home | Facteurs de pianos en France | contact | liens


 

Facteurs de pianos en France

Liste non exhaustive ouverte à toutes les informations, précisions, rectifications, photos ... 
© Copyright all rights reserved

 Utiliser Ctrl + f à chercher un nom sur cette page

a | b | c | d | e | f | g | h | i | j | k | l | m | n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

Marques Image Infos Adresses
       
QUAD FASS 'Facteur de pianos' ca. 1828-29  

3, rue du Puits au Marais [maintenant : rue Aubriot](x1828)(*1829)(arr.4), Paris

 

QUALITÉ 'Facteur de pianos' ca. 1864 42, rue Saint-Dominique (*1864)(arr.7), Paris
QUANDIEU  

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1895-1909

LACREUSETTE & QUANDIEU E. (avant 1892)(*1893):

"Valenciennes.— Dissolution. 1 août 92. — Société LACREUSETTE et QUANDIEU, facteurs de pianos et instruments de musique. — L. les associés. — 1? août 92. " Archives commerciales de la France, 24/08/1892, p. 1071  -  Voyez LACREUSETTE (°1850)

QUANDIEU (*1895)(*1896)(*1897)(*1898)(*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(*1909)

 

32, rue St-Géry (*1895)(*1896)(*1897)(*1898)(*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(*1909), Valenciennes
QUANTÉ F.  

Piano droit ca. 1880, Liberace Museum, Las Vegas, Nevada, U.S.

 

Pianos droits

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1880-1921

Ces pianos sont fabriqué dans les ateliers de LARY (°1871)(Paris)

"Quanté (F.), manufacture de pianos, accorçfs,écllanqe, veitte, location, commiss., exportation, spérialité de pianos Pleyel d'occasion, boul. de la Tour-Maubourg, 54." Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1881, p. 1523 (Gallica)

 

54, boulevard de La Tour-Maubourg (**1880)(**1881) (**1883)(**1884)(**1888)(*1893)(*1895)(*1896)(*1897)(*1906)(*1909)(*1910)(*1913)(**1921)(arr.7), Paris
QUANTIN Auguste
| QUENTIN
 

'Facteur de pianos' et éditeur de musique ca. 1857-77

Successeur de la maison SAVART dès 1857.

Famille de QUANTIN Jules (ci-dessous).

1879 - "Ministère de la guerre. ÉCOLE SPÉCIALE MILITAIRE CONCOURS DE 1879. ÉTAT des bourses, demi-bourses et trousseaux, accordés aux élèves admis à l'école spéciale militaire. Demi-Bourse [...] Quantin, le père, facteur de pianos, a 2 enfants." Journal officiel de la République française, 12/10/1879, p. 9780

 

25, boulevard Poissonnière (xx1857)(xx1858)(*1859)(xx1859)(xx1860)(xx1861)(***1863)(**1864)(yy1864)(arr.9), 14, rue du faubourg Poissonnière (**1870)(**1871)(**1873)(arr.9), 10, rue du faubourg Poissonnière (*1875)(*1876)(**1876)(**1877)(arr.9), 1, rue Geoffroy Marie (?)(arr.9), Paris
QUANTIN F. T.  

PARIS - "La facture du piano semble vouloir s'éparpiller sur toute l'étendue du territoire français. C'est un bien pour la propagation de la musique. Nous félicitons donc M. Quantin de fournir à bon marché d'assez bons pianos droits aux amateurs. C'est bien comme essai, mais il faut faire mieux encore." La musique à l'Exposition universelle de 1867, Louis-Adolphe le Doulcet Pontécoulant, p. 160

LE HAVRE - "2455. QUANTIN (F.-T.). — Echantillons de cordes avec un nouveau système de tirage équilibré s'adaptant aux pianos droits, à Bourges (Cher)." Exposition maritime internationale, Le Havre, Seine-Maritime, 1868, p. 309 (Gallica)

