home | Facteurs de pianos en Belgique


 

LICHTENTHAL
à Bruxelles (°1823)


1830

BRUXELLES - "877. H. Lichtenthal, te Brussel. (Zuid-Braband.)
a. Een Piano-viool in mahonijhout.
b. Een opstaand Piano in amboine-hout.
c. Een vierkant dito, met lier en estrade, mahonij-hout." Catalogus der voortbrengselen van de Nationale Nijverheid, te Brussel, 1830, p. 237

1835

BRUXELLES - "Les pianos de M. Lichtenthal se distinguent par leur nombre, parla simplicité et le bon goût de l'ébénisterie. Les instrumens de ce facteur sont très remarquables ; tout leur mécanisme est habilement exécuté ; ils sont très chantans, ont un moelleux, une douceur, et en même temps une force de son pen ordinaires.

L'effet en est extrêmement agréable. Ils ne cèdent pas en puissance à ceux de MM. Groetars, et ils nous ont semblé préférables sous les rapports que nous venons d'indiquer.

M. Lichtenthal n aussi fait des progrès immenses depuis trois ans. Mais c'est que rien n'égale le zèle, l'application et les soins qu'il apporte à sa fabrication. Il est d'ailleurs toujours à l'affût des nouveautés et des perfectionucmens, et rien ne lui coûte quand il s'agit de donner à ses instrumens les qualités qu'il reconnaît leur manquer. 

Le piano-viole qu'il a reproduit à cette exposition, a été considérablement amélioré depuis celle de 1830. La conception et l'exécution de cet instrument décèlent un très grand mérite. L'honneur n'en appartient pas tout entier à M. Lichtenthal, puisque M. Dietz, à Paris, est le premier qui l'ait mis en usage.

Mais M. Lichtenthal y a fait des améliorations qui n'appartiennent qu'à lui. Tel qu'il est aujourd'hui, le piano-viole, par la puissance qu'il a d'enfler la note et de la laisser mourir insensiblement, produit de merveilleux effets ; rien n'est plus suave que son emploi dans les adagio, et bien des personnes en abordant la rotonde où il est exposé, refusent de croire que les sons mélodieux qu'il fait entendre rie soient produits que par un seul instrument." La Belgique industrielle : compte rendu de l'exposition des produits ..., Faure, Gressin-Dumoulin, Jean Benoit Valérius, 1836, p. 170

BRUXELLES - "Onze fabricans de pianos ont concouru à l'exposition. M. H.-H. LICHTENTHAL, à Bruxelles, a présenté, sous le no 307, trois pianos à queue, deux pianos droits, un piano carré, un piano forme cabinet, et un piano-viole.

M. Lichtenthal a introduit, dans la construction des pianos, des perfectionnemens considérables, tant sous le rapport du fini du mécanisme, que sous celui de la qualité chantante du son. Son piano-viole, qu'il avait mis, comme essai, à l'exposition de 1830, a été depuis beaucoup amélioré par lui.

Il y a adapté une mécanique nouvelle, au moyen de laquelle on donne au toucher une grande délicatesse. M. Lichtenthal fait d'importans envois à l'étranger. Le juri lui a décerné la médaille d'or." Rapport du juri sur les produits de l'industrie belge exposés à Bruxelles ..., 1836, p. 256

PARIS - "M. Lichtenthal a introduit, en 1830, le piano-viole, dont les sons si graves et si majestueux; la fabrique des pianos a été naturalisée, en Belgique par les soins de MM. Groetaers, Hoberechts [sic] et Lichtenthal." De l'Industrie en Belgique: causes de décadence et de prospérité, 1839, p. 425

PARIS - "Hr. Lichtenthal, Pianoforte-Facteur des Königs von Belgien, hatte neuerdings wieder eine höchst wichtige und interessante Verbesserung an den sogenannten Pianinos (Piano buffet) gemacht.

Bekanntlich eigneten sich diese Instrumente vermöge ihres gedrängten Mechanismus und ihrer eigenthümlichen Bauart, die auf die kleinsten Verhältnisse gebracht und reducirt ist, weniger für den Solo-Vortrag und die brillante Spielart als für die gebundene und Gesang begleitende.

