home | Facteurs de pianos en France | contact | liens


 

Facteurs de pianos en France

Liste non exhaustive ouverte à toutes les informations, précisions, rectifications, photos ... 
© Copyright all rights reserved

 Utiliser Ctrl + f à chercher un nom sur cette page

a | b | c | d | e | f | g | h | i | j | k | l | m | n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

Marques Image Infos Adresses
       
VACHER  

'Facteur de pianos' ca. 1839

Liste des exposants Paris, 1839

 

21, rue des Petites-Ecuries (1839)(arr.10), Paris
VAGNER BAROIS  

'Facteur de pianos' ca. 1848, probablement la même personne de ci-dessus.

Époux de BOUDIGNOT. (1848)(10)

 

rue des Petites-Ecuries (1848)(10)(arr.10), Paris
VAGNER Jean

(1826 - ?)(10)

 

'Facteur de pianos'

Il est né à Zinzing, Moselle, le 18/06/1826 (10).

 

153, rue de Charonne (1846)(10)(arr.11), Paris
VAGO Jules  

Facteur et/ou marchand de pianos

 

France
VAILLANT François  

'Maître luthier'

Époux de GUERLIN Thérèse (10)

 

rue de Tournon, paroisse Saint Sulpice (1762)(10)(arr.6), Paris
VAILLANT P.  

"A Paris au magasin de forte-pianos de P. Vaillant professeur de composition, rue Montmartre, n. 178, près le boulevard, où l'on s'abonne à raison de 26 fr. pour quarante-huit Numéros, et 15 fr. pour vingt-quatre Numéros français ou italiens." Le Figaro, 08/12/1826, p. 3 (Gallica)

 

'Compositeur de composition' (1826) - 'Facteur de pianos' (x1829) 178, rue Montmartre (1826)(x1827)(x1829)(*1833)(*1836)(arr.2), Paris
VAIRET A.  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1926

 

 

74, rue J. J. Rousseau (*1926), Dijon

 

VALÉRY  

Pianos droits

VALÉRY D. BERTHAUT, HAURILLON et Cie (1882)(**1888)

Membre d'Union des facteur de pianos (Journal des sociétés civiles et commerciales: revue pratique de jurisprudence, de doctrine et de législation, Partie 2, 1882).

"Paris — Formation de la Société aux nom collectif Valéry-D. BERTHAUT, HAURILLON et Cie, dite union des facteurs de pianos, rue Bellefond, 22 bis — Durée: 20 ans — Cap.: 20,000 fr. — Acte du 28 juin 1882. — A. P."  Archives commerciales de la France. 06/07/1882, p. 914 (Gallica) - Journal des sociétés civiles et commerciales, 11/1882, p. 98 (Gallica)

"Modifications de Sociétés - [...] 678. 4 oct. Valéry, Dizeugremel [sic], Haurillon et Cie, Union des facteurs de pianos, 22 bis, rue Bellefond (A. P. 13 oct)." Journal des sociétés civiles et commerciales, 1883, p. 150 (Gallica) - Voyez également UNION DES FACTEURS DE PIANOS.

VALÉRY-DIZENGREMEL, HAURILLON et Cie (1883)(1886), voyez DIZENGREMEL.

"Paris. —Dissolution, à partir du 8 juil. 1886, de la Société VALÉRY-DIZEN-GREMEL, HAURILLON et Cie, dite Union des facteurs de pianos, rue Bellefond, 22 bis. — Liquid. : M. Jouffroy, gérant de la Société. — Délib. du même jour.— A. P." Archives commerciales de la France, 14/07/1886, p. 866 (Gallica)

Membre de l'Association des facteurs de pianos, ou (Les Associations professionnelles ouvrières: Cuirs et peaux. Industries textiles habillement, Ameublement, Travail ou bois, 1901).

 

22 bis, rue Bellefond (1882)(1886)(**1888)(arr.9), Paris
VALES Eugène Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1880-97

 

93, boulevard Voltaire (**1880)(**1881)(**1888)(*1897)(arr.11), Paris

 

VALETTE E.  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1898) Limoges
VALIN  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1857

Elisée and Delsartre, F.A.N.

Patent, 1857

 

Paris
VALLANTIN  

ANGOULÈME - "(p.97) M. le Président donne la parole à M. Adhémar Sazerac de Forge, qui lit le rapport adopte par la commission chargée d'examiner un piano que M. Vallantin vient de fabriquer à Angoulême. L'honorable rapporteur conclut à ce que la Société vote des éloges et des encouragements à M. Vallantin pour son premier essai dans la fabrication des pianos :

M. Vallantin s'est sagement attaché à reproduire les modèles les plus récents sortis des ateliers d'Erard. Il a apporté à son travail les soins les plus minutieux, comme vous allez en juger par quelques indications. La caisse, solidement construite en bois parfaitement sec, est soutenue par huit barrages de sapin contenus et bridés sur leurs deux faces par des pièces de chêne du Nord d'un centimètre et demi d'épaisseur, condition négligée en général pour les barrages des pianos ordinaires. Les remplissages, au sommet comme au pied de la caisse, sont en chêne et faits de trois pièces de bois debout. Le tout est relié par une traverse en chêne prise, d'un bout à l'autre de la caisse, dans les barrages et les montants. Je n'ai pas besoin d'insister sur l'importance d'une telle solidité. La caisse d'un piano n'est pas une simple enveloppe; elle maintient à leur place, en même temps qu'elle les renferme, toutes les diverses parties du mécanisme intérieur, qui exigent tant de précision dans leur position relative, et le plus petit dérangement produit en elle par le mouvement ou par l'action de la température réagit nécessairement sur ce mécanisme de la manière la plus funeste. La table d'harmonie, soigneusement disposée en sapin de fibres convenables, est soutenue par des arcs boutants de sapin rouge. Le sommier des chevilles, en hêtre scié sur maille, n'est point simplement plaqué, comme le sont d'ordinaire ceux des pianos de facteurs de second ordre, mais bien muni d'une bonne doublure de plusieurs pièces de hêtre en bois montant, offrant une résistance suffisante à l'effort des chevilles. Le sommier des pointes est en fer, du système dit sommier prolongé, invention heureuse, qui, en permettant, sans réduction de la table d'harmonie, l'emploi de cordes moins longues, les rend moins susceptibles de se briser et maintient plus longtemps leur accord. Le chevalet est de deux pièces, hêtre et cormier, collés l'un sur l'autre. Le sillet est à crémaillères d'un bout à l'autre, condition trop souvent négligée et cependant bien favorable au maintien de l'accord. Le mécanisme est établi avec précision et d'un bon système, avec étouffoirs sous les marteaux, dont les noix sont fixées et retenues par des fourches en cuivre avec vis de pression. La garniture des têtes de marteaux, si importante pour la qualité et l'égalité des sons, est composée de deux épaisseurs de feutre blanc recouvrant elles-mêmes deux autres épaisseurs de cuir. Les touches, montées sur pointes ovales, nous ont paru soigneusement et régulièrement plombées. Enfin, la pédale douce, inserviable dans un si grand nombre de pianos, est ici du système Erard et très égale dans ses effets sur toute l'étendue du davier. Tout cela, je le répète ne présente aucune innovation, mais l'exécution est généralement bonne, et parmi les modifications récentes, M. Vallantin a su choisir avec discernement, pour chaque partie de son piano, celles qui présentaient quelque amélioration réelle, bien qu'elles apportassent souvent avec elles une augmentation sensible dans le prix de fabrication. Néanmoins, la bonne exécution de toutes les parties séparées ne suffit pas à la réussite d'un piano. Il faut encore que dans leur combinaison dans leur agencement général, rien ne vienne contrarier l'action de chacune d'elles. Sur ce point, l'audition est venue confirmer le jugement que l'inspection du piano nous avait déjà dicté. Le son nous a paru pur, précis, distinct, bien gradué, peut-être un peu métallique mais l'usage ne tardera pas à le modifier sur ce point. (la suite )

 

 

'Facteur de pianos' ca. 1875-76

Pianos sur le modèle d'ERARD


(la suite)

Nous n'avons pas eu l'idée de le comparer avec les pianos d'Erard ou de Pleyel, avec lesquels le facteur lui-même n'entend pas le mettre en parallèle mais, entendu à côté des pianos de Bucher, Bardies, Aucher et autres qui se trouvaient en même temps dans le magasin de M. Vallantin il nous a paru produire des sons peut-être supérieurs en volume, au moins égaux en qualité. Vous remarquerez, Messieurs, que, le mécanisme excepté, le piano entier a été fabriqué à Angoulême; et si, laissant de côté l'instrument, nous venons à considérer le meuble, nous dirons que sa robe, en acajou moucheté, à coins ronds rapportés et caisse à cylindre, fait honneur à l'ébénisterie Angoumoisine et ne ic cède point à celle des pianos les plus soignés des fabriques Parisiennes. Bien que nous n'ayons pas mission de parler ici du prix auquel M. Vallantin a l'intention de coter ce piano et ceux qu'il va faire succéder à celui-ci, nous pouvons dire que ce prix nous paraît être à peu près celui des pianos auxquels nous l'avons comparé, et qui, sans lui être supérieurs en qualité, lui sont certainement inférieurs en solidité et en durée. D'ailleurs, vous le savez, Messieurs, pour toutes les branches d'industrie produire beaucoup est une condition de bon marché, et il n'est pas douteux que cette loi s'accomplisse pour M. Vallantin, si une vente régulière lui donne occasion de fabriquer un assez grand nombre d'instruments. Que faut-il pour cela? Que le public veuille bien n'être pas exclusif, qu'il ne regarde pas avec une défaveur anticipée tout piano qui ne portera pas la marque d'un facteur en renom, qu'il consente enfin à écouter et à juger! Il y va de son intérêt. Le transport et l'emballage viennent ajouter un chiffre notable au prix des pianos achetés à Paris ou la main-d'œuvre est d'ailleurs plus chère qu'en province. Aussi, indépendamment des ateliers déjà anciens de Boisselot à Marseille, de Rousselot à Nîmes, des fabriques de pianos ont-elles été créées successivement à Lyon, Bordeaux, Lille, Strasbourg, et plus récemment à Tours, et bien d'autres villes encore. M. Vallantin fait valoir un autre avantage plus palpable peut-être que le premier, et qui résulte de l'établissement d'une fabrique de ce genre. Son atelier, en même temps qu'il sera destiné a la construction des pianos neufs, sera aussi un atelier de réparations. Nous ne devons pas oublier, à cette occasion, que, depuis quelques années déjà, un habile professeur d'Angoulême, non moins expert dans la connaissance théorique que dans la pratique de son instrument, a établi chez lui un atelier de cette nature, où les pianos sont réparés sous sa surveillance mais nous ajouterons que l'utilité de ces ateliers est réelle. A leur défaut, lorsqu'un accident grave arrive à un piano, il faut bien forcément l'envoyer à Paris pour le faire réparer mais si l'accident est léger, la réparation se fait attendre, car les frais accessoires dépasseraient de beaucoup le prix de cette réparation en attendant, l'instrument se détériore, et souvent, au bout de peu de temps, l'accident est devenu grave, de léger qu'il était. En résumé, Messieurs, nous pensons que M. Vallantin mérite des éloges et des encouragements pour le résultat obtenu dans ce premier essai. En Allemagne, où, nous devons le dire, l'instruction musicale, comme l'instruction primaire, est plus développée qu'en France, il est peu de villes, même d'une importance secondaire, qui ne possèdent des fabriques de pianos. La France, nous l'avons dit, tend aujourd'hui à entrer dans cette voie. Applaudissons-nous si Angoulême ne reste pas en arrière, comme nous nous réjouissons toutes les fois qu'un progrès réel vient à s'accomplir dans notre département." Annales de la Société d'agriculture arts et commerce du département de la Charente, 15 juillet 1855, p. 123-127 (Gallica) et Procès-verbaux de l'Académie royale du Gard, 1857, p. 115-118 (Gallica)

 

rue Tison-d'Argence (*1875)(*1876), Angoulème
VALLIER Facteur et/ou marchand de pianos et luthier ca. 1896-98 22, rue Racine (*1896)(*1898), Le Havre
VALONCINI Frédéric  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1897-1906

 

12, rue Gioffredo (*1897), 17, rue Giofreddo (*1903)(*1906),  Nice (Alpes-Maritimes)
VALTER  

'Facteur de pianos' ca. 1835

VOIR AUSSI ...

  WALTHER Jean Daniel.

 

12, rue des Martyrs (*1835)(arr.9), Paris
VALTER 'Facteur de pianos' ca. 1835  

10, rue du faubourg Montmartre (*1835)(arr.9), Paris

 

VALZ Jean  

Brevet de 1851 : "197° Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 9 mars 1851, au secrétariat de la préfecture du département de la Moselle, par les sieurs de Valz (Jean) et Caye (Michel), à Metz, pour un piano à doubles touches d'accidents." Bulletin des lois de la République française, 07/1855, p. 123 (Gallica)

'Facteur de pianos' ca. 1855-56

VALZ & CAYE (*1856), voir CAYE.

Metz
VANCOPPENOLLE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1893

 

1, rue Thumesnil (*1893), Lille
VANDENBOSSCHE
| VADDENBOSSCHE
 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1875-98

 

 

24, rue de Tourcoing (*1875)(*1876), 58, rue du Fontenoy (*1893)(*1895)(*1896)(*1897)(*1898), Roubaix

 

VANDENBROUCKE & BERTHIER  

'Fabrication de caisses pour pianos' (**1852), voyez également BERTHIER.

 

89, rue Saint Maur Popincourt (**1852)(arr.11), Paris
VANDENBUSSCHE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1875

 

 4, rue des Capucins (*1875)(*1876), Dunkerque
VANDENNELLEBROCK Edouard  

'Facteur de pianos' ca. 1851

Témoin, lors du mariage entre OTS Paul, facteur de pianos, et DACHEUX Louise Annette (1851)(10).

