home | Facteurs de pianos en France


 

SCHOLTUS
à Paris (°1848)

1849

"M. Scholtus fabricant de pianos, n° 1, rue Bleue faubourg Poissonnière vient de prendre un brevet, qui a pour but d'assurer la solidité entière des pianos et de maintenir parfaitement l'accord. Ce système simple et peu coûteux s'adapte facilement et rend l'accord aux pianos qui ne le tiennent pas (prix très modérés)." Le Ménestrel 08/07/1849 p. 3 (Gallica)

 

1850

"Dépôt, à Orléans, rue Bannier, 103, Maison LACAN, fabricant de Billards. PIANOS A CRAMPONS SCH0LTUS. VENTE ET Locaiion. ECHANGE ET Réparation. SCHOLTUS, fabricant breveté. Médaille de l'Exposition 1849 . — Rue Bleue, n° 1, à Paris.

Ce système donnant une entière solidité à l' instrument, maintenant l'accord, a mérité l'approbation de MM. les Membres du Jury de l'exposition de 1849. M. SCHOLTUS invite les personnes qui désireraient voir ses pianos à vouloir bien l'honorer de leur visite." Journal du Loiret, 13/06/1850, p. 4 (Aurelia.Orléans.fr)


 

1851

"Pianos. — M. Scholtus, fabricant de pianos, breveté, 1, rue Bleue, à Paris, vient d' arriver à Orléans avec plusieurs jolis pianos. Nous engageons les personnes qui voudraient acheter ou louer un bon instrument, à se rendre à son magasin 103, rue Bannier, de 2 à 5 heures du soir. M. Scholtus ne restera à Orléans que jusqu'au 12 mai." Journal du Loiret, 08/05/1851, p. 4 (Aurelia.Orleans.fr)


 

1852

"Dans cette saison où les soirées musicales occupent les loisirs de l'aristocratie parisienne, nous avons remarqué dans plusieurs salons de charmants pianos dont les sons purs et suaves ont excité chez nous le désir de connaître l'artiste habile qui les avait fabriqués.

Nos renseignements pris, nous avons été visiter les ateliers de M. Scholtus, 1, rue Bleue, qui s'est empressé de satisfaire notre curiosité avec la plus grande complaisance.

Des pianos de tous les modèles ont été mis sous nos yeux, entr'autres des pianos d'ébène et de bois de rose, genre boule, magnifiquement ornés. Nous ne croyons pas qu'on puisse parvenir à en fabriquer de plus élégants et réunissant autant de qualités à des prix aussi réduits que les siens.

Ce qui nous a frappé surtout, ce sont ses pianos à crampons en fer, dont l'invention lui est particulière, et qui lui ont valu une médaille à l'exposition de 1849 et à l'exposition universelle de Londres.

Au moyen de ce nouveau système, qui ne nuit en rien à leur sonorité, ses pianos acquièrent une solidité qui rend le deo1Iage impossible. On peut, dès lois, les faire vo'ager sans aucune espèce d'inconvépient, qualité précieuse pour les personnes olligées de se déplacer souvent, et encore plus pour les étrangerS, qui ont les transporter dans des pays lointains.

Aussi les pianos de M. Scholtus jouissent-ils d'une juste réputation, et dans les salons de Paris, et clans la province, et à l'étranger." Journal de Toulouse, 22/04/1852, p. 3-4 (Rosalis)


 

1854

"Parmi les maisons qui ont introduit les perfectionnemens les plus remarquables dans la fabrication des pianos, on cite en première ligne la maison Scholtus, dont les magasins sont établis rue Bleue, 1. A l'Exposition de l'industrie 1849, elle a obtenu une médaille; à l'exposition universelle de Londres, en 1851, une autre médaille.

C'est à cette maison que'on doit l'heureuse invention des crampons-barres en fer qui, pour les, envois dans les départemens et à l'étranger, offrent de si précieux avantages.

Elle expédie plus de cinquante pianos par mois qui se recommandent tous aux amateurs, par l'rgalité agréable et parfaite du toucher, et par leur solidité éprouvée. Dans les sons il n'y a aucune transition dans le passage des basses au médium et du médium au dessus.

