home | Facteurs de pianos en France


 

RICHER L. Théodore
à Paris

1842

"C'est aussi à la Sylphide que je dois la connaissance d'une petite merveille en fait de meubles.

C'est un piano droit qui, fermé, ressemble à n'importe quel buffet, quel bahut gothique, et tient tout au plus la place d'une petite console.

Le clavier de ce piano est à bascule et s'abaisse au moyen d'un ressort.

Ce genre de pianos est fait par M. Richer, rue Vendôme, 6. Cette amélioration dans le système des pianos droits est fort importante, surtout à cause de la place, qui est chose si précieuse dans nos petits salons modernes.

Ces pianos ont des sons magnifiques et bien supérieurs à la plupart de ceux des autres pianos droits, car M. Richer est un facteur d'un grand talent, qui travaille son art avec soin et conscience.

J'ai vu et entendu chez lui des pianos de toutes formes et de tous modèles, qui m'ont paru fort remarquables. Un des grands avantages qu'on trouve chez M. Richer, c'est le bon marché; M. Richer commence, et ne fait pas encore, comme nos grands facteurs, payer sa réputation." Les Coulisses, 14-04-1842 (Gallica)

"On a maintenant du goût pour les appartements de petite étendue, symétriquement distribués et décorés avec une recherche, un comfort tout à fait particulier.

Des meubles meublants, comme on les nommait autrefois, seraient du plus fâcheux effet, dans des pièces aussi petites, il faut que tout soit en rapport avec les dimensions du local; le  piano lui-même a dû fléchir devant cette exigence, et nos facteurs ont dû chercher tous les moyens possibles pour résumer ce bel instrument tout en lui conservant son étendue et sa sonorité.

On y est parvenu encréantle piano droit.- Personne n'ai mieux que M. Richer, étudié le moyen de rendre non-seulement ce dernier genre de pianos aussi parfait que les meilleurs pianos carrés, mais il a voulu arrivera n'occuper que la place la plus restreinte ; enfin il est arrivé à son but en fabriquant le piano droit, à bascule qui n'a guère que 30 à 31 cent, de profondeur quand il est fermé.

Cet habile facteur établit avec le même succès toutes les autres sortes de pianos. Ses modèles sont d'une, forme tout à fait élégante, et le choix de ses ornements mérite d'être mentionné. 42, rue de Rivoli." Le Journal des Coiffeurs, 01/12/1842 (Gallica)

"Je ne terminerai pas sans vous dire quelques mots à vous toutes, mes lectrices, qui aimez les beaux meubles et les bons pianos, de l'innovation que M. Richer vient d'apporter dans la fabrication des pianos droits.

Le clavier est à bascule et entre, en se relevant, dans le buffet des cordes, ce qui fait ressembler le piano fermé à un joli bahut et qui ne tient presque pas de place dans nos petits salons.

J'ai essayé, plusieurs de ces pianos dans les ateliers de M. Richer, rue Vendôme, 6, au Marais, et je les ai trouvés très remarquables de netteté et de puissance dosons. Les bois que M. Richer emploie sont de la plus belle qualité et travaillés avec le plus grand soin." Les Coulisses, 24-04-1842 (Gallica)


1843

"Je voudrais assister à la joie qu'éprouvera sans doute là jeune femme à laquelle est destiné un délicieux pianino de Richer à clavier mobile, qui vient de partir pour Toulouse.

C'est un cadeau de grand-papa qui a montré son bon goût en demandant de préférence un des pianinos de Richer, si bons, si sonores, et qui ont surtout l'avantage, inappréciable pour une chambre de jeune personne, de tenir une place excessivement minime ; leur clavier mobile, qui se relève à volonté, est un de leurs motifs de succès, puisque par eux ils deviennent des meubles très-commodes, et qui peuvent tenir dans les chambres les plus étroites." La Sylphide, 1843, p. 128 (Gallica)

"Les pianinos résonnent sous les doigts d'habiles exécutants, et jouent des préludes de danses.

Ce sont presque toujours les pianinos de Richer que l'on choisit; car, grâce à leur clavier mobile, ils sont encore plus mignons, plus faciles à placer que sont d'autres, aussi sonores, et conservent aussi bien l'accord que les plus beaux pianos carrés; ils demandent, infiniment moins d'espace et laissent plus de place pour les danseurs, ce qui est fort important dans nos appartements à présent si petits !

On nous les fait élégants, coquets, mais enfin ce sont de jolies bonbonnières, rien de plus, et c'est bien étroit surtout dans un siècle où chacun veut avoir beaucoup d'amis. [...]" La Sylphide, 1843, p. 113 (Gallica)

"Quant aux pianos, qui sont toujours le meuble principal de tons les salons, ceux de Richer ont toujours la préférence.

Ses pianinos droits à clavier bascule continuent surtout à être fort recherchés; ils sont elégans, tiennent si peu de plaçe et donnent des sons si pur, si nets et si éclatans qu'on les préfère aux pianos à queue et carrés des facteurs les plus célèbres.

J'en ai essayé dernièrement dans les ateliers de Richer, rue Vendôme, 6, deux qui lutteraient avec les meilleurs instrumens d'Erard.

Ils conviennent surtout parfaitement dans les petits salons où l'on veut faire de la musique et danser après comme c'est l'usage maintenant." La Presse, 20/02/1843, p. 4 (Gallica)


1844

"L'hiver est la saison des bals et dans les salons le meilleur orchestre est un piano.

C'est le cas de rappeler les succès obtenus à la dernière Exposition par les pianos droits de Richer.

Les ateliers de ce facteur de talent, rue de Vendôme 6 offrent un fort remarquable choix de ces instrumens, si précieux pour le peu de place qu'ils tiennent et pour la puissance de son qui les caractérise.

M. Richer fabrique également des pianos carrés et des pianos à queue qui méritent tous des suffrages." Journal des débats politiques et littéraires, 31/12/1844, p. 3 (Gallica)

"PIANOS DE M. RICHER, rue de Vendôme, 6. — M. Richer a exécuté un piano, style Boule, de la forme la plus élégante, la plus coquette et la plus riche.

Il n'existe point, à l'Exposition, d'autre instrument aussi somptueux. Le public s'arrête pour admirer ces incrustations splendides, ces cuivres et ces émaux contournés en mille capricieuses arabesques qui étincellent au soleil; et rien ne manque au succès quand on entend vibrer l'instrument dont la puissance et la suavité des sons pénètrent agréablement l'oreille.

Nous ferons l'éloge complet du pianos de M. Richer en disant que sa solidité égale sa magnificence ; qu'il participe de tous les perfectionnemens que la fabrication a faits depuis quelques années; enfin, qu'il est aussi excellent qu'il est beau !

M. Richer était déjà connu comme l'un de nos plus habiles facteurs; on le citera aussi désormais comme l'un de nos premiers fabricans-artistes." L'Indépendant, 16/06/1844, p. 2 (Gallica)


1846

"NOUVEAUX PIANOS DROITS - de RICHER, 6, rue Vendôme - Par un nouveau système de construction adopté pour ces pianos; ils tiennent l'accord indéfiniment, conservent toujours le ton du diapason, gagnent beaucoup en sonorité et en qualité de sons." La Diligence, 1846 (Gallica)


1851

"Richer (Th.), fab. de pianos droits en tous genres, pianos tendeurs ou contre tirage, préservant les bois contre la température et maintenant parfaitement l'accord, Vendôme, 16." Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1851, p. 656 (Gallica)

Pour les références voyez la page
alphabétique R


 © Copyright all rights reserved | contact