 

7, passage Saint Guillaume (1851)(10)(arr.1), Paris
VANDERBECQ Nicolas Joseph

(1810 - ?)(12)

 

'Fabr. caisses de pianos' ca. 1842-43

Il était né en 30/12/1810. Sa profession était ébéniste avant d'établir comme facteur de caisses pour pianos à Paris.
Son pays d'origine était Deux-Nèthes (aujourd'hui Belgique), à Anvers. Il a demandé sa naturalisation en 1832. (12)

 

5, rue du Figuier (*1842)(x1843)(arr.4), Paris
VANDERBECK  

'Facteur d'orgues et pianos' ca. 1891-1913

Fondation en 1891 (*1913)

Succ. par VERIN O. (*1913)

 

51, rue de la Mairie (*1903)(*1905)(*1906)(*1909)(*1913), Douai
VANDERMÈRE Auguste  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1839-41

Brevet de 1839 : "Vandermeere, construit un piano à cordes croisées et à deux tables métalliques. Son but était d'obtenir la force du son d'un piano à queue dans un espace moins grand, de manière à atteindre les avantages de ce dernier; il crut y parvenir par ce procédé." Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861

Pour voir le brevet original
voyez le site
INPI
(13)

 

 12, rue de la Chaussée-d'Antin (1839) (*1841)(arr.9), Paris
VANDEVENTER Marc H.  

PARIS - "VANDEVETER [sic], à Paris, 370, rue Saint-Denis. — Piano. — Quoique nouveau, ce facteur, qui a travaillé pendant long-temps dans les manufactures les plus recommandables, est parvenu à faire un piano droit fort remarqué par l'élégante simplicité de sa forme et par la grande sonorité de ses basses. Il a rendu cet instrument léger au toucher. En faisant un corps cylindre en doucine allongé, ce facteur a obtenu trois pouces de longueur de plus dans ses claviers, ce qui lui donne un très-grand avantage pour cadencer. Nous ne pouvons qu'engager M. Vandeveter [sic] à continuer la route qu'il a commencée." Lucas Al. Panorama de l'industrie française publié par une société d'artistes et d'industriels sous la direction de M. Al. Lucas, 1839, p. 110 (Gallica)

PARIS - "M. VANDEVENTER, à Paris, rue du Faubourg-Saint-Denis, 88, A exposé un piano à queue, un piano droit à cordes verticales et un piano droit à cordes obliques qui a mérité d'être placé au dixième rang dans le concours. Le jury décerne une mention honorable à M. Vandeventer." Rapport du Jury central, Paris Jury central, Imprimerie de Fain et Thunot, 1844

PARIS - "Id. [Paris] VANDEVENTER, à Paris.- Pianos à queue, oblique et droit dit pianino." L'Industrie. Exposition des produits de l'industrie française en 1844, p. 160 (Gallica)

PARIS - "Vandeventer. Pianos droits à cordes verticales et à cordes obliques et pianos à queue." Expo (*1878)

 

Pianos droits, pianos à queue et pianinos

'Facteur de pianos' ca. 1839-63

VANDEVENTER & HERZ (**1843)

PROFITER J. & VANDEVENTER (*1844)(**1845)(1) comme associés sur l'adresse rue Helder, 10 en 1844 et 1845 et rue Helder, 12 en 1846. Voir PROFITER. Ils ont eu leur adresses séparées.

VANDEVENTER Marc (*1846)(*1847)(x1849)(*1850)(*1851)

'Magasin de musique' (***1863)

Membre d'Association des patrons et ouvriers facteurs de pianos (1848), p. 5-6-7 (Gallica) - "Projet d'association des patrons et ouvriers facteurs de pianos." (1848)

"Marc Vandeventer, facteur de pianos, fait les accorts [sic] et la location à des prix modérés, Faub. St. Denis, 58." Almanach des commerçants de Paris, Année 12, 1840 (Gallica) et (***1841)

Liste des exposants Paris, 1839 | Mention honorable Paris, 1844

58, rue Saint-Denis (x1839)(**1840)(x1840)(***1841)(arr.1), 370, rue Saint-Denis (1839)(arr.1), 50, rue Saint-Denis (**1843)(arr.1), 88, rue du Faubourg-Saint-Denis (**1844)(arr.10), 10, rue du Helder (*1844)(**1845)(arr.9), 3, passage du Désir (*1844)(xx1844)(**1845)(*1847)(arr.10), 3 et 12, rue du Helder (**1846)(arr.9), 126, rue du faubourg Saint-Martin (*1848)(arr.10), 24, rue Église du Gros-Caillou (x1849)(arr.7), 13, Cité Valadon (*1850)(*1851)(arr.7), 61, rue de Cherche-Midi (***1863)(arr.6), Paris
VANDEVILLE Paul
| VAUDEVILLE
 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1895-1913

Succ. de DELAHAYE en 1895 (Archives commerciales de la France, 27/02/1895, p. 266 (Gallica)).

 

4-6, rue de Béguinage (*1895)(*1896)(*1898), 18-22, rue Jean Bellegambe (*1905)(*1906)(*1907)(*1909), 18, rue Jean Bellegambe (*1913), Douai
VANET Eugène Louis  

Brevet de 1882 : "148,165. Brevet de quinze ans, 29 mars 1882; Vanet, représenté par Desnos, à Paris, boulevard de Magenta, n° 11. Système de piano à sourdine divisée et à clavier muet à volonté." Bulletin des lois de la République française, 01/1883, p. 886 (Gallica)

Brevet de 1889 : "195277. Brevet de quinze ans, 9 janvier 1889; Vanet, représenté par Chassevent à Paris, boulevard de Magenta, n° 11. Système perfectionné de mécanique avec sourdine pour pianos droits." Bulletin des lois de la République française, 01/1889, p. 1040 (Gallica)

 

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1888-1930

Succ. par ROCCHI Vve. en 1930

"Vendeur : Vanet - Acquéreur : Rocchi (Vve) - Domicile élu pour les oppositions : 46, Abbé-Groult - Fonds vendu : Location pianos, 46, Abbé-Groult - Arch. C. (17 fév.)." Archives commerciales de la France, 21/02/1930, p. 1135 (Gallica)

PARIS - "Piano suppression de ressorts, échappement système VANET, sourdine divisée, clavier muet à volonté." Expo 1889

Mention honorable Paris, 1889

90, rue Blomet (**1888)(arr.15), 79, rue Lecourbe (1889)(*1896)(*1909)(*1910)(*1913)(arr.15)3, rue des Volontaires (?)(arr.15), 46, rue Abbé-Groult (1930)(arr.15), Paris
VANET R.  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1882-88

Brevet de 1882-88

 

France
VAN GILS Édouard-Joseph (Edward)
| VANGIL

 

 

 

 

 

 

Pianos et orgues

PARIS - "Frappé de l'inconvénient qui résulte de l'oxydation des ressorts et, par suite, de leur rupture, M. Van Gils a imaginé de remplacer tous les ressorts métalliques dans la mécanique du piano par de caoutchouc vulcanisé, qui peut, comme on le sait, supporter environ 40 degrés de froid et 150 degrés de chaleur sans perdre de son élasticité. Les corps mous et souples, tels que drap, peau, feutre, molleton, flanelle, employés pour amortir le bruit que pourraient faire les différentes pièces du mécanisme en jouant les unes contre les autres, et qui, au bout d'un certain temps, par les chocs, pressions et frottements répétés, finissent par s'affaisser, s'écraser et tomber en poussière, sont aussi remplacées par le caoutchouc, lequel, par sa nature élastique, ne s'affaisse point. Un autre avantage résultant de l'emploi de cette substance, c'est que les vers, ces constants destructeurs du drap et de toutes les laines en général, ne l'attaquent pas.  M. Van Gils va plus loin : il substitue encore le caoutchouc aux peaux et aux feutres employés pour la garniture des marteaux. Bien qu'il prétende que ce nouveau mode de garniture donne une sonorité cristalline possédant toutes les qualités de rondeur et de netteté désirables, nous n'osons pas dire qu'il ait raison. L'instrument que nous avons examiné n'étant point terminé dans toutes ses parties, il ne nous est guère possible de prononcer d'une manière assurée. Cependant nous croyons que le moelleux du feutre et la douceur de la peau seront difficilement remplacés par le caoutchouc. Si l'invention de M. Van Gils n'atteint pas de prime abord tous les résultats qu'il croit en obtenir, elle pourra néanmoins fournir plus tard de bonnes applications. Nous louons donc M. Van Gils de ses efforts, et nous l'encourageons à continuer." La Tribune des artistes, Paris, 1849, p. 139-140 (Gallica)

VOIR AUSSI ...

  ROGEZ (°1834) pour son invention avec l'utilisage de caoutchouc.

 

 

'Facteurs de pianos et d'orgues' et éditeur ca. 1847-63

'Édouard VAN GILS, Facteur de pianos et orgues et mélodions, Paris'. Mais il était aussi éditeur de musique.

Les pianos transatlantiques de VAN GILS me semble très comme des pianos transatlantiques de ROGEZ (°1834).  Mais il semble qu'il y a plus des accords entre les deux. Leurs adresses ne sont pas très éloignés. Et ils ont tous les deux inventé presque vers le même temps, l'utilisation de caoutchouc pour quelques parties de piano. On découvert aussi dans le style du meuble du piano il y a des accords.

Faillite en 1856 : "6 août 1856, —VAN GILS (Edouard) facteur de pianos, rue du Bac, 6. — Juge-commissaire : M. Truelle, — Syndic : M. Crampel, rue Saint-Marc, 6." Gazette de l'industrie et du commerce, 10/08/1856, p. 7 (Gallica) et La Presse, 07/08/1856, p. 3 (Gallica)

E. VAN GILS & G. WETZELS Neveu (**1852)(*1855)(z1855)(xx1856)(xx1857)

"[...] rendu sur le dépôt de bilan et déclaration au greffe, le sieur Van Gils (Edouard), facteur de pianos, a été déclaré en état [...] fait a été formée entre Van Gils et Wetzel pour l'exploitation d'un établissement de pianos à Paris, rue du Bac 68" dans Journal des tribunaux de commerce: contenant l'exposé complet de la jurisprudence et de la doctrine des auteurs en matière de commerce, Volume 7, 1858

"VAN GILS et WETZELS, société, Edouard, exploitation de pianos, rue du Bac, 63. – Jugement du 20 avril 1860 homologuant le concordat du 17 mars 1860. Abandon pour le sieur Van Gils, personnellement, aux créanciers de la société, des créances énoncées au concordat. N° du Greffe 13,345." Dictionnaire des conditions sommaires de tous les concordats homologués par les tribunaux de Paris, 1864, p. 211+218 (Gallica)


(la suite)

PARIS - "M. Edouard Van Gils, facteur de pianos, rue du Bac, 68, présente un piano dont le mécanisme est garni de caoutchouc vulcanisé, et dans lequel toute espèce de ressorts de métal ou autres ont été supprimés." Bulletin de la societe d'encouragement our l'industrie nationale, 1849, p. 542

PARIS - "A présenté au jury un piano dont la mécanique est garnie en caoutchouc, au lieu d'étoffes de laine, comme cela se pratique ordinairement. M. Van-Gils a même imaginé de remplacer les ressorts en métal par des ressorts en caoutchouc.
Le jury, tout en applaudissant aux ingénieux efforts de M. Van Gils, doit laisser au temps à constater l'utilité de cette innovation."
Rapport du Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie, France Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie, 1849

  Brevet de 1847 (**1847) : "Emploi du caoutchouc dans les pianos. — B. d'inv. de 15 ans au sieur Van-Gils"  -  "Van-Gils, remplaça la garniture en drap, des mécaniques, par le caoutchouc. — Les ressorts en métal font place à des ressorts également en caoutchouc." Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861 - un texte sur le brevet : Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Volume 50, 1851, p. 177-178

Un autre qui utilisait la gomme élastique était un certain KRICK à Paris vers 1865.

 Mention honorable Paris, 1849

 

64, rue du Bac (**1847)(x1847)(*1848)(x1849)(arr.7) et 68, rue du Bac (*1850)(*1855)(1856)(10)(xx1857)(1858)(arr.7), 82, rue de Grenelle-Saint-Germain (*1850)(arr.7), [61 &] 68, rue du Bac (*1851)(**1852)(arr.7), 64 & 68, rue du Bac (après 1849)(xx1856)(arr.7), 6 [?], rue du Bac (1856)(arr.7), 68, rue du Bac (z1855)(x1857)(1860)(arr.7), 5, rue Jacob (xx1861)(***1863)(arr.6), Paris
VAN EVEN Libertus  

'Facteur de pianos' ca. 1819

Piano carré de 1819, mentionné dans les archives de vente de PLEYEL de 1830, p. 75

 

Paris ?
VAN GISTEL Guillaume  

'Fabricant de pianos' ca. 1850

Époux de TAVERNIER Louise Appoline. (1850)(10)

 

25, rue Richer (1850)(10)(arr.9), Paris
VAN HERKEL 'Facteur de pianos' ca. (y1865) 48, rue Neuve (*1875)(*1876), Dunkerque
VAN LANGENHOVE François  

'Fabricant de pianos' ca. 1925

Succ. de BOMMER en 1925 :

1925 - "Vendeur : Bommer - Acquéreur : Van Langenhove - Domicile élu pour les oppositions : Laforge, 47, st-André-des-Arts - Fonds vendu : Vente pianos, 8, Pavée." Archives commerciales de la France, 07/11/1925, p. 2203

"Fabricant de pianos, demeurant à Paris, rue Ordener n° 135 bis (*1925): "Suivant acte reçu par M. Albert MOREL D'ARLEUX, notaire à Paris, 1e dix Décembre 1925, [...]  M. François VAN LANGENHOVE, fabricant de pianos, demeurant à Paris, rue Ordener n° 135 bis. A cédé et transporté : A M. Camille DELANERIE, loueur de pianos, demeurant à Paris, rue de Rivoli, n° 9 Tous ses DROITS AU BAIL DE LOCAUX! sis à Paris, rue Pavée, n° 8, (quatrième arrondissement) à compter du premier Janvier 1926. Ledit droit au bail faisant partie du fonds de commerce de fabrique, vente et achat de pianos exploité par M. VAN LANGENHOVE à Paris, 8., rue Pavée, et à Levallois Perret (Seine) 49, rue de Lorraine. Les oppositions, s'il y a lieu, seront reçues au plus tard dans les dix jours de la seconde insertion, a Paris, en l'étude de M. MOREL D'ARLEUX." Archives commerciales de la France. 23/12/1925, p. 2535 (Gallica) - Voyez également DELANERIE Camille.