Dem Hm. Lichtenthal ist es nun gelungen, seinen neuen Pianinos eine solche Kraft und Tonfülle, die in allen Octaven im strengsten Verhältnisse steht, zu geben, so daß diese Instrumente bei ihrem leichten und weichen Anschlage, der alle Tonschattirungen zuläßt, allen Anforderungen auch des eigensinnigsten Spielers genügen müssen.

In Paris und London haben diese Instrumente die gerechteste Bewunderung aller Künstler erregt und Hr. Lichtenthal hat daselbst Patente für seine neue Erfindung erhalten. Ch. Eichler." Neue Zeitschrift für Musik: das Magazin für neue Töne, 02/08/1839, p. 40

PARIS - "En 1830, Licthental fabriqua à Bruxelles un piano-viole. C'était un grand piano à queue monté de cordes en boyau; une barre placée au-dessous des cordes servait à contenir autant de petites poulies qu'il y avait de cordes ; une barre inférieure faisait le même office.

Chaque archet sans fin, après avoir traversé les deux poulies, s'enroulait sur un tambour mû par une manivelle. En touchant une note, l'archet se rapprochait de la corde par le mouvement de la touche et attaquait la corde plus ou inoins fortement.

— Enfin, en 1833, même construction ou à peu près, par Heiz, de Hongrie." La musique à l'Exposition universelle de 1867, Louis-Adolphe le Doulcet Pontécoulant, p. 133

1849

SAINT-PÉTERSBOURG - "Hr. Lichtenthal, aus Ungarn eingewandert, welcher sich in den besten Fabriken zu Wien und Paris ausgebildet hat, beschäftiget beiläufig 50 Arbeiter.

Er besitzt mehrere Patente und zwar :

1. auf Pianino’s; eine Modification von Pape’s Instrumente derselben Gattung in Paris;

2. auf tafelförmige mit querlaufenden Seiten, welche besonders geschätzt werden, und

3. auf eine neue Form und Construction von Flügelpianos, von ihm „Imperials“ genannt.

Herr Lichtenthal hatte 6 Instrumente ausgestellt. Das vorzüglichste unter diesen, war eines der „Imperials“ Das Neue dieser Instrumente besteht in der Form, welche auf beiden Seiten Hohlwände bildet, in Folge dessen querlaufende Saiten im Basse Vorkommen.

Anhängleiste und Spreitzstange von Metall. Der Preis des ausgestellten Instrumentes war 1000 Rbl. Silb. (1539 fl. 10 kr. C. M.).

Nebst diesem hatte Lichtenthal 4 Flügel und ein Pianino ausgestellt. Der Ton aller seiner Instrumente ist voll und stark, die Ausstattung höchst elegant. Liszt hat während seines Aufenthaltes in Petersburg die Instrumente Lichtenthals allen übrigen vorgezogen.

Den Preis für Flügel stellt Lichtenthal auf 750 Rbl. Silb. (1154 fl. 23 kr. C. M.) für Tafelförmige auf 300 Rbl. Silb. (461 fl. 45 kr. C. M.)." Bericht über die Gewerbe-Ausstellung des Russischen Reichs zu St. Petersburg im Jahre 1849. Gerold, 1849, p. 186-187 (archive.org)

1851

LONDRES - "Auch Rußland hatte zwei Flügel geliefert durch den Deutschen W. Lichtenthal aus Petersburg; der eine war ein Stutzflügel mit schiefen und gekreuzten Saiten. [ Erhielt Ehrenerwähnung für seinen Stutzflügel.]" Zeitschrift für Orgel-, Clavier- und Flügelbau, 1853, p. 44 - Amtlicher Bericht Über Die Industrie-Austellung Aller Völker Zu London Im 1851, 1852, p. 876

LONDRES - "172 Lichtental, M. St. Petersburg, Manu.— Imperial pianoforte : cottage ditto." Official catalogue, Great exhibition, 1851, p. 299

1878

PARIJS - "Le système de pianos à cordes croisées, instrument attribué à M. Steinway et connu sous le nom de système américain, est dû â un facteur de Bruxelles, M. Lichtenthal, le fondateur de la maison F. Berden et Cie." La Belgique à l'Exposition universelle de 1878

Pour les références voyez la page
 Pianos belges de 1710 à 1849

of in het Nederlands
Belgische piano's van 1710 tot 1849


 © Copyright all rights reserved | contact