIENNES - "Les pianos se multiplient comme les grains de blé ; outre ceux de MM. Bernhard, Bierstedt et Souffleto [sic], déjà connus à Valenciennes par les dépôts de MM. Noël, Caulier et Mailliol, bijoutier, on en a vu à notre exposition provenant de nouveaux facteurs MM. Rogez et Leblanc, et très-remarquables comme jolis meubles." Mémoires de la Société d'agriculture, 1841, p. 74

1844

PARIS - "M. ROGEZ, à Paris, rue de Seine-Saint-Germain, 32. Cet artiste distingué apporte beaucoup de soin dans la construction de ses pianos.

Le jury accorde à M. Rogez le rappel de la mention honorable qui lui a été décernée en 1839." Rapport du Jury central, Paris Jury central, Imprimerie de Fain et Thunot, 1844

PARIS - "M. Rogez, inventeur du clavier à bascule, n'a cessé d'améliorer les pianos droits, pour la fabrication desquels il a obtenu déjà une récompense à la dernière exposition.

Sa maison a pris, depuis cette époque, un grand développement, grâce à ses soins assidus et au génie pratique qui préside à ses diverses modifications." Archives du Commerce ..., Volume 36, 1845, p. 395-396

ROGEZ
sur ce site

EXPOSITIONS
INVENTIONS

PUBLICITÉ

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
Pianos français 1830 - 1839


 © Copyright all rights reserved | contact