 

8, rue Pavée (arr.4)(*1925), Paris

49, rue de Lorraine (*1925), Levallois-Perret (Seine)

VANLERBERGHE A.  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1895) Cambrai
VANLOO  

'Facteur de pianos' ca. 1853

Époux de SEVESTRE. (1853)(10)

 

 

46, rue Pierre Lescot (1853)(10)(arr.1), rue d'Aguesseau (1853)(10)(arr.8), Paris

 

VANOSMAN  

 

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1860

Paris ?
VAN OVERBERGH Pierre-Jean  

Ce facteur a ouvert un atelier dont la fondation est documentée.
Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

'Facteurs de pianos' (°1846) Paris
VANTROEYEN Jacques Auguste
| VANTROYEN
 

Maître de musique à l'église St-Eloi, facteur de pianos, professeur de musique, né à Ypres (Belgique) le 24 février 1820.

Passeport pour Paris (9 juin 1871)

 

 

73, rue Neuve (1846), et 22, rue Neuve (1849), 8, rue du Magasin à Poudre (1856-1886)(*1875)(*1876)Dunkerque

 

VARLET  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1876-79

 

5, rue Geoffroy-Marie (*1876)(**1878)(**1879)(arr.9), Paris
VARNEY Louis  

Facteur et/ou marchand de pianos et compositeur ca. 1896-1911

VARNEY & Cie (1911)

"Vendeur : Varney - Acquéreur : Varney et Cie - Domicile élu pour des oppositions : Fournié, 33, Gavarni et 33, Joubert - Entrée en jouissance : de suite - Désignation des fonds vendus : Apport d'un F d'instruments musique et factage de pianos." Archives commerciales de la France. 20/05/1911, p. 684 (Gallica)

 

9, rue Choron (*1896)(*1897)(arr.9), 58, rue Laffitte (*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(arr.9), 31, boulevard Rochechouart (*1909)(*1910)(arr.9), 33, rue Joubert (1911)(arr.9), Paris
VASEUR  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

 

 Paris
VASSANO  

"Cette annonce est assez coûteuse elle assure l'acha landage pour le faubourg Saint-Germain; mais si l'on ne vise que la noblesse du quartier Monceau, M. Paul Prévôt est très recommandé. Exemple ce passage des Quarts d'Agent de change « Les parents les surveillaient de loin; mais le collégien s'était placé de façon à être protégé des regards par les jupes de sa cousine; il pinçait sournoisement les mollets d'Edmée, tandis que celle-ci, sans paraître émue promenait d'interminables arpèges sur le clavier; elle fixait obstinément le cartouche d'ivoire où s'affichait le nom du facteur de pianos Vassano, 23, faubourg Poissonnière. (Les parents d'Edmée avaient acquis cet excellent instrument pour un prix modique.) Une imperceptible rougeur lui rosait les pommettes, etc., etc. » " Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, 14/07/1894, p. 113 (Gallica)

 

'Facteur de pianos', quand ?  23, rue du faubourg Poissonnière (?)(arr.9), Paris
VASSEILLIÈRE

( ? - 1874)

 

 

Membre de plusieurs académies

"Vassellière, méd. 1re cl. ac. univ. 1860. facteur de pianos et d'orgue-harmonium. fab. d'instruments en tous genres édit. et compositeur de musique." Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1864 (Gallica)

 

Pianos droits

'Fabricant de pianos' et éditeur de musique ca. 1860-64

VASSEILLIÈRE Fils (1856)

 "Etudes de Me BOUCHER-LANDRAGIN, avoué, et de Me FOREST, notaire à Charleville. Adjudication, par suite de décès, en l'étude de Me Forest, notaire à Charleville, le 26 mai 1874, à 2 heures, du fonds de commerce d'instruments de musique dépendant des successions de M. et Mme Vasseillière, de Charleville, comprenant, outre l'achalandage : Pianos, harmoniums, violons, instruments de cuivre et de bois; Accessoires d'instruments de cuivre et de bois;  Partitions, méthodes, musique classique, musique d'orchestre et diverses planches servant à l'impression de la musique; Mobilier de magasin: Un état détaillé des objets composant le fonds de commerce est annexé au cahier des charges de la vente.  L'adjudication aura lieu en un seul lot, sur la mise à prix de 29,617 fr. 45. L'adjudicataire aura-droit, s'il le réclame dans la huitaine de l'adjudication, à un bail de neuf années, moyennant un loyer de 2,000 francs, du magasin, logement, cour, jardin et accessoires dans lesquels le fonds de commerce est exploité. S'adresser, pour les renseignements, à Charleville : 1° A Me FOREST, notaire, dépositaire du cahier des chargés; 2° A M. GIRGOIS, tuteur de la mineure Vasseillière, cours d'Orléans, 27; 3° Et à Me BOUCHER-LANDRAGIN, avoué." Le Ménestrel, 17/05/1874, p. 192 (Gallica)

Succ. par  ROLAND à Charleville, probablement vers 1874

 Médaille 1re cl. ac. univ. Charleville (?), 1860

 

Paris / Charleville (Ardennes)
VASSIER Louis  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1853-76

 

20, rue Tapis Vert (xxx1853)(xxx1854), rue Dauphine, coin rue de la Providence (yy1856), 24, rue Tilsit (yy1858), 60, rue Tilsit (xxx1860)(yy1861)(yy1863)(xxx1874)(*1875)(*1876), Marseille

 

VASSIER

"J'achète pianos, même en mauvais état. - Vassier, 164, avenue de Versailles. 16e." La Presse, 11/11/1916, p. 2 (Gallica)

 

'Facteur de pianos' ca.1859-1916

Époux de HAUSSHEE (1859)(10)

"Publications de mariages. Du 24 au 31 août. [...] 9e arrondissement (Opéra). - [...] M. Vassier, facteur de pianos, impasse de l'École, 5 et Mlle Métra, même maison." La Presse, 29/08/1862, p. 3 (Gallica)

VASSIER G. (**1886)

"Déclaration de faillite - Paris. - VASSIER (G.), facteur de pianos, rue Lepic, 37, puis rue d'Auteuil, 61. J.-e. : M. Meunier. — S. : M. Mauger." Archives commerciales de la France, 29/12/1886, p. 1620 (Gallica)

 

 

2, cité Fénelon (1859)(10)(arr.9), 32, rue Saint Nicolas d'Antin (1859)(10)(arr.9), 5, Impasse de l'École (*1862)(arr.9), 37, rue Lepic (**1886)(arr.18), 61, rue d'Auteuil (**1886)(*1893)(*1895)(*1896)(arr.16), 46, rue de la Victoire (*1875)(*1893)(*1895)(*1896)(*1897)(*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(*1909)(*1910)(arr.9), 64, avenue de Versailles (y1916)(arr.16), Paris

 

VASSELIN Edouard-Zéphirin  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1902

Liste des exposants Lille, 1902

 

 101, avenue de Villiers (*1902)(arr.17), Paris
VATER Antoine

 (1689 - 1759)

 

Ce facteur a ouvert un atelier dont la fondation est documentée.
Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

'Facteur de clavecins' (°1728) Paris
VAUDEY  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1895-1905

VAUDEY Mme. Veuve (*1895)(*1897)

C. BINETTI - VAUDEY (*1903)(*1905), voir BINETTI

 

49, rue d'Antibes (*1895)(*1897)(*1903)(*1905), Cannes (Alpes-Maritimes)
VAUDEY  

Facteur et/ou marchand de pianos et éditeur de musique ca. 1895-1913

"Á MOZART" (*1903)(*1909)

Fondation en 1888 (*1913)

VAUDEY Gustave Fils (*1895)(*1897)(*1913)

 

[8], rue Bossu (*1895)(*1897)(*1903)(*1905)(*1909)(*1913), 2bis, rue Notre-Dame (*1913), Cannes (Alpes-Maritimes)
VAUTE Paul  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1904) Alès
VAUTHIER  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

 

Paris - Mirécourt ?
VAUTHIER  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1905

"Liquidation judicaire - Chaumont —VAUTHIER (dme Louis, François née POISSON), pianos. — 7 avril 1905. — L. M. Perrin." Archives commerciales de la France, 19/04/1905, p. 484 (Gallica)

 

Chaumont
VEILLET 'Facteur de pianos' ca. 1865 9, rue de l'Egoût (**1865)(arr.6), Paris
 

VELU Armand

(ca. 1794 - 1859)(10)

 

Porteur ou facteur de pianos ca. 1859

Veuf de GABRIEL Louise (10)

6, rue Maubuée (1859)(10)(arr.4), Paris
VENDERLITZ
| VANDERLISTE | VANDERLEST
'Facteur de pianos' et 'Facteur de harpes' ca. 1789-1813; (*1789)  

rue des Vieux Augustins (*1789)(arr.2), 44, rue Montmartre (*1798-1799)(arr.2), rue Froidmenteau, vis-à-vis la façade du Louvre (*1805)(arr.1), 63, rue Montmartre (*1809)(x1810)(*1811)(*1812)(*1813)(arr.2), Paris

VERANI J.
| VERANY

 

 

 

 

 

 

Une image d'un Piano-Harpe, Gazzetta Piamontese, 13 Dicembre 1845, p. 3

 

 

TITRE

'Breveté du Roi' (*1842)

'Facteur de Sar - Mde La Princesse ADELAIDE'

PARIS - "VÉRANY. (Clermont-Ferrand.) M. Vérany expose :  un piano-harpe de son invention; sa forme est verticale, ses avantages sont de produire des sons, principalement dans les basses, pareils à ceux d'un bon piano à queue; 2e un piano dans les formes ordinaires, qui, malgré sa grande perfection, est d'un prix extraordinairement réduit, comparativement à ceux de Paris." Rapport sur l'Exposition publique des produits de l'industrie française de 1844, p. 279

PARIS - "Le piano-harpe de M. Verani, facteur de Mme Adélaïde, à Clermont-Ferrand, a valu à son auteur les félicitations bien méritées de LL. MM., qui ont admiré la forme nouvelle de ce bel instrument, construit en bois de hêtre d'Auvergne." Journal des débats politiques et littéraires, 31/05/1844, p. 2 (Gallica)

PARIS - "Quelles que soient les excellentes qualités du piano si doux et si expressif de M. Verani, facteur piémontais, qui a transporté ses ateliers en France, dans Clermont-Ferrand, cet instrument ayant été porté sur le Catalogue des produits français, nous n'avons pas à nous en occuper ici." De l'Italie agricole, industrielle et artistique: a propos de l'Exposition, A. Escourrou Milliago, 1856, p. 77

TURIN - "1147. VERANI : da Nizza, residente in Clermont-Ferrand (Rue de l'Escalier de l'Hotel-Dieu). Piano-forte a metà obliquo, impiallacciato di legno di rosa." Catalogo della sesta esposizione nazionale di Prodotti d'Industria nell' anno 1858, p. 188

TURIN - "Al sig. Verani di Nizza, residente in Clermont-Ferrand (1147). Per la bellezza e la buona fabbricazione di un suo pianoforte a cassa impiallacciata di legno rosa." Relazione dei giurati e giudizio della R. Camera di agricoltura e commercio, 1858, p. 286

TURIN - "VERANI di Nizza, a Clermont-Ferrand (Francia) - PREMIATO - Menzione onore-vole - Questo distintissimo Fabbricante mandò un piano-forte mezz'obliquo, a cassa impiallacciata di rosa, che diede agli esperti conoscitori buonissima opinione dei proùotti che escono dalla ragguardevole fabbrica che questo nostro concittadino ha stabilita in Francia e che vi gode grande rinomanza, come lo prova la medaglia eh gli
venne accordala all'Esposizione universale di Parigi." Expo Turin 1858,
Album descrittivo della sesta esposizione nazionale di prodotti d'industria nell'anno 1858

TURIN - "Cinque sono gli espositori di pianoforti, Clotz-Thibaux, Berra, Roeseler, Ajmonino e Verani. [...] dell'ultimo uno a metà obliquo, impiallaciato di legno rosa. Detrattone gli accessori di abbellimento, le prerogative che deve avere un buon pianoforte si riassumono in quattro principalissime: nel sostenere l'accordatura, e ciò dipende dalla costruzione della cassa e dalla qualità del legnu che s'impiega per costruirlo ; — nella voce, la quale deve essere dolce, voluminosa, uguale ed oscillante, e questo in tuttala estensione dei suoni, non dovendo esservi differenza nella qualità della voce, dei suoni gravi, dei suoni di mezzo e dei suoni acuti; come gli acuti devono essere bene oscillanti onde non abbiano quel sordo che si ottiene battendo sopra il legno; — nell'ubbidienza della tastiera, non solo nella ràpida ripercussione dello stesso tasto e nella esecuzione dei trilli, ma anche nell'avere il più dilicalo pianissimo ed il più staccato fortissimo negli accordi, senza che abbiano a rompersi corde e martelli; — negli smorzatori, i quali devono togliere all'istante le oscillazioni delle corde indipendentemente da alcun strascico di suono morente. [...] e infine Ajmonino e Verani, anch'essi conscienziosi industriali, ma non cosi scientifici quanto i precedenti, favorevolmente noti ai quattro primi esecutori della musica italiana: List [Liszt], Talbergh [Thalberg], Dòller e Villemann." Rivista contemporanea, Volume 14, 1858, p. 301-302

TÊTE D'UNE FACTURE

Facture ca. 1830 : "Rue de Massillon, N.° 3. - VERANI - Facteur d'Orgues et de Forte-Pianos. Md de Musique et d'Instrumens, Breveté du Roi et de S.A.R. Mlle d'Orléans, à Clermont-Ferrand."

"Le sieur Verani, accordeur-facteur d'orgues et de pianos, rue St-dominique, n°11, a l'honneur de prevenir les Amateurs, qu'il donne des leçons d'accord pour le piano selon une méthode qui est très-facile." Le Moniteur judiciaire de Lyon : organe des tribunaux et des annonces légales, 03/12/1821, p. 4

"Mmes Aimé et Verani, profess. de piano. Verani, facteur de pianos et d'orgues pour églises et salons; pianos, harpes et autres instrumens à louer, au mois et à l'année, éditeur de musique et marchand d'instrumens. Breveté du roi, pl. Royale, 22, près le théatre." Agenda musical pour l'année 1836: contenant tous les renseignements utiles aux amateurs de musique et aux artistes, Volume 3, 1836 (Gallica) p. 75

"Pianos droits et Piano-Harpe de la fabrique de J. Verani
Facteur de pianos de la famille Royale de France. Ces pianos, dont les beaux son rivalissent avec ceux du piano à queue français, par leur dimension réduite et par l'élégant simplicité de leur forme, peuvent être admis dans tous les salons. Leur prix modéré varie de 750 à 1,500 fr. Il deposito trovasi solamente presso il signor Marini, professore di piano-forte, in contrada del Fieno, num. 14." Gazzetta Piamontese, 13 Dicembre 1845, p. 3

 

 

'Facteur d’Orgues et de Forte-Piano' (LVM), et éditeur.