PARIS - "EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1867. - PIANO DROIT - Avec système de tirage équilibré par 8 notes et de sillets mobiles, inventé par QUANTIN, facteur de pianos, à Bourges (Cher), L'invention nouvelle par laquelle ce piano se fait remarquer consiste dans un système d'équilibre faisant contrepoids au tirage des cordes, et disposé de manière à ne pas fatiguer la table d'harmonie, dont le chevalet n'est plus qu'un guide, au lieu d'être un support pour la corde, et dans la facilité que l'on aura pour accorder le piano, au moyen de la vis de pression et du sillet mobile dont il sera question tout à l'heure, et qui font disparaître la plupart des inconvénients reconnus par tous les facteurs, sous le rapport de l'égalité de la tension et des vibrations. Ce système de tirage équilibré se compose de barres de fer plates qui opèrent un contre-tirage faisant équilibre au tirage des cordes, et dont les points d'appui sont à chaque extrémité des montants du barrage. Ces barres de fer sont fixées d'un côté au sommier de chevilles par des boulons qui traversent ce sommier, et de l'autre à un balancier dont une extrémité est fixée au sommier mobile en fer. Ce sommier en fer est multiple, chacune de ces parties ou chaque sommier d'attache partiel, qui comprend une demi-octave, reçoit à ses extrémités le bout d'un balancier aussi en fer reposant et pouvant osciller sur l'extrémité inférieure du barrage. L'autre bout de ce balancier va s'engager dans les extrémités inférieures des barres de fer plates dont il a été question. Il résulte de cette disposition que chaque demi-octave est indépendante des autres. On voit aussi que les balanciers soutiennent d'un côté les cordes, de l'autre les barres de fer qui leur font équilibre ; ce sont donc eux et par conséquent le centre du barrage sur lequel ils reposent, qui supportent toute la charge, ce qu'on n'a pu obtenir encore, car le barrage étant toujours sollicité seulement d'un côté par la tension des cordes, il finit presque toujours par fléchir au moins un peu. Maintenant, on peut facilement se rendre compte de l'usage du sillet mobile, du régulateur harmonique et de la vis de pression situées au centre de ce régulateur et exerçant la pression sur la corde qui le traverse. Ainsi chaque corde, à partir de la cheville ordinaire, passe au travers d'un régulateur harmonique eu cuivre et sous la vis de ce régulateur, puis s'engage dans un trou situé à une extrémité du sillet mobile, qu'elle entraîne avec elle lorsqu'elle monte ou qu'elle descend, qu'elle fléchit ou se redresse, et enfin repose sur l'autre extrémité de ce même sillet, dans une petite rainure spéciale. En faisant avancer la vis de pression dans le régulateur, on pousse en avant une petite avant-garde en cuivre dans le pas de vis, dont le but est simplement d'empêcher l'extrémité de la vis de tourner sur la corde qu'elle finirait par entamer et rompre : ce mouvement fait donc fléchir la corde et augmente sa tension. Mais au moyen du sillet mobile, fixe sur une monture spéciale, qui lui laisse seulement un mouvement de rotation en avant du régulateur harmonique, la corde descend ou monte avec ce sillet, au lieu de glisser comme cela a lieu ordinairement, de sorte que l'inégalité de tension, (la suite )

 

 

'Facteur de pianos' ca. 1867-72


(la suite)

