home | Facteurs de pianos en France


 

SAX
à Bruxelles et à Paris (°1843)

 

 

1839

PARIS - "Cause de la sonorité dans les pianos. - 

Un même piano peut avoir beaucoup ou peu de son, selon qu'il est bien ou mal accordé; voici ce qui se passe : quand les trois cordes d'une même note sont parfaitement à l'unisson, les vibrations sont isochrones, les nœuds et les ventres coïncident et s'entr'aident au lieu de se contrarier et de s'étouffer mutuellement ; cette propriété de l'accord n'agit pas seulement sur les cordes à l'unisson et sur les octaves; mais elle réagit encore sur toutes celles qui se trouvent en rapport harmonique avec la note frappée; dans le cas contraire les autres cordes ne répondent point à l'appel; les vibrations du son et des ondulations de l'air n'ayant plus lieu symétriquement ou se faisant en sens contraire, la durée des sons diminue ainsi que leur intensité; une corde fausse dans un piano est comme un orateur qui parle à une foule qui ne partage point ses sentiments.

Voilà le principe incontestable d'acoustique qui doit guider le facteur d'instruments; c'est aussi celui qui a dirigé M. Sax dans ses recherches, et lui a fait découvrir le moyen de conserver l'accord dans les pianos et les instruments à cordes en général; sans parler de la révolution complète qu'il a fait subir aux instruments à vent, il a construit aussi une guitare dont les sons égalaient ceux de la harpe, des violons et altos qui se sont vendus à des prix extraordinaires.

C'est bien dommage que M. Sax ne puisse donner à sa fabrication tout le développement dont elle serait susceptible, s'il habitait Londres, Vienne ou Paris; mais au milieu du fracas de ces Babylones, il n'eût peut-être pas trouvé le temps de réfléchir et d'essayer tous ses perfectionnements, dont un seul ferait la réputation et la fortune d'un autre inventeur.

M. Sax est persuadé que la lutherie est restée jusqu'ici couverte d'un voile épais, et que les facteurs d'instruments ont tort de se borner à copier machinalement les instruments anciens; il reste beaucoup de neuf à faire dans cet art, quand on en possède la clef.

Nous regrettons de n'avoir pas sous les yeux le rapport de M. Fétis sur les instruments nouveaux de M. Sax, car ce maître, qui n'a fait que les entendre sans les voir, a déclare que jamais de plus beaux sons n'avaient frappé son oreille.

Il n'est personne qui n'ait été surpris de la limpidité des sons que rend un grand verre à pied, quand on le frappe vers le tiers inférieur de la cloche; nous nous étonnons qu'on n'ait pas essayé de composer un piano de cette espèce, muni d'étouffoirs convenables; ces instruments ne se désaccorderaient jamais et fourniraient une richesse de sons à nulle autre pareille; les notes basses exigeraient, il est vrai, de très-grosses cloches; mais on en réduirait considérablement le volume en tes tenant plus minces; car, plus l'épaisseur augmente, plus les notes s'élèvent, et vice versa.

On a essayé de composer une sorte d'instrument avec des lames de verre d'une certaine épaisseur suspendues sur deux tresses, qui retenaient cependant une partie du son; nous pensons qu'on ne devrait pas abandonner ces tentatives, bien que nous n'ayons jamais pu mettre d'accord nous-même trois octaves de ces lames, ayant négligé d'observer le tempérament que nous n'avions pas l'honneur de connaître à cette époque.

L'observation suivante que nous livrons aux amateurs peut mettre sur la voie de combinaisons nouvelles :

Un jour qu'au milieu de nos essais chimico-physiques, il nous arriva de toucher par hasard une règle de fer posée en équilibre sur une vessie mouillée et à demipleine d'air, nous fûmes surpris du son prolongé que rendait cette règle, et nous nous amusâmes pendant plusieurs heures à la frapper dans tous les sens.

Nous déclarons, en conscience, que jamais nous n'avons entendu de sons plus purs, de sons plus longtemps prolongés; c'est que l'air contenu dans la vessie entrait en vibrations et ne gênait aucunement celles de la règle, qui se trouvait ainsi comme suspendue au milieu de l'air; mais il y eut frôlement et diminution considérable de son dès que la vessie fût sèche.