Il est né à Nice (à cette période Nice était une ville de Piemonte) et transferé à Lyon avant d'établir à Clermont-Ferrand.

Pierre VERANY (?)

On trouve ce nom plusieurs fois dans les archives de vente de Pleyel dès 1829. Dès 1829 il habitait déjà à Clermont-Ferrand.

"Clermont-Ferand. Di sorpresa riuscir deve sapere che in questa piccola città esiste una fabbrica di pianoforti, la quale per tutte le qualità necessarie di precisione nel meccanismo, di purezza, uguaglianza e potenza di suoni di tal fatta si distingue, che il proprietario di essa, il signor Verani è stato perfino onorato del qualificato di fabbricatore di pianoforti della famiglia reale di Francia. Gli istrumenti dal Verani costrutti e per due anni garantiti, si danno ad un prezzo si lieve che ponno convenire a chiunque. Egli ne fa molte spedizioni in Ispagna, nella media ltalia e perfino a Parigi (la sede degli Erard e de' Pleyel) in ispecie di quelli così detti verticali, pe' gabinetti delle signore ora assai ricercati." Gazetta Musicale di Milano, 01/10/1843, p. 172

PIANO-ARPA

"Piano-Arpa del signor Verani - (Dalla Gazzetta Piemontese) - Gli è un nuovo trovato di un nostro compaesano ( perocché il signor Verani, sebbene dimorante in Francia, è nato in Nizza Marittima: ed è un lavoro, che, accolto con plauso in Parigi, e con favore da grandi personaggi e da ottimi artisti Dell'esposizione del 1844 merita per ogni riguardo di venir divulgato ed apprezzalo in Italia ove nacque e regna tuttora la musica. Ognun sa che dopo i lunghi studi fatti in Germania, in Inghilterra ed in Francia per ridurre a perfezione i cembali, o pianoforti, d'ogni forza e d'ogni misura, pareva difficile, non che impossibile, portare nella fabbricazione di questi strumenti alcuna innovazione tanto importante e singolare da mettere l'autore accanto ai più celebri che già tengono lo sceltro Dell'arte. Il signor Verani non si lasciò sgomentare dalle difficoltà, e fruito delle sue fatiche si è il piano-arpa che ci è grato annunziare. In esso è combinata la bontà con la bellezza, la forza e l'estensione dei suoni con la sveltezza e la leggiadria della forma. Non è più un cembalo, o piano-forte, a coda che ingombri colla sua mole sgraziala una sala; ma un mobile gentile, e adattalo a qualunque siasi gabinetto elegante : non è più un cembalo o piano-forte verticale, che, quanto acquista dal lato della comodità, altrettanto perde da quello della robustezza e dell'efficacia de'suoni, specialmente nelle corde basse non prolungate a proporzione delle altre; ma uno strumento ben disposto e perfetto in tutte le sue parti, in cui la necessaria dimensione delle suddette corde è mantenuta dalla forma d'arpa che gli diede l'artefice; è finalmente un piano-forte che ai vantaggi, ossia comodi, dei verticali, unisce la potenza di suoni, l'eguaglianza e la soavità degli orizzontali. Il Verani, dicono i giornali francesi, si è acquistato con siffatta innovazione il suffragio di tutti gli intelligenti che sono infiniti, e di tutti i professori di musica, e si è assicuralo la fama, come si esprimono essi, che è dote di una grande specialità. Uno dei più rinomati compositori, il signor Giorgio Onslow, che ebbe l'occasione di visitare l'officina, e di esaminare gli strumenti dui nostro Verani, cosi si esprime in una sua lettera a lui diretta non ha guari, e che noi traduciamo letteralmente;
 Mi sono affrettato, signore, di arrendermi al desiderio da voi manifestatomi ch'io esaminassi e provassi i pianoforti della vostra officina. Posso accertarvi colla maggiore sincerità, che la soddisfazione fu eguale in me alla sorpresa; e se affermaste essere voi l'autore dello strumento presentato al mio esame, io non potrei credere che sia stato costrutto in provincia. Volume, qualità di suono, eguaglianza di tastiera, facilità di rispondere, nulla vi si lasci a desiderare, e posso dire per mia fede, che negli stromenti fabbricati in Parigi son rari a trovarsi acuti si brillanti e sì nitidi. Debbo aggiungere ai miei elogi, o signore, quelli che si aspettano alla solidità de'vostri stromenti. Il vostro capo di officina mi fece vedere ad una ad una le diverse parli che gli compongono, e tulio mi persuade della lunga durata che sapete dare ai prodotti della fabbrica vostra.
A questa lettera noi crediamo di non dovere aggiungere parola. D'altra parte per certi lavori, come questo del Verani, le onorevoli testimonianze non bastano se non vengono in lor sussidio le prove. I professori e i dilettanti di musica potranno assicurarsi del valore di questo piano-arpa, perocché ne sono depositati parecchi presso l'egregio nostro concittadino, professore Marini, il quale gentilmente si è dei medesimi incaricalo. L'artefice pertanto nutre fiducia che quando i suoi lavori saranno conosciuti, abbia la loro bellezza, non che la loro bontà, ad essere comunemente apprezzata, e che non solo abbiano essi a servire utilmente ai maestri e agli allievi della bell'arte, ma eziandio a figurare nelle sale e nei gabinetti delle donne gentili come istrumenti d'istruzione e di passatempo, e come nobili e leggiadri ornamenti. Ad esse specialmente ci volle col mezzo nostro vivamente raccomandarli. Felice Romani." Il Pirata. Giornale di letteratura, belle artl, mestieri, mode ..., Volume 11, Francesco Regli, 1845, p. 204

"Piano-Arpa del sig. Verani. - Il sig. Verani inventò un nuovo pianoforte, a cui da il titolo di Piano-arpa. lu esso è combinata la, bontà con la bellezza, la forza e l’estensione dei suoni con la svelteaza e la leggiadria della forma. Non è più un cembalo o pianoforte a coda che ingombri colla sua mole sglraziata una sala, ma un mobile gentile ‘e adattato a qualunque siasi gabinetto elegante, non è più un cembalo o pianoforte verticale, che, quanto acquista dal lato della comodità, altrettanto perde da quello della robustezza e della ‘ efficacia de’suoni, specialmente nelle corde basse non prolungate a proporzione delle altre; ma uno strumento ben disposto e perfetto in tutte le sue parti, in cui la necessaria dimensione delle suddette corde è mantenuta dalla ‘forma d’arpa che gli diede Partetice: è finalmente un pianoforte che ai vantaggi, ossia comodi dei verticali, unisce la potenza di suoni, Peguaglianza e la soavitii degli orizzontali. ll Verani, dicono i giornali francesi. si è acquistato con siffatta innovazione il suffragio di tutti glîntelligenti che sono infiniti, e di tutti i professori di mufica‘ e si e assicurato la fuma, come si esprimono essi, che è dote di una grande specialità. (G. P.)" Bazar di novita artistiche, letterarie e teatrali, Volume 5, 1845, p. 430-431

"Non è un cembalo a coda che ingombri colla sua mole una sala, ma un mobile gentile che si addatta a qualunque gabinetto elegante; non è un cembalo verticale, che quanto acquista per la comodità tanto perde per l’armonia; ma uno strumento che ha in qualche modo la forma dell’ arpa, e quindi non occupa grande spazio, e ai vantaggi dei cembali verticali unisce la potenza, l’eguaglianza, e la soavità de’ suoni degli orizzontali." Gazzetta della provincia di Pavia, 10/01/1846, p. 7

 

Liste des exposants Paris, 1844 | Mention honorable Paris, 1849 | Médaille de 2e classe, 1855 | Esposizione nazionale, à Turin, 1858

 

11, rue Saint-Dominique (*1821), Lyon

3, rue de Massillon (B1831), Magasin : 10, rue Massillon, Atelier : petite rue de la Treille (1830?)(14), 22, place Royale (*1836), rue de l'escalier de l'Hôtel Dieu (**1858), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

44, rue de la Fontaine Molière (?)(arr.1), Paris

 VERBEKE L. Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1928 16, place d'Armes (L1928), 73, boulevard Lafayette (L1928), Calais
 VERBER

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1875-88

 

90, rue de Charonne (*1875)(**1888)(arr.11), 99, rue de Charonne (**1878)(**1879)(**1880)(**1881)(arr.11), Paris

 

 VERCHALY  

"MUSIQUE & INSTRUMENTS * NOUVEAUTÉS MUSICALES ABONNEMENTS * PIANOS * HARMONIUMS * LOCATION & ACCORDS * Mme VERCHALY 70, rue Plantagenet, a l'honneur d'informer sa Clientèle qu'en raison de l'extension donnée à son Magasin, elle vient d'installer chez elle un ATELIER DE RÉPARATIONS
pour les Pianos, la Lutherie et les Instruments de Cuivre." Angers-artiste, 18/10/1890, p. 18 (Gallica)

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1890-1906

VERCHALY Mme. (*1890)(*1891)(*1895)(*1898)(*1903)(*1906)

70, rue Plantagenet (*1890)(*1891)(*1895)(*1898)(*1903)(*1906), Angers
VERCRUYSSE C. et DHONDT O.  

Etiquette dans intérieur d'un piano droit de la marque "SCHUMANN- Paris"

 

Pianos droits

'Luthiers' et facteur et/ou marchand de pianos

Succ. de DHONDT Jean (°1888), entre 1913 et 1922.

139-143, rue de Paris (*1922), Lille
 VERDEAU E. et Fils  

Facteur et/ou marchand de pianos vers 1900

 

Bordeaux
 VERGER & Cie  

"Verger et Cie, fadeurs et accordeurs de pianos, vente et location, échange et réparation, boul. Haussmann, 11 bis, et r. Taitbout, 13 bis." Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1878, p. 1350 (Gallica)

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1878  

11bis, boulevard Haussmann (**1878)(arr.9), 13bis, rue Taitbout (**1878)(arr.9), Paris

 

VERGNOL C.  

PUB

 

 

'Accordeur-facteur de pianos' ca. 19??

Maison fondée en 1923 (*1929).

Ancien ouvrier chez AURAND-WIRTH (°1830) à Lyon, et chez DÉMONET Claude (°1907) à Vichy.

 

3, rue de Censeur (19??), 18, rue de Censeur (*1929), Cusset (Allier)
 VERHAEGHEN Lucien  

TÊTE D'UNE FACTURE

Facture de 1939

 

Facteur et/ou marchand de pianos, et éditeur de musique ca. 1900

Ancienne maison LEDRU à Rouen.

PUB

 

3, rue de Carmes (F1939), Rouen
VERHERTBRUGGE F.  

"VERHERTBRUGGE (F.), 125, bd de Ménilmontant et 18, r. de Ménilmontant, Paris, 11°. Facteur d'orchestrions et pianos électriques et automatiques. Papiers et cartons perforés. Accords, transformations, échange, peinture, décors, sculpture." Annuaire industriel. Répertoire général de la production française, 1925 (Gallica)

'Facteur d'orchestrions et de pianos électriques et automatiques' ca. 1925 125, boulevard de Ménilmontant (**1925)(arr.20), 18, rue de Ménilmontant (**1925)(arr.20), Paris
VERHILLE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1875-76

12, rue de Tourcoing (*1875)(*1876), Roubaix
VERIN A.  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

Caudry
VERIN O.  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1913

Succ. de VANDERBECK (*1913)

51, rue de la Mairie (*1913), Douai
VERLINDEN Aîné  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1864

VERLINDEN Fils Aîné (x1864)

VERLINDEN Aîné (*1875)(*1893)(*1895)(*1896)(*1897)(*1898)

Bayonne
VERLINGUE-BRUNET Ign. 'Facteur de pianos' (**1862) Boulogne-sur-Mer
VERNÈDE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1913

VERNÈDE  Vve. (*1913)

 

12, rue Hoche (*1913), Versailles
VERRY  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos

 

rue de Paris (*1875)(*1876), Saint-Germain en Laye
VERTE Gabriel Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

Paris
VESSELIN Edouard  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1904

Médaille d'or Louisiane (État du Sud des États-Unis), 1904

 

Paris
VEYER 'Fabricant caisses de pianos' (yy1839)(**1840)(*1842)(**1852)  

105, rue Saint-Maur-du-Temple (yy1839)(**1840)(arr.11), 108, rue Saint-Maur-du-Temple (*1842)(arr.11), 176, rue Saint Maur Popincourt (**1852)(arr.11), Paris

 

VIAL Jean-Baptiste-Hypolite

(1819 - ?)

 

BIO

"Vial (Jean-Baptiste-Hypolite), né à Marseille le 12 janvier 1819, est fils de commerçants. Destiné d'abord par sa famille à la marine, il essaya ensuite diverses professions manuelles et s'attacha enfin à un habile facteur de pianos, ( le cousin du fameux compositeur Weber) qui lui apprit l'accord et la confection des pianos. Il fit un voyage à Paris pour se perfectionner dans son art près de Pleyel." Annuaire dramatique de la Belgique, Volumes 5-6, 1843, p. 190

 

'Facteur de pianos' ca. 1843 Marseille
VIALA 'Facteur de pianos' (*1860) Paris
VIALLET

 

"Viallet, fab. de pianos dits orgues expressifs, et acordéons, dans la perfection; fab. aussi des harmonicas à bouche, en tous genres; fait des envois en province, Temple, 57." Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1844, p. 627 (Gallica)

 

'Facteur de pianos' ca. 1844-46  

57, rue du Temple (xx1844)(**1845)(**1846)(arr.4), Paris

 

VIALLIS

 

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1930

ROSSI-VIALLIS (*1929)

"[...] M. Markowitz négociant en sacs [...] Ont cédé à M. Léon-Paulius ROSSI, facteur de pianos, et Mme Marie-Joséphine VIALLIS, son épouse, demeurant ensemble à Paris, rue Elisa-Lemonnier. n- 5. Tous leurs droits pour le temps en restant à courir à compter du 1° avril 1930, au BAIL de divers locaux dépendant d'une mai-
son sise à Paris, avenue Daumesnil, n° 136, où était exploité un commerce de marchand de sacs. [...]"
Archives commerciales de la France, 10/02/1930, p. 919 (Gallica)

Pianos faites par SCHINDLER (°1884)

 

5, rue Elisa-Lemonnier (avant 1930)(arr.12), 136, avenue Daumesnil (1930)(arr.12), Paris
VIBERT 'Facteur de pianos' ca. 1852 31, rue de Richelieu (**1852)(arr.1), Paris
VICHARD J.  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1922

 

Épinal
VICINI Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1880

1, passage de l'Opéra (**1880)(arr.1), Paris
VIDAL  

PARIS - "VIDAL. - France. - Piano à pédalier." Chouquet, Rapport sur les instruments de musiques à l'exposition universelle de 1878

VOIR AUSSI ...

