home | Facteurs de pianos en France


 

SILBERMANN
à Strasbourg (°1727)

1875

"Silbermann, weltberühmte Orgelbauerfamilie :

a) Andreas, geb. 19. Mai 1678 zu Frauenstein in Sachsen, hatte seine Werkstätte in Strassburg wo er 16. März 1734 starb.

b) Gottfried, Bruder des vorigen Ä der berühmteste der Familie, geb. 14. Jan. 1683 zu Frauenstein, lernte bei seinem Bruder, etablirte sich 1712 in Freiberg und starb als Hoforgelbauer in Dresden 4. Aug. 1753.

c) Joh. Andreas, Sohn des Andreas, geb., 26. Juni 1712 zu Strassburg, baute gute Orgelwerke im Elsass, gest. 11. Febr. 1783. Sein Sohn, Johann Josias, ebenfalls - Orgelbauer, gest. 3. Juni 1786.

d) Johann Andreas, der zweite Sohn des Andreas, geb. 31. März 1717 zu Strassburg, gieng zu seinem Onkel nach Freiberg, und setzte nach dessen Tod das Geschäft in Dresden fort; baute besonders Pianoforte; gest. 6. Mai 1766." André's Handlexikon der Tonkunst, 1875, p. 228

1899

"Silbermann, célèbre famille de facteurs d'orgues et de pianos, dont les représentants sont :
— 1. Andreas, né à Klein-Bobritzsch, près Frauenstein (dans l'Erzgebirge saxon), le 16 mai 1678, m. à Strasbourg le 16 mars 1784 ; il s'etait établi dans cette ville dans les premières années du XVIII siècle, et construisit trente orgues pour Strasbourg, Bale, Offenbourg, Colmar, etc. n passait pour l'un des premiers facteurs d'orgues de son temps.

— 2. Gottfried, frère du précédent, né à Klein-Bobritzsch, près Frauenstein, le 14 janv., 1688, m. à Dresde le 4 aout 1753; le membre le plus célèbre de la famille. Son père, un charpentier, le destinait au métier de relieur; mais, apres avoir commis quelques polissonneries, S. prit la fuite et se rendit à Strasbourg, auprès de son frere, chez lequel il entra en apprentissage. En 1710, il rentra dans sa patrie et construisit, en 1714, son chef-d'oeuvre : le grand orgue de la cathédrale de Freiberg (45 jeux), ou il élut des lors domicile.

S. a construit quarante-sept instruments, parmi lesquels vingt-cinq a deux claviers manuels et quatre à trois claviers manuels (cathedrale de Freiberg; £glise catholique du Chateau, « Frauenkirche » et Ste-Sophie à Dresde). S. doit une bonne part de sa célébrité au fait que, s'il ne fut pas le premier inventeur du piano à marteaux, il en découvrit le principe d'une façon toute personnelle et independante et que, le premier, il en construisit avec un réel succès, en repandant partout l'usage (cf. piano).

Il faut encore mentionner le Cembal d'amour, parmi les inventions de S. sorte de clavicorde dont les cordes, deux fois aussi longues que celles de l'instrument ordinaire, étaient divisees en deux moitiés par la tangente et, n'ayant point de partie morte (etouffée par les bandelettes de drap), faisaient entendre en la redoublant (avec quelques légere battements) l'octave supérieure du son de la corde entière.

— 3. Johann-Andreas, fils aîné de Andreas S., né à Strasbourg le 26 juin 1712, m. dans la meme ville le 11 févr. 1783; construisit quarante-quatre orguea pour Strasbourg, Colmar, Bale, etc. Il jouissait d'une grande réputation et écrivit aussi une Histoire de la ville de Strasbourg (1775). L'un de ses fils, Johann-Josias (m. le 3 juin 1796), fut son digne successeur. Un petit-fils, Friedrich-Theodor, (né le 5 juin 1816), devint excellent violoncelliste.

— 4. Johann-Daniel, second fils de Andreas S., né à Strasbourg le 31 mai 1717, m. à Leipzig le 6 mai 1766; se rendit, en 1748, à Freiberg, auprès de son oncle Gottfried et s'occupa, apres la mort de ce dernier, de la construction des pianos.

— 5. Johann-Heinrich, fils cadet de Andreas S., né le 24 sept 1727, m. à Strasbourg, le 15 janv., 1799; a'occupa tout specialement de la construction des pianos, d'aprds le systeme de son oncle Gottfried, et les fit connaître en France. Il etait lui-même un excellent organiste, pianiste et même compositeur. Son fils ...

— 6. Johann-Friedrigh, né le 21 juin 1762, m. à Strasbourg le 8 mars 1817; habile facteur d'orgues, aussi bien qu'organiste de talent, à l'église St-Thomas de Strasbourg. Il a composé un Hymne à la paix, des lieder allemands, etc." Riemann Humbert Dictionnaire de musique 1899, p. 770 (Archive.org)

Pour les références voyez la page
pianos français 1700 - 1799


 © Copyright all rights reserved | contact