qui existait autrefois entre la partie vibrante de la corde et la partie non vibrante comprise entre le sillet et la cheville d'attache, disparaît entièrement. Il est donc facile d'apprécier les avantages précieux que présente la nouvelle invention dont il s'agit. Que l'on monte ou que l'on baisse la tonalité du piano comme l'on voudra, la table d'harmonie n'en supporte aucune fatigue, comme on l'a vu tout à l'heure. Dans les pianos ordinaires, quels qu'ils soient, lorsque vous avez accordé une portion de l'instrument, fait la partition d'accord, par exemple, cet accord se dérange toujours plus ou moins dès que, en accordant les cordes voisines, vous avez ajouté quelque chose à la somme de tirage qui pèse sur les sommiers. Ici, et à cause de l'indépendance des demi-octaves, rien de pareil n'arrive et ne peut arriver, et une demi-octave une fois accordée ne bouge plus, quoi qu'on fasse aux octaves voisines et que l'on augmente ou que l'on diminue comme l'on voudra la tension et le tirage sur le piano. Et puis, au moyen des boulons et des sommiers par demi-octaves, on peut d'un seul coup remonter ou descendre la tonalité d'une demi-octave entière. En outre, l'accord du piano, outre qu'il devient plus simple, plus solide et plus durable, et aussi plus court, puisqu'on n'aura plus besoin de repasser plusieurs fois, et qu'une corde une fois mise au ton restera telle qu'on l'a placée, l'accord du piano, dis-je, sera aussi d'une facilité extrême, de sorte que l'on pourra accorder aussi facilement son piano qu'on accorde une harpe : ainsi une femme, une élève même, pourra, à la seule condition d'avoir de l'oreille, accorder son piano, la pression à exercer étant si faible et si facile par le moyen de la vis du régulateur. Les différences de son les plus minimes pourront se faire sentir et s'apprécier ; d'où l'accord du piano sera plus parfait En un mot, les avantages de cette invention, sous le rapport de l'équilibre et de l'égalité constante du tirage et de la pression, de la fatigue enlevée à la table d'harmonie, de la durée, de la perfection et de la facilité de l'accord, ont paru assez importants à l'auteur de ce système pour qu'il ne craigne pas de le soumettre aux appréciations des connaisseurs et même des juges." Le Ménestrel, 12/01/1868, p. 55

PARIS - "Cecilium - A peculiar free reed and keyboard instrument invented by Quantin de Crousard and exhibited in Paris in 1867. It was the shape and about the size of the violoncello and was held in the same position. It had reeds acted upon by keys pressed by the left hand and supplied by wind from bellows worked by the right hand by means of a handle like a bow. The cecilium had a compass of about five octaves, and the tone was sweet and sonorous." The American History and Encyclopedia of Music Dictionary, W. L. Hubbard, 1910, p. 93

Brevet de 1867 : "78.351. Brevet de quinze ans, 4 novembre 1867; Quantin, représenté par Petit, à Paris, rue Blondel, n° 5. — Piano avec système de tirage équilibré par série de huit notes et de sillets mobiles." Bulletin des lois, 1869, p. 367

Liste des exposants Paris, 1867 | Liste des exposants Le Havre, 1868 | Médaille de bronze Lyon, 1872

rue Moyenne (1872), Bourges (Cher)
QUANTIN Jules

(ca. 1830 - 1859)(10)

 

'Facteur de pianos' ca. 1859

Famille de QUANTIN Auguste (ci-dessus).

 

25, boulevard Poissonnière (1859)(10)(arr.9), Paris
QUANTIN et ROLLE  

Fabricant de feutres pour pianos ca. 1889

Médaille d'argent Paris, 1889

Saint-Denis (Seine)
QUEMIN M. Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1921 39, place Saint-Vincent (**1921), Rouen
QUENTIN  

'Facteur de pianos' ca. 1872

LYON - "M. Quentin (de Bourges), présente deux types de pianos équilibrés, système qui consiste en ce que le tirage des cordes est équilibré au moyen de barres de fer et de leviers mobiles. C'est une disposition très-appréciée au point de vue de la tenue de l'accord." Journal officiel de la République française, 18/11/1872, p. 7091

Liste des exposants Lyon, 1872

 

Bourges
QUEREL Alexandre Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1877-98  

13, rue de Bruys (yy1877)(yy1880), 11, rue des Trois Mages (yy1882)(yy1883), 17, rue de Lodi (xxx1885), 9, rue Bergère (xxx1886), 143, boulevard de Magdeleine (xxx1892)(xxx1893), 80, Allées de Meilhan (xxx1897), 49, rue Thiers (xxx1898), Marseille

 

QUEREUIL Sr.  

Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical, 1898, p. 341 (Gallica)

 

 

Pianos droits et à queue

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1896-1921

QUEREUIL & LAUDY (*1896), voir LAUDY (°1890), successeur de P. SCHOTT & Cie (°1818)

'Elève de la Maison PLEYEL' (*1898)(*1909)

QUEREUIL P. (*1897)(*1898)(*1903)(*1906)(*1909)

 

70, rue du faubourg Saint-Honoré (*1896)(*1897)(*1898)(*1903)(*1905)(*1906)(*1907)(*1909)(*1910)(*1913)(**1921)(arr.8), Paris
QUEVAL R. .  

Facteur et/ou marchand de pianos et éditeur de musique ca. 1929

 

7, rue de l'Hôpital (*1929), Rouen
QUIDAM Gabriel
| QUIDANT

(1778 - ? )

 

un autre avec le nom QUIDANT

"QUIDANT (Joseph), connu sous les noms à Alfred Quidant, bien qu'Alfred ne soit pas son prénom, est fils d'un marchand d'instruments de Lyon. Il est né dans cette ville, le 7 décembre 1815, et y a fait ses premières études de musique et de piano. Arrivé à Paris à l'âge de seize ans, il entra au Conservatoire le 1er avril 1832; mais il y resta peu de temps, parce qu'il fut attaché à la maison du célèbre facteur de pianos Erard, pour faire entendre les instruments aux amateurs qui visitaient les magasins. Son talent de pianiste s'étant perfectionné par de persévérantes études, c'est le même artiste qui a fait briller les produits de cette grande maison, pendant trente ans environ, dans toutes les expositions de l'industrie, soit nationales, soit universelles. M. Quidant s'est fait connaître comme compositeur par un certain nombre de légères productions pour le piano [...]"  Biographie Universelle des Musiciens et bibliographie générale de la musique deuxième édition  F. J. FÉTIS

 

 

Marchand de pianos (5), et 'Facteur de pianos' (*1839)

QUIDAM Gabriel (*1827)(x1835)(xx1843)

QUIDANT Jules (xxx1838)

 

"Avis aux amateurs de musique. M. Quidant, accordeur, place St-Nizier, n° 6, a l'honneur de prévenir MM. les amateurs qu'il vient de recevoir de M. Sébastien-Pierre Erard de Paris, des pianos d'une nouvelle facture , qui lui ont valuà plusieurs expositions la médaille d'or et pour lesquels il est breveté pour le barrage mé-tallique ; sommier en cuivre, cintré au-dessus de la table d'harmonie, mécanisme perfectionné, dont l'avantage dans l'exécution sera apprécié par les connaisseurs. Ces pianos, de la plus belle forme, ne laissent rien à désirer sous tous les rapports que M. Quidant garantit. Malgré les préventions que l'intérêt cherche à propager, les pianos de M. Sébastien-Pierre Erard, et particulièrement les nouveaux, seront toujours des instrumens qui offrent le plus de solidité, une qualité de son plus belle et plus égale, et un mécanisme le plus ingénieux, qui rend l'accord presqu'inaltérable dans toutes les saisons. M. Quidant engage MM. les amateurs à venir les voir; ils se convaincront que M. Sébastien-Pierre Erard, marche dignement sur les traces de ses prédécesseurs et qu'il soutiendra avec avantage la gloire qu'ils se sont acquise dans le monde musical." Le Précurseur, 18/05/1833, p. 4

 

6, place Saint-Dizier (1826)(*1827)(*1832)(y1833)(x1835)(xxx1838)(*1839), 17, place Louis Le Grand (xx1843), Lyon
QUIGNARD Th.