.... un certain VIDAL à Barcelone, vers 1879.

 

 

'Facteur de pianos' ca. 1878-88

 

Médaille de bronze Paris, 1878

6, rue Marie-Antoinette (**1878)(**1879)(arr.13), 28, rue Véron (**1880)(**1881)(arr.18), 12, rue Lemercier (**1880)(**1888)(arr.17), Paris
VIÉ  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1893

Probablement successé par PUISSANT dès 1895.

 

rue Fécanderie (*1893), Auxerre
VIENNET Henri  

"Viennet (M.-H.), locations, réparations et accords, pianos de tous les facteurs, spécialité pour la location depuis 3 F. jusqu'à 30 fr. par mois, transport de pianos pour la ville et à la campagne, r. Centrale, 52." Annuaire administratif et commercial de Lyon et du département du Rhône, 1860, p. 304

 

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1853-76

VIENNET Henri (*1853)

VIENNET M. H. (**1860)

VIENNET - D'HEYRIEU [DEYRIEUX](**1862)(***1863)(**1868)(*1869)(*1875)(*1876)

Succ. par MORETTON de Lyon.

 

5, place Louis Le Grand (*1853), è!, rue Centrale (xx1857), 52, rue Centrale (**1860)(**1862)(***1863), 9, place Impératrice (*1868)(*1869), 9, place des Jacobins (*1875)(*1876), Lyon
VIERHAUS Frédéric Bernard

(1787 - ?)(12)

 

'Facteur de pianos' ca. 1843

Né à Bochum, Prusse, aujourd'hui Allemagne. Demandait sa naturalisation en 1843. (12)

 

Paris
VIET

 

"Pianos de fabrication supérieure, à vendre avec garantie à des prix défiant toute concurrence. Pianos d'occasion à 250 fr. et au-dessus. Location avec conditions facultatives d'achat. Maison Viet, rue Dauphine, 40, à Paris." La Presse, 12/11/1868, p. 4 (Gallica)

 
 

Facteur de pianos aveugle ca. 1868-81; (6)

Maison VIET (***1868)

VOIR AUSSI ...

  PASDELOUP & VIET (°1852).

40, rue  Dauphine (***1868)(arr.6)15, rue Dauphine (1881)(arr.6), Paris
VIETTI Zino  

'Fabrication de pianos automatiques' ca. 1909

Succ. par SYLVIOZINO & LAGOSSI en 1909. (Archives commerciales de la France, 21/08/1909, p. 1275 (Gallica))

 

Chambéry
VIGIER  

'Facteur de pianos' ca. 1848-61

On trouve ce nom plusieurs fois dans les archives de vente de Pleyel dès 1829.  On voit q'il a acheté les n° ..., 1364, 1379, 1392, ... (20).

FORCKEL - VIGIER (*1848)(x1849)(*1851)(y1853)(*1854), voir FORCKEL.

VIGIER Vve. (*1857)(xx1861)

 

4, rue du Château-Trompette (*1848)(x1849)(*1851)(y1853)(*1854)(xx1861), Bordeaux
VIGNEAU Pierre 'Facteur de pianos' ca. 19?? ?, rue de l'Ouest (19??)(arr.14), Paris
VIGNOLA Henri Facteur et/ou marchand de pianos et d'orgues ca. 1897-98 23, rue d'Anvers (xxx1897)(xxx1898), Marseille
VIGNOLO F. H.  

Facteur et/ou marchand de pianos et d'orgues ca. 1906-13

VIGNOLO & Cie (xxx1906)

VIGNOLO F. & H. (xxx1908)

VIGNOLO H. (xxx1908)

VIGNOLO F. H. (xxx1909)(xxx1912), successeur de MADER François, 'manufacture de grandes orgues'

VIGNOLO Frères & Cie (*1913)

 

74[-76], rue Camas (xxx1906)(xxx1908)(xxx1909)(xxx1912)(*1913), Marseille
VIGNOLO F. Facteur et/ou marchand de pianos et d'orgues ca. 1906 11, rue Saint-Vincent-de-Paul (xxx1906), Marseille
VIGREUX 'Facteur de pianos' ca. 1865 62, rue du faubourg du Temple (xx1865)(arr.10), Paris
VIGUIER  

Facteur et/ou marchand de pianos et 'Accordeur de pianos' ca. 1875-76

 

15, rue Montardy (*1875)(*1876), Toulouse
VILAIN-SIMON Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1909 1, rue d'Inkerman (*1909), Lille
VILBAC  

SOUS-MARQUE

Sous-marque de Henri GRAFFAN  (°1886) de Marseille.

 

[Paris]
VILLARET

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

Paris
VILLEBOIS 'Facteur de pianos' ca. 1862 24, boulevard de la Chapelle (1862)(15)(arr.18), Paris
VILLEMIN E.  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos, début du 20ème siècle

VILLEMIN E. (?)

VILLEMIN Vve. en 1929 :

"Vendeur : Villemin (success.) - Acquéreur : Villemin (Vve) - Domicile élu pour les oppositions : Me Cousin, notaire, 6, place St-Michel - Fonds vendu : Facteur de pianos et lutherie, 100, rue Denfert-Rochereau - A. P." Archives commerciales de la France, 23/07/1929, p. 3179 (Gallica)

VILLEMIN E. Fils (?)

 

11, rue du Commandeur (*1913)(arr.14), 100, rue Denfert-Rochereau (*1929)(arr.14), Paris
VILLENEUVE  

'Facteur de pianos'

Successeur de  BARON L. (°1860)

 

51, rue Saint-Placide (*1909)(*1910)(*1913)(arr.6), Paris
VILLETTE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1875-76

 

18, rue Luisoneau (*1875)(*1876), Boulogne-sur-Mer
VILLETTE A. - TURON  

TÊTE D'UNE FACTURE

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 917

Successeurs des anciennes maisons BONNEL-HAUMESSER et TRIBOUT F. à Rouen.

 

35 & 37, rue Saint-Nicolas (F1917), Rouen
VILSON  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

 

Paris
VILT J.
| WILT

 

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1898)

 Paris
VINCEN  

 

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1850-60

Rouen
VINCENT  

" [...[ La gamme à huit intervalles n'a jamais été admise. Mais le genre enharmonique a été pratiqué plus ou moins pendant des siècles. Le théoricien et le praticien, qui se faisaient il y a 2,000 ans et plus, une guerre aussi acharnée que de nos jours, s'accordaient pour l'admettre. Tous les auteurs en parlent ; aucun ne le rejette. Il ne faut donc pas le traiter avec trop de mépris. Pour étudier ce genre, et, avec ce genre, toutes les nuances ou variétés des deux autres, M. Vincent, aidé de M. Bottée de Toulmon, a imaginé et fait exécuter par M. Roller, un instrument aussi commode qu'exact et sûr. C'est une espèce de petit piano ou clavecin d'une étendue de deux octaves (celle du grand système) et muni de deux claviers superposés, de quinze touches chacun. Le premier clavier répond au genre pris pour terme de comparaison ; M. Vincent a choisi le diatonique des Pythagoriciens ou diatonique dito nié, facile à accorder par quintes. Le second clavier est pour les genres ou les nuances qu'on veut lui comparer. Les cordes de ce second clavier sont accordées d'abord à l'unisson des cordes du premier, chacune à chacune; puis montées à leur ton par allongement ou raccourcissement, sans changement de tension, au moyen de curseurs, espèces de petits étaux métalliques qui peuvent à volonté, serrer la corde, ou glisser avec facilité dans des coulisses graduées pour mesurer l'allongement ou le raccourcissement. Les degrés de cette graduation sont calculés de manière à correspondre à des intervalles d'un 10e de ton moyen ou d'un 60e d'octave. Ils vont par conséquent en diminuant de longueur sur l'échelle de graduation, de l'extrémité de la corde vers le sillet. Mais la diminution n'est pas très-sensible dans les limites de la marche du curseur, dont les bords intervalles de beaucoup inférieurs à ces dixièmes de ton, déjà moindres eux-mêmes que le comma ordinaire. La simplicité et la perfection de ce mécanisme permettent d'accorder en très-peu de temps l'instrument suivant tous les genres anciens et même toutes les nuances de ces genres.

 

'Facteur de pianos'

Époux de BOUTHIER. (1849)(10)

Un ouvrier nommé 'VINCENT' était vernisseur chez PLEYEL en 1860. (20)

Il n'a fallu pour cela, que réduire en dixièmes de ton moyen, les mesures très-précises que les auteurs grecs nous ont données des parties de leur tétracorde. En voyant le petit clavecin de M. Vincent, je me suis demandé si cette invention ne pourrait pas s'appliquer aux pianos ordinaires, et donner aux exécutants la facilité de les accorder eux-mêmes, suivant le tempérament jugé le plus favorable à l'harmonie. Il suffirait pour cela, d'accorder préalablement, sinon toutes les cordes à l'unisson, du moins à l'unisson par catégories liées entr'elles au moyen de consonances exactes, l'octave par exemple, ou la quinte et la quarte alternées, etc., et de monter ensuite les cordes à leur ton définitif, en faisant glisser les curseurs depuis le zéro de l'échelle jusqu'au point marqué à l'avance. Ces curseurs serreraient toutes les cordes qui répondent à une même touche. M. Vincent a obligeamment monté pour moi son instrument à l'enharmonique. Une seule audition suffit pour prouver la possibilité de distinguer les quarts de ton. Mais il reste à voir si de pareils intervalles peuvent entrer dans une gamme, et en quelle qualité. Servaient-ils autrefois pour monter, comme par un glissement, de la note sensible à la tonique, par exemple, ou pour descendre de la sous-médiante mineure à la dominante, etc. ? Ou bien ces sons intermédiaires sont-ils tellement distincts, que le chant puisse s'y arrêter ? Peuvent-ils entrer dans les accords consonants ou dissonants ? [...]" Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, 1851, p. 68-69 (Gallica)    -  Voir ROLLER (°1826) et WOLFEL (°1834)

42, rue de Chabrol (1849)(10)(arr.10), Paris
VINCENT ABRAHAM  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1880) Nevers
VINCENT E. Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1874-93 1, rue Breteuil (yy1882)(yy1883)(xxx1885)(xxx1886)(xxx1892)(xxx1893), Marseille
VINCENT Edmond

(? - 1897)

'Facteur de pianos' (**1897) Paris
VINCENT Georges

(1878 - 1910)

 

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1902) Paris
VINCENT Laurent

(1810/18 - ?)(10)

 

"Cité dans l'état nominatif des insurgés de juin transférés au Havre (76), Seine Inférieure, Seine Maritime dans la nuit du 28 au 29/08/1848 du Journal Le Constitutionnel daté du 31/08/1848." (10): 'EclatdeBois': Source : Archives de Paris / LEBRUN Georges Claude; et Inculpés de l'insurrection de Juin 1848

'Facteur de pianos' ca. 1848

 Il est né à Corre, en Haute Saône entre 1810-18. (10)

 

6, rue de Maître Albert (1848)(10)(arr.5), Paris
VINOT  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1883) Paris
VINTHER  

Facteur et/ou marchand de pianos

 

Paris
VIOLLET Charles

 

AUXERRE - "Un piano à articulation améliorée, présenté par M. Viollet." Vingt-cinquième session tenue à Auxerre au mois de septembre, 1858, Volume 1, p. 187

"MAGASIN DE MUSIQUE, DE PIANOS et toutes sortes d'Instruments : Chez VIOLLET, FACTEUR-ACCORDEUR, Breveté (sans garantie du Gouvernement) pour les Claviers à mortaises métalliques. Rue de la Draperie, n° 52, A Auxerre." Annuaire historique du Département de l'Yonne', 1845, p. 285

 

'Facteur-accordeur de pianos' et magasin de pianos, vendait aussi AUCHER (°1820) et BAUTZ de Paris, voyez les inscriptions plus bas.

VIOLLET : ''Brévetté pour les claviers à mortaises métalliques", voyez également LIEGANT de Paris.

VIOLLET Charles (*1846)(*1859)

VIOLET père et Fils (*1876)

VIOLLET Lucien, au moins dès (*1893).

Brevet de 1845 : "Viollet, pour remédier au gonflement du bois dans les temps humides, adapte au clavier du piano des mortaises métalliques. (B. F., 2,519.)" Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861 "428° Le brevet d'invention de cinq ans, dont la demande a été déposée, le 25 novembre 1845, au secrétariat de la préfecture du département de l'Yonne, par le sieur Viollet (Charles), pour des claviers de pianos à mortaises métalliques." Bulletin des lois de la République française, 01/1846, p. 242 (Gallica)

Brevet de 1858 : "1004° Le brevet d'invention de cinq ans, dont la demande a été déposée, le 10 mai 1858, au secrétariat de la préfecture du département de l' Yonne, par le sieur Viollet (Charles), l'acteur de pianos, à Auxerre, pour un système de touches à bascule pour les pianos." Bulletin des lois de la République Française, 1859, p. 1296

Brevet de 1876 : "112,573. Brevet de cinq ans, 2 mai 1876; Viollet à Auxerre (Yonne). Application aux pianos droits d'une boite sonore avec pédale expressive." Bulletin des lois de la République française, 07/1877, p. 216 (Gallica)

Médaille de bronze, 1e classe 1858, Auxerre

32, rue de la Draperie (*1845), 6, place Robillard (*1876), 41, rue de Paris (*1893), Auxerre
VION Jean Nicolas

(1825 - ?)(10)

 

'Ouvrier en piano'

Né à Gondrecourt en 1825 (10)

 

7, rue Lenoir (1860)(10)(arr.11), Paris
VION E.

