home | Facteurs de pianos en France


 

KOSKA Joseph
à Paris (°1823)


1823 - 1844

1823

PARIS - "315 M. Dietz, rue de l'Échiquier, n° 34 - 316 M. Koska, rue de Richelieu, n° 10. - 317 M. Roller, rue de Paradis-Poissonnière, n°27. Le jury a cru ne pas devoir séparer ces trois fabricans qui ont présenté des pianos d'une excellente exécution; il appelle sur leurs produits l'attention particulière du jury central." Expo 1823 Rapport du Jury d'admission des produits de l'industrie du Département de la Seine à l'Exposition du Louvre en 1823, 1825, p. 169

PARIS - "925 M. Koska, à Paris, rue de Richelieu, n°. 8 : un Piano carré à griffes de lion et à 60 claves." Exposition Publique Des Produits De L'Industrie Francaise, 1823, p. 94-95

PARIS - "661 M. Koska, rue de Richelieu, n. 11. Un piano à queue à sept octaves, et un piano carré." Expo 1824 Rapport du Jury d'admission des produits de l'industrie du Département de la Seine, 1825, p. 71

1834

PARIS - "M. KOSKA, à Paris, rue des Vieux-Augustins, n° 18. - Un piano carré dans le genre anglais, d'une construction soignée jusqu'en ses moindres détails.

Ce mérite d'exécution est digne de la mention honorable." Expo 1834, Rapport du jury central sur les produits de l'industrie française exposés en 1834, Charles Dupin, p. 291

PARIS - "1489 (755). M. Koska, rue des Vieux-Augustins, 28 [18 ?], à Paris, a reçu une mention honorable.

Ce qui la lui a fait obtenir, c’est que son piano carré admis au concours, était de l'exécution la plus soignée jusque dans ses moindres détails." Le musée artistique et industriel: exposition 1834, p. 193-194

PARIS - "Déjà nous avons signalée les titres de quelques-uns des plus célèbres fabricans de pianos; en dehors de ce cercle de hautes réputations, se trouvent encore des talens estimés des artistes, qu'il est de notre devoir de faire connaître ; de ce nombre est M. KOSKA (rue des Vieux-Augustins, n. 18 ), qui a placé à l'exposition des pianos carrés qui passent pour être comparables aux pianos à queue, soit pour la puissance, soit pour la pureté et l'égalité des sons.

Ces instruments sont à échappement droit, comme ceux de Pleyel, et le marteau est doublé en cuivre ; aussi, ne sent-on pas le contre-coup sous le doigt, et la solidité de ce mécanisme est-elle à toute épreuve; un des fabricans de pianos les plus renommés a annoncé qu il fallait plaquer les tables en cuivre pour les empêcher de jouer. M. KOSKA ne double pas les siennes, et cependant elles ne jouent pas." Le Flâneur : cicérone des étrangers à Paris : journal non politique : renseignemens utiles, littérature, sciences, arts, commerce et industrie, annonces et avis divers, 17/07/1834, p. 2 (Gallica)

1836

PARIS - "77. - J. KOSKA, facteur de pianos, rue Ste-Croix de la Brétonnerie, n. 14, à Paris, ayant reçu une mention honorable à l'exposition de 1834.

Le piano exposé par M. Koska, présente quelques améliorations remarquables qu'il est important d'indiquer, pour mieux fixer l'attention qu’il mérite; ainsi il a obtenu une amélioration sensible dans la polition de l'échappement droit et dans le pilote qui, se trouvant à double mouvement, empêche de faire sentir à la touche le contre coup des étouffoirs; ensuite, ayant éloigné des cordes ses marteaux beaucoup plus que dans les autres pianos, tout en leur conservant une même force de jeu par suite de la disposition de ces échappemens, il est arrivé à donner à ses pianos carrés autant de sons qu'aux pianos à queue; avantage immense, vu le prix élevé de ces derniers et l'embarras de leur volume.

Enfin, il est arrivé à pouvoir obtenir des vibrations égales dans les cordes, en plaçant les pointes du sommier et du chevalet de manière qu'il y ait toujours unisson entre les vibrations des cordes et l'unisson du son, avantage propre à faciliter l'accord de l'instrument.

Le piano exposé est du prix de 1500 fr. ; maison trouve dans les ateliers de M. Koska, des instrumens du même système dans des prix moins élevés." Exposition des produits des membres de l'Académie de l'industrie à l'Orangerie des Tuileries, en 1836, Joseph-Jacques Odolant-Desnos, 1836, p. 62-63

1839

PARIS - "M. KOSKA à Paris, rue Sainte-Croix-de-la Bretonnerie, 14. - Il expose un piano carré à trois cordes et un pianino également à trois cordes qui a obtenu le second rang au concours.

M. Koska est un habile ouvrier qui apporte beaucoup de soins dans la construction de ses instruments.

Son pianino se faisait remarquer par la disposition du clavier et des marteaux qui forment un système qu'on peut enlever et replacer à volonté, et aussi par plusiers perfectionnements de détail.