Les artistes reconnaissent généralement que la vogue croissante de cette maison est pleinement justifiée, et que l'élégance de ses produits est irréprochable." Le Nouvelliste, 31/05/1854, p. 3 (Gallica)

"M. SCHOLTUS, 1, RUE BLEUE, a l'honneur de prévenir les artistes et les amateurs qu'iI tient à leur dispositlon, pour la location, 150 pianos neufs qu'il ajoute aux 200 déjà loués. Il a aussi pour la vente le choix le plus grand et le plus varié." Le Nouvelliste, 20/11/1854, p. 3 (Gallica)

"La manufacture de pianos de M. Ssholtus, établie à Paris, rue Bleue, n° 1, étend chaque jour ses opérations. Inventeur breveté de pianos à crampons barrtllft fer. si recherchés pour l'exportat ou, M Seholtus a introduit dans sa fabrication de nouveaux perfectionnement fort appréciés des connaisseurs; c'est ce qui èxplique la grabde vogue de cette honorable maison et la confiance que lui accorde l'élite des artistes et des gens du monde." Le Nouvelliste : quotidien politique, littéraire, industriel et commercial, 20/10/1854, p. 3 (Gallica)


 

1856

"Pianos en bois de thuya. —Kriegelstein, S. Mercier, Pleyel, Scholtus." Revue de l'Orient, Volumes 3-4, Société orientale Paris, 1856, p. 69


 

1859

"Scholtus NC, fact. de pianos à crampons et barres en fer brevettés, système plus solide, médailles aux expositions; commiss., exportations, Laffitte, 42, et Provence, 28; fabrique et chantier, r. des Gardes-St-Denis, 10." Annuaire et almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l ..., 1859


 

1866

"SCHOLTUS, Ft de PIANOS à crampons et barres en fer. Système reconnu le plus solide. (Sonorité parfaite et élégance. Comme avantage et comme prix défiant toute concurrence. Vente, Location, Expédition. Le Tabouret-Casier, breveté s. g. d. g., ne se trouve que chez lui. Très joli cadeau d'étrennes. 9, rue Cadet, 9, Paris." La Presse, 11/01/1866, p. 4 (Gallica)


 

1868

"Pianos Scholtus, 9, rue Cadet, Paris. Vente. Location." La Presse, 01/09/1868, p. 3 (Gallica)


 

1870

"Maison SCHOLTUS fondée en 1848, médaillée, 9, rue Cadet. Pianos à crampons et barres en fer, système breveté, d'une solidité exceptionnelle; sonorité remarquable. Pianos à 7 octaves, depuis 675 fr. Vente, location, réparation, accord." Le Figaro, 10/01/1870, p. 3 (Gallica)

"AVIS AUX PERES DE FAMILLE. La maison Scholtus, fondée en 1848, se recommande d'une manière toute particulière pour la bonne fabrication de ses pianos, qu'elle peut livrer à des prix d'un bon marché réel.

Ses pianos de 800 à 1,200 francs peuvent rivaliser avantageusement avec ceux de certaines maisons vendus aux prix de 1,200, 1,500 et 2,000 francs. On trouve dans ses vastes magasins les modèles les plus riches en bois noir, tuya, bois de rose, marqueterie, etc., etc.

La maison Scholtus livre d' excellents pianos d'étude au prix de 675 fr. On se tera une juste idée de l'importance de cette honorable maison, quand on saura qu'elle a toujours 400 pianos en location. Adresser toutes les demandes M. Scholtus, 9, rue Cadet, à Paris." Journal du Loiret, 28/03/1870, p. 3 (Aurelia.Orleans.fr)


 

1878

"Scholtus, fabr. de pianos à crampons et barret en fer, breveté, système le plut solide, maison fondée en 1848, médailles aux expositions Paris et Londres, commission, exportation, Lafayette, 64 et Cadet, 15 ; fab. r. des Gardes, 10." Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1873, p. 1241 (Gallica)


 

1878

"Scholtus, facteur breveté s.g.d.g. - 64, rue lafayette et rue cadet - Paris. Maison fondé en 1848 - Manufacture de Pianos - Grand oblique, cordes obliques - Inventeur des crampons et barres en fer, construction solide, indispensable pour les colonies." Catalogue général descriptif de l'exposition : section française / Exposition universelle de Paris 1878, p. 7 (Gallica)

 

 

SCHOLTUS
sur ce site


INVENTIONS

EXPOSITIONS

PUBLICITÉ
 

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
pianos français 1840 - 1849


 © Copyright all rights reserved | contact