 

Pianos droits

VION était un fabricant de piano aveugle.

"M. Vion, ouvrier accordeur dans la maison Croissandeau à Montrouge." Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 20/03/1914, p. 2541 (Gallica) - Voir CROISSANDEAU

 

11, rue Basfroi (*1893)(*1896)(arr.11), 12, avenue de la République, Grand-Montrouge (*1913)(arr.11), 21, Avenue de la République, Grand-Montrouge (1922 ?), près de Paris
VIRBÈS
| VIREBEZE
 

Ce facteur a ouvert un atelier dont la fondation est documentée.
Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète
dans la rubrique appropriée.

 

'Facteur de clavecins' (°1766) Paris
VIRINI  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

 

Avenue de l'Opéra (?)(arr.2), Paris
VIROT

 

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1880-88

Brevet de 1882 : "150.981. Brevet de quinze ans, 6 septembre 1882; Virot, représenté par Armengaud aîné à Paris, rue Saint-Sébastien n° 45. Perfectionnements apportés aux claviers de pianos, orgues, etc." Bulletin des lois de la République française, 07/1883, p. 662 (Gallica)

 

29, boulevard de la Chapelle (**1880)(arr.18), 2, boulevard de la Chapelle (**1888)(arr.18), Paris
VIROT Alexandre

(ca. 1813 - 1856)(10)

 

Facteur d'orgues ca. 1856

Époux de LARRY Catherine (10)

 

101, quai d'Austerlitz (1856)(10)(arr.13), Paris
VITRY G.  

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1878-96

Succ. par TURON-LAGAU en 1889

 

41, rue Mazarine (**1878)(**1879)(**1880)(**1881)(arr.6), 124, boulevard Saint-Germain (**1888)(arr.6), 25, rue Gay-Lussac (1889)(*1893)(*1896)(arr.5), Paris
VIVIÉ 'Facteur de pianos' ca. 1867 106, rue de Paris (**1867)(arr.20), Paris
VIVIER  

'Facteur de pianos' ca. 1863

"Publications de mariages. Du 15 au 22 novembre. [...] 3e arrondissement (Opéra). - Entre : [...] Vivier, facteur de pianos, boulevard du Temple, 51, et Mlle Picot, même maison." La Presse, 22/11/1863, p. 3 (Gallica)

 

51, boulevard du Temple (y1863)(arr.11), Paris
VLOEBERGH Charles

(1846 - 1878 ?)

Pianos droits et orgues

PARIS - "MANUFACTURE DE PIANOS ET ORGUES - CH. VLOEBERGH - Magasins et Ateliers, 106, rue du Chemin-Vert. Paris - Parmi les maisons de ce genre, il en est peu qui jouissent d'une réputation aussi méritée et aient su s'attacher une clientèle aussi sérieuse que celle dirigée depuis longtemps par M. VLOEBERGH. Fidèle au principe invariable d'améliorer sans cesse, M. VLOEBERGH a fait atteindre à sa fabrication un degré de supériorité incontestable. Les perfectionnements sans cesse apportés lui permettent de livrer des instruments irréprochables et garantis de tous les défauts provenant delà facture. Les pianos de M. VLOEBERGH se distinguent par l'élégance de leurs formes, ils sont tous à grand cylindre et non à tablettes, ils sont recherchés pour leur pureté do son, et leur grande solidité, et peuvent résister à toutes les températures, ce qui explique facilement la vogue dont jouit universellement sa maison. Après de nombreux efforts et do coûteux essais, M. VLOEBERGH est parvenu a établir des pianos à un prix réel de bon marché, eu égard a leurs qualités hors ligne. Sa production croissant tous les jours, M. VLOEBERGH a été forcé d'agrandir ses ateliers et son personnel, soigneusement choisi et expérimenté lui permet de livrer plus de 80 pianos par mois. Sa maison est donc toujours en mesure d'exécuter dans un court délai et dans d'excellentes conditions les ordres qui lui sont donnés. Un employé spécial est à la disposition des clients qui veulent bien visiter les ateliers de M. VLOEBERGH véritable modèle en leur genre, et l'on peut ainsi facilement se rendre compte de l'excellence de sa facture; du reste, l'exposition qui est faite permet aussi bien de reconnaître tous les soins donnés à sa fabrication. (la suite )

 

'Facteur de pianos' ca. 1867-80

Charles VLOEBERGH, facteur wallon (Belgique) qui se fixe à Paris vers 1869. Il a travaillé pour plusieurs ateliers parisiens. Et qui, après travallé pour COSTE et Cie, a acheté ROEMER pour 8000 francs. Mais très rapidement il était faillite, déjà deux ans après, vers 1878, (16) p. 445

Succ. de ROEMER (°1848)

80 pianos par mois (1878)

1878 - Déclaration de faillite en novembre 1878 : "Paris. — VLOEBERGH (Charles), fab. de pianos, rue du Chemin-Vert, 106. — J.- c. : M. Vallet. — Syndic : M. Hécaën." Archives commerciales de la France. 17/11/1878, p. 1459 (Gallica)

1878 - "ADJUDICATION DE LA FABRIQUE DE PIANOS VLOEBERG EXPLOITÉE A Paris - rue du Chemin-Vert, 106, en l'étude de M° TROUSSELLE, notaire, boulevard Bonne-Nouvelle, 25, le mercredi 18 Décembre 1878, à 3 heures.- Mise à prix : 5.000 francs. M. HECAEN, syndic, 9, rue de Lancry." Le Ménestrel, 08/12/1878, p. 16 (Gallica)

F. VLOEBERGH & Cie (*1879)

1879 - "MM. F. Vloebergh et Cie, en nom collectif, pianos et orgues, 12, rue d'Enghien." Le Moniteur des Faillites et des Liquidations de France et de l'étranger. Journal hebdomadaire, 1879 (Gallica)

1879 - "CLÔTURÉS DE FAILLITES POUR INSUFFISANCE D'ACTIF [...] Vloebergh(Ch.). — Fab. de pianos. — 15 fr. 16 0/0. — Paris." Archives commerciales de la France : journal hebdomadaire, 28/12/1879, p. 180 (Gallica)

Fe. Ch. VLOEBERGH (**1879)

1880 - "Paris.—Dissolution, à partir du 16 janv. 1880 de la Société femme Ch. VLOEBERGH et Cie (commerce de pianos), rue d'Enghien, 12.— Acte du même jour." Archives commerciales de la France, 15/02/1880, p. 210 (Gallica) - Journal des sociétés civiles et commerciales, 1880, p. 21 (Gallica)


(la suite)

La justesse des sons des dessus, ordinairement si défectueuse dans la fabrication de second ordre a été pour M. VLOEBERGH l'objet de préoccupations constantes et il vient d'obtenir un résultat considérable en pouvant fournir pour un prix inférieur un instrument de premier choix et d'une égalité parfaite. En outre de cette condition que les pianistes recherchent constamment, l'Egalité, ses pianos ont une élégance de forme qu'on ne rencontre pas dans la facture de prix secondaires, ils ont une solidité remarquable que le temps seul peut démontrer, mais qui lui permet de les garantir sur facture avec assurance et en toute loyauté. Les éloges que ses clients lui ont prodigués et dont il tient les témoignages à la disposition de tous, lui permettent de croire que l'on sera entièrement satisfait de sa facture à laquelle il apporte chaque jour de nouvelles améliorations." Catalogue général descriptif de l'exposition : section française / Exposition universelle de Paris 1878, p. 6 (Gallica)

Liste des exposants Paris, 1878

 

27, rue Richard Lenoir (1867)(arr.11), 106, rue du Chemin Vert (**1878)(**1879)(arr.11), 12, rue d'Enghien (*1879)(1880)(arr.10), Paris
VLOORS  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1851-59

 

10, rue de Lerail (*1851), 6, rue Gosges (y1853)(xx1854)(y1855)(xx1857)(xx1859), Nantes
VOGELI Jean Melchior
| VOEGLI | VOEGELI

(1807 - ?)(12)

"Avis. Un accordeur de pianos qui pratique depuis longtemps son état, qui a travaillé en cette qualité pour M. Maroky, et qui a plus tard organisé et dirigé la fabrique de pianos de M. Pajot, vient se recommader à tous les amateurs de pianos pour accord et réparation. Il fera tous ses efforts pour que son ouvrage soit toujours sa meilleure recommandation. S'adresser chez M. J. Vogeli, rue des Marronniers, n. 5, au 3e. Il existe une boîte aux lettres place de Terreaux, n. 6-7." Le Censeur : journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 05/04/1843, p. 4

"Magasin de Musique - PIANOS - de M. VOGELI, rue de Boigne, 10 (section des Portiques), 10 - Musique en tout genre. — Partitions — Méthodes pour piano et autres instruments — Pianos de Paris et Lyon des meilleures Maisons — Pianos Pleyel, par commission, sans augmentation de prix — Violons, Flûtes, Flageolets et autres instruments de musique — Cordes harmoniques de premier choix. — Réparation soignée de tous les instruments à corde et à vent, tels que Pianos, Violons, Flûtes, etc. — Abonnement pour l'accord des Pianos — Location." Courrier des Alpes, 29/07/1862, p. 4 (memoireetactualite.org)

Méthode pour la révision des orgues d'églises, afin d'en reconnaître facilement les défauts de construction, d'en apprécier la précision..., Voegeli, 1856

Rapport de l'Académie de Lyon sur les orgues de MM. Beaucourt et Voegeli. Rapporteur : M. Grandperret Couverture, 1857 

 

'Facteur de pianos et d'orgues' ca. 1843-53

Né à Zurich, Suisse en 1807 (12). Venant de Zürich, voyez VÖGELI Johann Melchior à Zürich, même année de naissance. Il demandait sa naturalisation en 12/07/1848. (12) Dans  'Verzeichnis der Bürger der Stadt Zürich', 1861, on peut lire p. 75 et p. 281, qu'il était divorcé de sa femme Elisabeth GOLL, et émigré à Chambéry.

Ce VOEGELI a travaillé chez MAROKY (°1827) et il était directeur chez PAJOT, et puis il était contre-maître chez ZEIGER, tous à Lyon, au moins dès 1845.

VOEGELI et BEAUCOURT (1850)(**1860)

1850 - "La commission a donc été unanime pour reconnaître la réalité et la valeur des perfectionnements introduits par MM. Beaucourt et Vœgeli dans la facture des orgues, et pour demander que l'Académie leur décerne une des médailles fondées par M. le duc de Plaisance. Nota. — La médaille du Duc de Plaisance a été remise à MM. Beaucourt et Vœgeli, en séance publique de l'Académie, le 28 août 1849." Mémoires de l'Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts ..., Volume 2, 1850, p. 249-253

 

 

5, rue des Marronniers (y1843), 13, rue Saint-André (*1853), Lyon

à Monplaisir (**1860)

10, rue de Boigne (xx1862), Chambéry, Rhône

VOGEL Jean
| VOGET | VAGEL

(ca. 1816 - ?)

 

"VOGEL facteur de pianos vente location, réparation et accord, r. du Plat, 2, maison du Palais-Royal." Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département : contenant les noms et domiciles des principaux fabricants, 1873, Lyon p. 653 (Gallica)

 

'Facteur de pianos' ca. 1841-73

Associé [?] de Georges KIMPEL en 1841.

Brevet de 1859 : "Le brevet d'invention de quinze ans, dont la demande a été déposée, le 21 février 1859, au secrétariat de la préfecture du département du Rhône, par le sieur Vogel (Jean), facteur de pianos, rue du Plâtre, n° 1, à Lyon, pour des perfectionnements dans la construction des pianos transpositeurs." Bulletin des lois de l'Empire français, 1859, Volume 16France

 

1, rue du Plâtre au 2ème (*1853)(yy1855)(xx1857)(**1860)(**1861), 2, rue du Plat [maison du Palais Royal] (**1862)(***1863)(yy1864)(x1873), Lyon
VOGEL Jean Jacques Léonard  

Ce facteur a ouvert un atelier dont la fondation est documentée.
Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

'Facteur de pianos' (°1797) Paris
VOGELWEITH Aimé  

Pianos droits et des instruments en cuivre

Facteur et/ou marchand de pianos après 1900

'Fournisseur de l'armée'

Successeur de HUG et Cie (*1922).

 

19, rue des Hallebardes (*1922)(*1929), Strasbourg
VOGT  

Facteur et/ou marchand de pianos (y1853)

 

Colmar
VOGT Gaspard  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1854-58

'Facteur de pianos' (x1858)

 

36, rue des Clefs (x1854), Strasbourg
VOIGT Charles

Pianos droits et pianinos

'Facteur de pianos' ca. 1854-76

Liste des exposants Paris, 1855 | Liste des exposants Paris, 1867

34, rue Laffitte (**1854)(x1855)(z1855)(xx1856)(xx1857)(xx1858)(xx1859)(xx1860)(arr.9), 58, rue Ferme des Mathurins (**1859)(xx1861)(***1863)(arr.8), 50, rue de la Chaussée d'Antin (*1867)(*1875)(arr.9), 80, rue Taitbout (*1876)(arr.9), Paris
VOISSIÈRE  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1903-09

Succ. de ANDRÉ (*1903)(*1905)

VOISSIÈRE & DELHAYE (*1903), voir DELHAYE

VOISSIÈRE (*1905)(*1906)(*1907)(*1909)

 

5, quai Voltaire (*1903)(*1905)(*1907)(*1909)(arr.7), Paris

 

VOLBER
| WOLBERT | WOLTER | VOLBER

 

 

'Facteur de pianos' ou 'Facteur de clavecins' ca. 1788-89

Voir WOLBER Johannes à Paris

 

17, rue d'Argenteuil (*1788)(***1789), Paris
VOYER
| VAYER
 

Pianos droits

"Chez VOYER, facteur de pianos, rue de la Pépinière, 16, faubourg Saint-Honoré. PRIX DES PIANOS VENDUS AU COMPTANT avec toute garantie, 600 fr. et au-dessus. Ces pianos sont établis avec le plus grand soin et suivant les règles d'une bonne facture. - Ils ont à sommiers prolongés en fer; cette amélioration garantit la solidité et la tenue d'accord. LOCATION (la suite )

 

 

'Facteur de pianos' ca. 1843-73

Époux de KUZNER (10)


(la suite)

 Pianos neufs, de six et demie à 7 octaves, de 15 à 20 fr par mois, accord compris. Un instrument gardé en location pendant une année, donne droit à deux mois en plus sans rétribution. Echanges et réparations - Pianos d'occasion en bon état - Accord: 2 fr 50 c. - Par abonnement de six mois : 12 fr. Transports: dans Paris, 3 fr.; dans la banlieue, 4 fr.; les départemens, à forfait." La France Théâtrale, 13-04-1845 (Gallica)

Liste des exposants Paris, 1844 | Liste des exposants Paris, 1849

 

16, rue de la Pépinière (x1843)(**1844)(**1845)(**1846)(arr.8), 62, rue Saint-Lazare (1847)(10)(x1849)(*1850)(*1851)(**1852)(**1854)(z1855)(xx1856)(xx1857)(xx1858)(arr.9), 68 [?], rue Saint-Lazare (x1855)(arr.9), 7, cour des Fontaines (**1859)(xx1859)(xx1860)(xx1861)(***1863)(x1873)(arr.1), Paris
VREDISON  

 

Facteur et/ou marchand de pianos ca. ??