Nous concluons de tout ceci qu'un clavier composé de lames métalliques disposées sur deux boudins remplis d'air, et frappées en dessus, ferait un piano économique et éternellement d'accord; mais il faudrait avoir soin de préparer les boudins à l'hydrochlorate de calcium (muriate de chaux), sel hygrométrique qui tiendrait les membranes dans un état d'humidité continuel, ce qui, par conséquent, hâterait leur dissolution.

Nous proposerons encore un arrangement beaucoup plus rationnel pour tenir la baudruche dans l'état de moiteur nécessaire, et pour la changer soi-même au besoin.

Prenez deux longues boites semblables à celles de dominos, sans couvercle; placez au fond, du muriate de soude et de l'eau; recouvrez cette boite d'une bande de baudruche non tendue, mais collée hermétiquement sur les bords, ou plutôt serrée par un cadre; insufflez de l'air par un petit robinet et fermez.

L'air fera bomber la baudruche ou lanière d'intestin refendu; sur ces deux coussins, vous disposerez les lames d'acier, de fer ou de verre de votre échelle chromatique, qui alors sera parfaite.

Quand on aura l'avantage de posséder un piano conservant son accord et son diapason, on pourra seulement alors lui adjoindre un instrument à lames vibrantes (accordéon), ou un orgue comme Pape a tenté en vain de le faire avec les pianos actuels incessamment variables; on aurait deux claviers sous la main, comme dans les jeux d'orgue : le clavier à marteaux pour l'exécution, les passages rapides, et l'autre, pour les adagio, les basses continues et l'expression passionnelle que le piano ordinaire ne saurait rendre.

Un pareil instrument serait un meuble nécessaire aux compositeurs, car ils y trouveraient tout l'orchestre réuni, et pourraient en tirer presque toutes leurs partitions." Industrie française: rapport sur l'exposition de 1839, Volume 2, Jean Baptiste Ambroise Marcellin Jobard, 1839, p. 123-126


1855

PARIS - "Enfin, M. Sax père, persuadé que l'ébranlement de la table d'harmonie doit augmenter d'énergie en raison de la plus grande élévation du chevalet, de laquelle résulte un angle plus prononcé des cordes; mais comprenant d'ailleurs que, par l'effet de l'agrandissement de l'angle, le poids de la tension des cordes tendrait à la destruction de la table, M. Sax, disons-nous, a imaginé d'opposer à cet effort un effort en sens inverse, par le placement alternatif des cordes en dessus et en dessous du chevalet, dans le but d'obtenir un équilibre suffisant pour protéger la table d'harmonie contre l'effet d'une traction trop violente.

Par ce moyen, M. Sax a donné à ses pianos un volume de son plus intense que celui qui se produit par la construction ordinaire des instruments du même genre.

On a objecté contre ce système que deux forces égales qu'on oppose l'une à l'autre s'annulent mutuellement, d'où l'on doit conclure qu'il n'y a plus de mouvement vibratoire dans la table, et ronséquemment plus de son.

On pourrait se contenter de répondre à cet argument parle fait même du son des pianos de M. Sax; mais, sans recourir à ce moyen, il est une explication du phénomène à laquelle on n'a pas songé; à savoir que la force d'impulsion des marteaux sur les cordes rompt instantanément l'équilibre par un effort violent, auquel succède un effort de réaction; effet alternatif qui se répète en s'affaiblissant par degrés, jusqu'à ce que l'équilibre se rétablisse.

Il est une autre objection plus sérieuse, parce qu'elle lire sa force du fait même; c'est que le son volumineux produit par ce système manque de timbre et de clarté.

Le phénomène mérite d'être étudié, car il faut examiner si des vibrations perpendiculaires au plan de la table, rendues trop énergiques, n'empêchent pas la production d'autres vibrations longitudinales et transversales nécessaires pour l'émission d'un son pur." Exposition universelle de 1855 : Rapports du jury mixte international, Volume 2, p. 694

PARIS - "M. Sax père a imaginé un système de chevalet plus élevé que de coutume, et qui supporte alternativement en sens inverse le poids des cordes faisant angle sur ce chevalet. Il est évident que M. Sax a obtenu un accroissement de sonorité." Le travail universel : revue complète des oeuvres de l'art et de l'industrie exposées à Paris en 1855, p. 602

SAX
sur ce site


ARTICLES

EXPOSITIONS

PLEYEL contra SAX

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
pianos français 1840 - 1849


 © Copyright all rights reserved | contact