M. Koska occupe ordinairement quatre ouvriers; il confectionne ses caisses et ses mécanismes." Rapport du Jury Central, Exposition, des produits de l'Industrie Française en 1839, M. Savart, rapporteur, 1839

PARIS - "KOSKA, à Paris, 14, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie. - Mention honorable en 1834, médaille d'argent de l'Académie de l'Industrie en 1837. —Pianos carrés et pianos droits.

— M. Koska avait exposé un piano carré dont le clavier est placé presqu'au milieu, ce qui permet aux marteaux d'attaquer les cordes plus au centre, produit une vibration très-étendue et une grande sonorité.

Un piano droit, système nouveau de son invention: le mécanisme de ce piano est d'une extrême simplicité, il fait disparaître l'écho discordant que produisent les étouffoirs toujours placés au-dessus ou au-dessous des frappemens des marteaux ; par ce nouveau système les cordes sont étouffées à l'endroit même où le marteau les attaque." Lucas Al. Panorama de l'industrie française publié par une société d'artistes et d'industriels sous la direction de M. Al. Lucas, 1839, p. 111

PARIS - "L'auteur est parvenu à obtenir une amélioration sensible dans la position de l'échappement droit et dans la pilote qui, se trouvant à double mouvement, empêche de faire sentir à la touche le contre-coup des étouffoirs; ensuite, ayant éloigné des cordes leurs marteaux beaucoup plus que dans les autres pianos, tout en leur conservant une même force de jeu par suite de la disposition de ces échappemens, il est arrivé à donner à ses pianos carrés autant de son qu'aux pianos à queue; enfin, il est arrivé à pouvoir obtenir des vibrations égales dans les cordes remplaçant les pointes du sommier et du chevalet, de manière qu'il y ait toujours unisson entre les vibrations des cordes et l'unisson du son, avantage propre à faciliter l'accord de l'instrument." Industrie Francaise rapport sur l'exposition de 1839, Jean B.A.M. Jobard, 1839, p. 195

1840

PARIS - "117. - KOSKA, fabricant de PIANOS, à Paris, rue Neuve-Sainte-Catherine, n. 13, près la place Royale.

La confusion des sons qui provenait de la grande distance qu'il y avait entre le point où se trouvait l'étouffoir et le point où venait frapper le marteau était un grave inconvénient que l'on reprochait aux pianos droits; ils avaient aussi le défaut d'avoir leur mécanisme compliqué de manière à ne former du marteau et des étouffoirs qu'un assemble puisqu'ils étaient liés et emboîtés l'un dans l'autre, de sorte que pour avoir une pièce il fallait tout démonter.

Maintenant M. Koska,qui a déjà obtenu une médaille d'argent de l'Académie de l'industrie en 1836 en imaginant un dernier et nouveau système, a perfectionné ce mécanisme de manière que toutes les pièces (marteau et étouffoir) sont indépendantes l'une de l'autre, et l'étouffoir revient appuyer juste sur l'endroit de la corde que le marteau vient d attaquer, ce qui produit un son parfaitement net et sans aucune confusion." 4e exposition des produits des membres de l'Académie de l'Industrie, à l'Orangerie des Tuileries en 1840, p. 62-63 (Gallica)

1844

PARIS - "M. KOSKA, à Paris, rue du Foin-St-Louis, 6. - M. Koska a exposé un piano carré et un piano droit.

Ces instruments, construits avec le plus grand soin, témoignent de l'habileté du facteur. M. Koska fait de quinze à dix-huit pianos par an, et occupe quatre ouvriers dans ses ateliers.

Le jury accorde à M. Koska le rappel de la médaille de bronze qu'il a reçue en 1839." Rapport du Jury central ..., Paris Jury central, Imprimerie de Fain et Thunot, 1844, p. 540

PARIS - "Parmi les pianos droits, nous avons surtout remarqué, pour la force, la rondeur et l'égalité des sonsi un piano sorti des ateliers de M. Koska.

A l'Exposition de 1839, les pianos droits de M. Koska avaient obtenu du jury une médaille, et le n° 2 par ordre de mérite sur tous les autres facteurs.

Depuis, il a encore perfectionné ses instruments dans la partie la plus délicate et la plus difficile, qui est l'accord; il a su disposer de telle sorte la courbure des chevalets et la tension des cordes, que ces pianos ont à peine besoin de deux ou trois accords par an.

M. Koska se distingue de la plupart de ses confrères en ce qu'il est lui-même exercé depuis vingt ans dans la fabrication. C'est lui qui met la dernière main à ses pianos, qui sont supérieurs à la plupart." Journal des femmes : revue littéraire, artistique et d'économie domestique, 06/1844, p. 276 (Gallica)

PARIS - "1026. Koska (J.), fabricant de pianos, rue du Foin, 6, à Paris, près la Place-Royale. Exposition de 1834, mention honorable; exposition de 1839 B. (bronze)

Ses pianos droits à cordes verticales ont été placer en seconde ligne par le jury de l'exposition. Exposition de l'Académie de l'indusrie, 1841 médaille d'argent." Catalogue explicatif et raisonné des produits admis à l'exposition quinquennale de 1844, p. 126 (Gallica)

Pour les références voyez la page
pianos français 1800 - 1829


 © Copyright all rights reserved | contact