France
VUILLEMIN Charles

(1848 - 1939)

 

CARTES POSTALES

Nouvelle usine : Avenue Joncourt, dès févr. 1924

Magasin de pianos Vuillemin-Didion, 15, rue Crébillon, Nantes 1924

Brevet de 1905 : "352282. Brevet de quinze ans, 11 mars 1905; Vuillemin (J.-C.-E.), rue Crébillon, n° 15, à Nantes (Loire-Inférieure) - Fourche pour mécanique de pianos." Bulletin des lois de la République française, 01/1906, p. 1649 (Gallica)

PUB

L'Ouest-Éclair, 09/07/1927, p.10 (Gallica)

"VUILLEMIN (Charles), membre du Conseil de réseau des Chemins de fer de l'État; industriel (fabrique de pianos): vice-président de la Chambre de Commerce de Nantes. 15, rue Crébillon, Nantes. Officier de la Légion d'honneur. Officier de l'Instruction publique." Qui êtes-vous?, Volume 3, 1924, p. 764

EXTRA INFO

Un siècle de facture de pianos à Nantes, par Jean-Marc STUSSI

 

 

Pianos droits

'Facteur de pianos' ca. 1913-35

"Marie François Louis Charles Vuillemin n’était initialement pas destiné à la facture de pianos, car, issu de Polytechnique, il avait embrassé la carrière militaire comme capitaine au régiment d’artillerie de marine à Lorient où il a enseigné (1878), puis chef d’escadron entre 1881 et 1896 résidant officiellement au 15 rue Crébillon à Nantes mais exerçant à Paris. Né le 12 juillet 1848 à Nossoncourt (Vosges), il épouse en 1878 à Nantes Louise Didion, la fille de Louis Didion, facteur de pianos. Parmi ses six enfants, Louis Vuillemin (1879-1929) deviendra un réputé violoncelliste et compositeur à Paris, et Jacques Vuillemin (né en 1890 à Paris) qui le secondera puis lui succèdera à la tête de la manufacture de pianos.
Peu après sa retraite militaire vers 1896, Charles Vuillemin se dit d’abord commerçant (sans doute au magasin 15 rue Crébillon), puis prend en 1898, la direction de la manufacture Didion qui devient dès lors Vuillemin-Didion (Louis Didion est décédé entre 1901 et 1906 ailleurs qu’à Nantes). Par la suite, il se dira facteur de pianos – patron ou industriel. A partir de 1912, Charles Vuillemin sera secondé par son fils Jacques, « facteur de pianos – patron ». En 1923-1924, ils construisent 6000m2 de nouveaux ateliers de facture à Chantenay-sur-Loire. La partie commerciale de la rue Crébillon s’étend, en 1927, au 7 rue Santeuil donnant à l’arrière du magasin de la rue Crébillon, par acquisition d’un magasin de musique détenu auparavant par Mme Beledin. La manufacture existera encore après 1936. Elle ne semble ne pas avoir survécu à la guerre 1939-1945, peut-être par suite de la destruction des installations. Sa production (plusieurs milliers d’instruments d’après la publicité ; autour de 15000 dans les années 1935) était essentiellement écoulée sur Nantes, vers les pays de Loire, la Vendée et la Bretagne méridionale, directement aux particuliers au départ de l’usine, ou à partir de représentants à Saint-Nazaire et Lorient.
Parallèlement à son activité commerciale et de fabricant, Charles Vuillemin était très actif dans les milieux des affaires municipales (conseiller puis adjoint au maire de Nantes) et commerciales et instances diverses : Membre du Conseil de réserve des Chemins de fer de l’Etat ; membre de la chambre syndicale des instruments de musique ; vice-président puis président de la Chambre de Commerce de Nantes. Il était Officier de l’Instruction publique, titulaire de médailles militaires et chevalier de la Légion d’Honneur. Il est décédé en 1939 à Nantes." Infos données par Jean-Marc STUSSI

LETE (°1847)

LETE-DIDION (1871)

VUILLEMIN - DIDION (*1913)(**1925)

VUILLEMIN Père et Fils (*1935)(*1938)

5, rue du Port (*1913), 19, rue de Rennes (**1925), bureaux et magasins : 15, rue Crébillon (1924)(*1935)(*1938), Nouvelle usine: Avenue Joncourt, (févr. 1924)(*1935), Nantes - Chantenay

Paris

 VULS Alexis François ou VUEGHS Alexis-François
| VOLZ

 

'Piano à touches d'accident' en 1854 (17)

Brevet de 1863 : "821 ° Le brevet d'invention de quine ans, dont la demande a été déposée, le 11 juillet 1863, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, par le sieur Vueghs (Alexis-François), dit Vuls, facteur de pianos, représenté per le sieur Lavialle, à Paris, boulevard Saint-Martin, n° 29, pour un appareil porte-lampe et porte-pupitre en bois ou en métal." Bulletin des lois de la République Française, Volume 25, 1865, p. 280

 

Pianos et harmoniums

'Professeur de musique et facteur de pianos' ca. 1862-76

 

18, rue de Chabrol (*1875)(*1876)(arr.10), Paris

23, rue Pierre l'Hermite et magasin de pianos : 10, rue du Mail (x1862), 1, rue Peru-Lorel (*1876), Amiens

 

VYGEN Angelo  

Cliquez ici pour avoir accès à la notice complète dans la rubrique appropriée.

 

Facteur et/ou marchand de pianos  (°1894) Paris
VYGEN Herman ou Père
| VIJGEN | VIGEN | WIGEN

(1784 - 1857)(12)(10)

 

 

 

 

 

Piano carré ca. 1830, Musée de Nice, Lascaris, France

Pianos carrés de Hermann VYGEN vendu par JACQUET et FEVROT (°1807) à Lyon vers 1841.

"MUSIQUE. Piano. Le grand défaut, en chantant au piano, a toujours été la dureté saccadée du son qui, au lieu d'aider te chanteur, écrase constamment sa voix. Un habite mécanicien allemand [??], HERMAN VYGEN, qui dirige la fabrique de pianos de la maison GRUE, a trouvé un moyen bien simple pour remédier à cet inconvénient. On peut apprécier cette notable amélioration, en passant au dépôt, dans le magasin de musique, 4, place de la Madeleine, où l'on trouve la collection complète des belles SCÈNES de CHÉRET, pour piano et chant." La Presse, 07/02/1844, p. 4 (Gallica)   -  Voir GRUE à Paris.

VOIR AUSSI ...

  VYGEN (°1894)

 

 

'Facteur de pianos' ca. 1817-57

Né à Hoensbroch, Hollande, aujourd'hui Pays-Bas en 06/03/1784. Demandait sa naturalisation en 1843. (12)

VYGEN Herman (vers 1830)(yy1839)

VYGEN Père et Fils [Jeune] (**1854)(y1855)(xx1856)(xx1857)

VIJGEN Père (*1856)(xx1857)(xx1858)

VYGEN Herman Vve. (xx1859)(xx1860)

PARIS - "Le piano droit, grand modèle, de M. Herman VYGEN a été classé le deuxième." Rapport du Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'IndustrieFrance Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie, 1849

TOULOUSE - "Herman Vijgen, de Paris, représenté par M. Meissonnier, rue neuve Saint-Martin.
258. Deux pianos divers modèles. [A]" Exposition de Produits de Beaux-Arts et de l'Industrie, Toulouse, 1850, p. 59

Liste des exposants Paris, 1844 | Médaille de bronze Paris, 1849 | Liste des exposants Toulouse, 1850 | Mention honorable Paris, 1855

 

25, rue Notre Dame de Nazareth (*1817)(arr.3), 26, rue Notre Dame de Nazareth (*1813)(*1820)(arr.3), 19, Neuve-Saint-Martin (yy1839)(**1840)(***1841)(**1844)(x1850)(1850)(10)(arr.4), et 63 [?], rue Notre dame de Nazareth (1854)(10)(arr.3), 53, rue Notre-Dame-de-Nazareth (**1854)(y1855)(z1855)(**1856)(xx1856)(xx1857)(xx1858)(xx1859)(xx1860)(arr.3), 10, rue des Gardes (xx1857, p. 1953)(arr.18), Paris
 

VYGEN Herman Eugène Fils ou Fils Aîné
 | VIJGEN | VIGEN | WIGEN | HERMANWIGEN

(1822 - ?)(12)

 

 

 

 

PARIS - "Le piano droit, grand modèle, de M. Herman VYGEN a été classé le deuxième."Rapport du Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'IndustrieFrance Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie, 1849

VOIR AUSSI ...

... un VYGEN (°1894)

 

'Facteur de pianos' ca. 1844-1916

Fils de VYGEN ci-dessus.

Né à Hollande, aujourd'hui Pays-Bas en 16/04/1822. Demandait sa naturalisation en 1843. (12)

Époux de LEFERME, mariage en 1850. (10)

Époux de CORBEIL. (1854)(10)

Époux de DESMARES. (1857)(10)

VYGEN Herman Fils (**1854)

Médaille de bronze Paris, 1849 | Mention honorable Paris, 1855

 

19, Neuve-Saint-Martin (**1844)(**1845)(1850)(10)(arr.3), et 63, rue Notre dame de Nazareth (1854)(10)(arr.3), 55, rue Notre Dame de Nazareth (1855)(arr.3), 53, rue Notre-Dame-de-Nazareth (**1856)(arr.3), 41, rue du Faubourg-Saint-Denis (**1854)(*1855)(z1855)(xx1856)(xx1857)(**1858)(xx1858)(**1859)(xx1859)(xx1860)(xx1861)(***1863)(1916)(arr.10), Paris
VYGEN Joseph

VOIR AUSSI ...

HERMANN.

 

'Fabricant de pianos' ca. 1858-73

"81—VYGEN (Joseph), contremaître chez M. Hermann, facteur de pianos, rue des Gardes, 14, à La Villette." Annuaire - Association des inventeurs et artistes industriels, 1858 (Gallica)

Faillite sur 31 juillet 1868. (Dictionnaire... des faillites... prononcées par les tribunaux de Paris, 1868, p. 103 (Gallica)) et La Presse, 02/08/1868, p. 3 (Gallica)

183, rue du faubourg Poissonnière (xx1858)(xx1859)(xx1860)(arr.9), 33, rue de Laval (xx1861)(***1863)(arr.9), 98, rue Oberkampf (1868)(11)(arr.11), 93, rue Oberkampf (x1873)(arr.11), Paris
VYGEN Jeune ou Louis Philippe Jules ?

 

 

 

"Vygen jeune, succ. d'Alphonse Grus, vente, location, échange, réparation et accords, Hauteville, 12." Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1857, p. 795 (Gallica)

"VYGEN, jeune, fab. et magasin de pianos, ancienne maison Grus Alphonse, échange, location, réparations et accords, rue d'Hauteville, 12." Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département : contenant les noms et domiciles des principaux fabricants, 1864, p. 466 (Gallica)

 

 

Pianos droits, harmoniums et orgues

'Facteur de pianos' ca. 1855-1910

VYGEN Jeune (*1855)(*1862)(*1876)(**1879)(**1880)(*1893)(*1903)(*1907)(*1909)(*1910)

Chef d'atelier vers 1844-57 et puis successeur d' Alphonse GRUS (°1805)

"... ateliers de H. Vygen, 12 rue d'Hauteville, lequel vient de joindre à la fabrication du piano celle de l'harmonium. Sonorité, solidité, justesse, facilité, d'expression, douceur dans les jeux suraigus, sont autant de qualités que les instruments de M. Vygen nous semblent posséder." Journal des Demoiselles, 1864, p. 85


(la suite)

"VYGEN, 12, rue Hauteville. Vente et location de bons pianos droits. Prix modérés." Le Monde artiste, 20/05/1876 (Gallica)

"VYGEN JEUNE, succ. de Alph. Grus, PIANOS, et orgues-harmoniums pour églises, chapelles et salons, HAUTEVILLE, 12." Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1881, p. 1523 (Gallica)

Liste des exposants Paris, 1855

 

12, rue d'Hauteville (*1855)(xx1856)(xx1857)(xx1858)(**1859)(xx1859)(xx1860)(xx1861)(*1864)(x1873)(*1875)(*1876)(**1878)(**1879)(**1880)(**1881)(**1888)(*1893)(*1896)(*1897)(arr.10), 11, rue Pierre Ginier (*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(*1909)(*1910)(arr.18), Paris

 

(*1768): 'L'année littéraire ou Suite des lettres sur quelques écrits de ce, Volume 3, Elie Catherine Fréron, 1768, p. 353 - 354

(*1788): 'Calendrier musical universel', Minkoff Reprints, 1788, Volumes 9-10, 1788

(*1798-1799): 'Almanach du commerce de Paris', 1798-1799, p. 239 (Gallica)

(***1789): 'Almanach musical', Volumes 9-10, 1789, p. 327 (2889)

(*1805): 'Almanach du commerce de Paris, des départements de l'empire français et des ', 1805, p. 58-59

(*1809): 'Almanach du commerce de Paris, des départements de l'Empire français, et de ...', 1809, p. 222

(x1810): 'Almanach du commerce de Paris...', Duverneuil, 1810, p. 238-239 (Gallica)

(*1811): 'Almanach du commerce de Paris, des départemens de l'empire français et des ...', Jean de La Tynna, p. 259-260