Facteur et/ou marchand de pianos et lutherie ca. 1913-21

 

44, rue Gouverneur (*1913)(**1921), Nogent-Le-Rotrou

 

QUINARD    

Facteur et/ou marchand de pianos ca. 1896-98

 

32-34, rue Vaugelas (*1896)(*1897)(*1898), Annecy
Sources :

 

(*1827): 'Indicateur des habitants de la ville de Lyon', 1827

(x1828): 'Répertoire du commerce de Paris, ou Almanach des commerçans, banquiers, négocians, manufacturiers, fabricans et artistes de la capitale', 1828, p. 566-567

(*1829): 'Répertoire du commerce de Paris, ou Almanach des commerçans, banquiers, négocians, manufacturiers, fabricans et artistes de la capitale', 1829, p. 622-624

(*1832): 'Nouvel indicateur des habitans de la ville de Lyon', 1832

(y1833): 'Le Précurseur, 18/05/1833, p. 4

(x1835): 'Almanach commercial, ou Indicateur par ordre alphabétique des habitants de Lyon', 1835

(xxx1838): 'Annuaire administratif et commercial de Lyon et du département du Rhône', 1838

(*1839): 'Annuaire administratif et commercial de Lyon et du département du Rhône', 1839

(xx1843): 'Almanach du commerce des villes de Lyon, de la Guillotière, de la Croix-Rousse et de Vaise', 1843, p. 359

(xx1857): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1857, Paris p. 794-795, Bordeaux p. 1606, Bourges p. 1497, Nantes p. 1685

(xx1858): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1858, Nantes p. 1718, Paris p. 775-776

(xx1859): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1859, Bourges p. 1510, Nantes p. 1859, Paris p. 813-815

(xx1860): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1860, Paris p. 914-916

(xx1861): 'Annuaire du commerce Didot-Bottin', 1861, p. 1774, Bordeaux p. 1667, Nantes p. 1774, Paris, p. 954-956, Rouen p. 1695

(***1863): 'Annuaire spécial des artistes musiciens', 1863, p. 115 - 161 

(**1864): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1864, p. 1050-1051 (Gallica)

(x1864): 'L'Indicateur des mariages de Paris...', 02-10-1864

(yy1864): 'Almanach des 40,000 adresses des fabricants de Paris et du département', 1864, p. 97 - 98

(*1867): 'Catalogue général', H. Welter (Firm : Publisher : Paris, Jules Rainal Frères (Paris), E. Dentu, 1867

(**1870): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1870, p. 1231-1233 (Gallica)

(**1871): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1871, p. 1222-1223 (Gallica)

(**1873): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1873, p. 1240-1241 (Gallica)

(*1876): 'Annuaire Musical et Orpheonique de France', 1876

(**1876): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1876, p. 1345-1347 (Gallica)

(**1877): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1877, p. 1345-1347 (Gallica)

(yy1877): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1877', p. 970 (Gallica)

(**1880): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1880, p. 1588-1590 (Gallica)

(yy1880): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1880', p. 1024 (Gallica)

(**1881): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1881, p. 1521-1523 (Gallica)

(yy1882): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1882', p. 1033 (Gallica)

(**1883): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration', 1883, p. 1584-1585 (Gallica)

(yy1883): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année', 1883, p. 1001 (Gallica)

(**1884): 'Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1884, p. 1639-1640 (Gallica)

(xxx1885): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1885', p. 1048-49 (Gallica)

(xxx1886): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1886', p. 1050-51 (Gallica)

(**1888): 'Annuaire Général de la Musique', 1888

(xxx1892): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1892', p. 826-827 (Gallica)

(*1895): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1895

(*1897): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1897

(xxx1897): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1897', p. 860 (Gallica)

(xxx1898): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1898', p. 887 (Gallica)

 

 

(*1902): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1902

(*1903): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1903

(*1905): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1905

(*1906): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1906, Mâcon p. 941, Valence p. 702

(xxx1906): 'Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1906', p. 855 (Gallica)

(*1907): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1907

(*1909): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1909

(*1910): 'Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical', 1910

(*1913): 'Musique-Adresses Universel', 1913

(**1921): 'Musique-Adresses Universel', 1921

(*1929): 'Musique-Adresses Universel', 1929

(5): Infos données par Denis Watel

(20): 'Archives de Pleyel, Erard et Bord chez le Musée de la Musique à Paris'

 
 © Copyright all rights reserved