(*1812): 'Almanach du commerce de Paris...', Duverneuil, 1812, p. 253-254 (Gallica)

(*1813): 'Almanach du commerce de Paris', 1813, p. 254 (Gallica)

(*1817): 'Almanach des 25000 adresses des principaux habitans de Paris ', D. H., Henri Wissemans, Panckoucke, 1817

(*1821): 'Le Moniteur judiciaire de Lyon: organe des tribunaux et des annonces légales, 1821', p. 133

(*1827): 'Indicateur des habitants de la ville de Lyon', 1827

(x1827): 'Almanach du commerce de Paris', 1827, p. 132 (Gallica)

(x1829): 'Almanach du commerce de Paris...', Duverneuil, 1829, p. 142 (Gallica)

(*1833): 'Almanach du commerce de Paris', 1833, p. 154 (Gallica)

(*1835): 'Almanach des 25000 adresses des principaux habitans de Paris', Panckoucke, 1835 (Gallica)

(*1836): 'Agenda musical pour l'année 1836: contenant tous les renseignements utiles aux amateurs de musique et aux artistes', Volume 3, 1836 (Gallica)

(x1839): 'Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers', 1839, p. 454-455 (Gallica)

(yy1839): 'Almanach général des commerçans de Paris et des départemens : contenant plus de 100,000 adresses vérifiées à domicile', 1839 (Gallica)

(**1840): 'Almanach des commerçants de Paris', Année 12, 1840 (Gallica)

(x1840): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1840 (Gallica), Paris p. 495-496, La Rochelle p. 122

(**1844): 'Rapport du Jury central ...', Paris Jury central, Imprimerie de Fain et Thunot, 1844

(xx1844): 'Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers', 1844 (Gallica), Paris p. 515-517

(*1845): 'Annuaire historique du Département de l'Yonne: recueil de documents ...', 1845, p. 285

(**1845): 'Annuaire musical. Contenant les noms et adresses des amateurs, artistes et commerçants en musique de Paris, des départemens et de l'étranger par une société de musiciens', 1845, p. 278-282 (Gallica)

(*1846): 'Bulletin des lois de la République française', 01/1846, p. 242 (Gallica)

(**1846): 'Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers', 1846, p. 558-559 (Gallica)

(*1847) : 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1847 (Gallica)

(**1847): 'Catalogue des brevets d'invention', France min. de l'agric, 1847

(x1847): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1847, p. 470-471 (Gallica)

(*1848): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1848 (Gallica), Paris p. 513, Nantes p. 990, Bordeaux p. 914

(*1849): 'Rapport du Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie ...', France Jury Central sur les Produits de l'Agriculture et de l'Industrie, 1849

(x1849): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1849 (Gallica), Paris p. 495-496, Nantes p. 990 - 992 - 993, Bordeaux p. 914, La Rochelle p. 804

(*1850): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1850 (Gallica), Lyon p.  1688, Bordeaux p. 1389,  Paris p. 611-612, Saint-Denis p. 1725, Rouen p. 1774 Nantes p. 1471 / 1473 / 1474  

(x1850): 'Exposition de Produits de Beaux-Arts et de l'Industrie, Toulouse', 1850, p. 59

(*1851): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1851 (Gallica), p. 2124, Nantes p. 1471, Paris p. 655

(**1852): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1852 (Gallica)

(*1853): 'Nouvel indicateur de l'agglomération lyonnaise: divisé en trois parties', 1853

(xxx1853): 'Nouvel indicateur marseillais, ou Guide du commerce pour l'année 1853', p. 684 (Gallica)

(y1853): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1853 (Gallica), Bordeaux p. 1596, Nantes p. 1673, Colmar p. 1863

(*1854): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1854 (Gallica), Bordeaux p. 1603

(**1854): 'Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde', 1854, p. 867-868 (Gallica)

(x1854): 'Almanach alsacien: répertoire commercial, industriel, administratif et ...', 1854

(xx1854): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1854 (Gallica), p. Nantes 1682 / Angers 1711

(xxx1854): 'Nouvel indicateur marseillais, ou Guide du commerce pour l'année 1854', p. 694 (Gallica)

(*1855): 'Annuaire Musical', 1855, p. 37-40 (Gallica)

(x1855): 'Nouveau dictionnaire de musique illustré', Charles Soulier, 1855

(y1855): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1855, Nantes p. 1682

(yy1855): 'Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde', 1855 (Gallica), p. 900-901, Lyon p. 1560

(**1856): 'Revue de musique ancienne et moderne', Théodule Elzéar Xavier Normand, De L'imprimerie de J.-M. Vatar, 1856

(xx1856): 'Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde', 1856 (Gallica), Paris p. 1015-1016

(yy1856): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année', 1856, p. 705 (Gallica)

(*1857): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1857, Bordeaux p. 1606, Nantes p. 1685

(x1857): 'Le Conseiller du pianiste, précédé d'une notice historique sur le piano, par Guilhaume d'Ax', 1857, p. 49 (Gallica)

(xx1857): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1857 (Gallica), Paris p. 794-795, Bordeaux p. 1606, Bourges p. 1497, Nantes p. 1685, Lyon p. 1912

(*1858): 'Vingt-cinquième session tenue à Auxerre au mois de septembre', 1858, Volume 1, 1858

(**1858): 'Journal inutile. Ancien Nouveau monde', 1858 (Gallica)

(***1858): 'Catalogo della sesta esposizione nazionale di Prodotti d'Industria nell' anno 1858', 1858

(x1858): 'Annuaire-Almanache du Commerce, 1858 (Gallica), Strasbourg p. 1941

(xx1858): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1858 (Gallica), Nantes p. 1718, Paris p. 775-776

(yy1858): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1858', p. 766 (Gallica)

(*1859): 'Annuaire Historique du Dept. de l'Yonne. Recueil de Documents Authentiques ...', 1859

(**1859): 'Annuaire et almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l ...', 1859

(xx1859): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1859 (Gallica), Bourges p. 1510, Nantes p. 1859, Paris p. 813-815

(*1860): 'Assemblée générale, compte rendu', Société Municipale De Secours Mutuels Du 9e Arrondissement, Paris, 1860)

(**1860): 'Annuaire administratif et commercial de Lyon et du département du Rhône', 1860, p. 304 et 266

(xx1860): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1860 (Gallica), Paris p. 914-916

(xxx1860): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1860', p. 802 (Gallica)

(**1861): 'Bulletin des lois de l'Empire français, Volume 16', France

(***1861): 'Verzeichnis der Bürger der Stadt Zürich', 1861

(x1861):'Organographie: La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement', Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861

(xx1861): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1861 (Gallica), p. 1774, Bordeaux p. 1667, Nantes p. 1774, Paris, p. 954-956, Rouen p. 1695, La Rochelle p. 1518

(yy1861): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1861', p. 830-831 (Gallica)

(*1862): 'L'Indicateur des mariages de Paris ...', 24-08-1862

(**1862): 'Annuaire et almanach du commerce, de l'industrie', 1862

(x1862): 'Liste alphabétique des principaux habitants de la ville d'Amiens : avec l'indication de leurs professions', 1862 (Gallica)

(***1863): 'Annuaire spécial des artistes musiciens', 1863, p. 115-161 (Gallica)

(y1863): 'La Presse', 22/11/1863, p. 3 (Gallica)

(yy1863): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1863', p. 897-898 (Gallica)

(*1864): 'Journal des Demoiselles', 1864

(**1864): 'Dictionnaire des conditions sommaires de tous les concordats homologués par les tribunaux de Paris': ..., suivi d'un supplément annuel, H.-F. Mascret, ..., 1864 (Gallica)

(x1864): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers', Firmin Didot et Bottin réuni, 1864 (Gallica)

(y1864): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1864 (Gallica)

(yy1864): 'Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département : contenant les noms et domiciles des principaux fabricants', 1864 (Gallica), Paris p. 97-98, Lyon p. 543 et 549, Havre p. 607, Rennes p. 492

(*1865): 'Bulletin des lois de la République française', France, Imprimerie nationale, 1865 (Gallica)

(**1865): 'L'Indicateur des mariages de Paris...', 01-10-1865 (Gallica)

(xx1865): 'L'Indicateur des mariages de Paris...', 22.10.1865 (Gallica)

(*1867): 'Catalogue général', H. Welter (Firm : Publisher : Paris, Jules Rainal Frères (Paris), E. Dentu, 1867

(**1867): 'L'Indicateur des mariages de Paris...', 18-08-1867 (Gallica)

(*1868): 'Guide indicateur de la Ville de Lyon: et du département du Rhône', 1868

(**1868): 'Annuaire administratif et commercial de Lyon et du département du Rhône', 1868

(***1868): 'La Presse', 12/11/1868, p. 4 (Gallica)

(*1869): 'Guide indicateur de la Ville de Lyon: et du département du Rhône', 1869

(x1873): 'Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département : contenant les noms et domiciles des principaux fabricants', 1873 (Gallica), p. 206, Lyon p. 647-653

(*1875): 'Annuaire Musical et orphéonique de France', 1875 (Gallica), Angoulème p. 136, Boulogne p. 241, Dunkerque p. 228, Lyon p. 251, Marseille p. 128-129, Roubaix p. 223, St. Germain p. 270, Toulouse p. 166

(*1876): 'Annuaire Musical et Orphéonique de France', 1876, Amiens p. 265, Angoulème & La Rochelle & Rochefort & Saintes p. 138-139, Auxerre p. 276, Besançon p. 148, Bordeaux p. 166Boulogne p. 227, Caen & Bayeux p. 135, Dunkerque p. 214, Grenoble p. 178, Lille p. 209, Lyon p. 236, Marseille p. 129-130, Montpellier & Beziers p. 171, Périgueux p. 146Saint-Etienne p. 183, Saint-Germain en Laye p. 254, Toulouse p. 160, Tours p. 175

(**1878): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1878, p. 1348-1350 (Gallica)

(*1879): 'Le Moniteur des Faillites et des Liquidations de France et de l'étranger. Journal hebdomadaire', 1879 (Gallica)

(**1879): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1879, p. 1395-1397 (Gallica)

(**1880): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1880, p. 1588-1590 (Gallica)

(**1881): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1881, p. 1521-1523 (Gallica)

(yy1882): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1882', p. 1033 (Gallica)

(yy1883): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année', 1883, p. 1001 (Gallica)

(xxx1885): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1885', p. 1048-49 (Gallica)

(**1886): 'Le Rappel', 30/12/1886, p. 4 (Gallica)

(xxx1886): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1886', p. 1050-51 (Gallica)

(**1888): 'Annuaire Général de la Musique', 1888

(*1890): 'Angers-artiste', 18/10/1890, p. 18 (Gallica)

(*1891): 'Angers-artiste, 28/02/1891', p. 322 (Gallica)

(xxx1892): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1892', p. 826-827 (Gallica)

(*1893): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1893 (Gallica)

(xxx1893): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1893', p. 820 (Gallica)

(*1895): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1895 (Gallica)

(*1896): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1896 (Gallica)

(*1897): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1897 (Gallica)

(**1897): 'Manuel-formulaire des certificats de propriété et des opérations concernant les rentes sur l'État de toutes natures', Albert Berthaut, 1897, p. 490 (Gallica)

(*1898): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1898 (Gallica)

(**1898): 'Archives commerciales de la France. Journal hebdomadaire', 17/09/1898, p. 1175 (Gallica)

(xxx1898): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1898', p. 887 (Gallica)

 

 

(*1902): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1902 (Gallica)

(*1903): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1903 (Gallica)

(**1904): 'The Music Trade Review', 1904, médailles à Louisiane (État du Sud des États-Unis), 1904

(*1905): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1905 (Gallica)

(*1906): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1906 (Gallica), p. 584, Mâcon p. 941 (Gallica)

(xxx1906): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1906', p. 855 (Gallica)

(*1907): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1907 (Gallica)

(xxx1908): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1908', p. 893 (Gallica)

(*1909): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1909 (Gallica)

(xxx1909): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1909', p. 908 (Gallica)

(*1910): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1910 (Gallica)

(xxx1912): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1912', p. 953 (Gallica)

(*1913): 'Musique-Adresses Universel', 1913

(y1916): 'La Presse', 11/11/1916, p. 2 (Gallica)

(*1922): 'Musique-Adresses Universel', 1922

(*1925): 'Archives commerciales de la France. Journal hebdomadaire...', 1925 (Gallica)

(**1925): 'Annuaire industriel. Répertoire général de la production française', 1925 (Gallica)

(*1926): 'La Bourgogne et ses produits. Dijon ville d'art, capitale gastronomique. Ce qu'il faut voir dans la ville et aux environs'. A la gloire de nos vins et de nos "Harnois... de bouche", Gaston Gérard, 1926 (Gallica)

(*1929): 'Musique-Adresses Universel', 1929

(*1935): 'Annuaire industriel. Répertoire général de la production française', 1935

(*1938): 'Annuaire industriel. Répertoire général de la production française', 1938, p. 132-133 (Gallica)

(LVM): La vie musicale à Clermont-Ferrand, 1995

(1): 'Histoire de piano de 1700 à 1950', Mario Pizzi, 1983

(6): 'Les aveugles utiles', Maurice de La Sizeranne, 1857-1924 (Gallica)

(10): 'EclatdeBois': Archives de Paris / LEBRUN Georges Claude

(11): 'Dictionnaire... des faillites, séparations de biens, nominations de conseils judiciaires... : prononcées par les tribunaux de Paris, depuis le 24 février 1848....', T. 3, H.-F. Mascret..., 1863-1912 (Gallica)

(12): archivesnationales.
culture.gouv.fr

(13): INPI, Institut National de la Propriété Industrielle, Brevets 19e

(14): 'La vie musicale au 19ème siècle à Clermont-Ferrand'

(15): 'Centralité immigrée: le quartier de la Goutte d'Or', Jean-Claude Toubon, Khelifa Messamah, 1990

(16): 'Dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du 9e siècle à nos jours: IXème siècle à nos',  Malou Haine, Nicolas Meeùs, Pierre Mardaga, éditeur

(17): Jacquot, 'Dictionnaire des instruments de musique', 1886

(20): 'Archives de Pleyel, Erard et Bord chez le Musée de la Musique à Paris'

(21): Malou Haine. Marques d'instruments de musique (1860-1919), consulté le dimanche 04 mai 2014

  © Copyright all rights reserved