home | Facteurs de pianos en Belgique


 

LICHTENTHAL
à Bruxelles (°1823)


1830

Brevet de 1830 : 'Piano-viole' Organographie: La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861 et (x1839)(*1836): 'Dans ce piano droit, les cordes sont toutes en lignes obliques, dans un même plan vertical et sont derrière les marteaux au lieu d'être placées dessous ou au-dessus, comme dans les pianos horizontaux.' Analyses des inventions brevetées depuis nov. 1830 jusqu'à oct ..., Volume 1, p. 10

"New Musical Instrument. — M. Lichental, a piano-forte maker of Ghent, has invented a new instrument, called piano-mole, in which, with all the execution of the piano-forte, the sounds of the violoncello may be obtained with the same degree of continuity. From the description given to us, however, we conclude that it is merely a modification of the piano exhibited here last year, in which the chords, which are of cat-gut, are played upon with a bow moved by the keys." The London Literary Gazette and Journal of Belles Lettres, Arts, Sciences, Etc, 1830, p. 501

1831

Brevet de 1831 : "Piano piccolo', instrument à sons aigus, de LICHTENTHAL construit en 1831 Organographie: La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861 

"N° 508. — Arrêté royal du 29 juin 1832, qui accorde un brevet de perfectionnement de dix années à H. Lichtenthal, domicilié à Bruxelles, pour un nouveau piano vertical, auquel l'auteur donne le nom de Piano-piccolo." Recueil des lois et actes géneraux du gouvernement, en vigueur ..., Volume 6, 1832, p. 100

1832

Brevet de 1832 : "Brevet de perfectionnement de 10 années, accordé le 29 juin 1832, au sieur H. Lichtenthal, à Bruxelles.)

Les dimensions du piano sont réduites de manière à pouvoir le placer dans un cabinet. Le mode d'échappement et de retenue des marteaux, permet d'exprimer le piano et le porté sans le secours des pédales.

Une bande de cuir ramène le marteau et l'empêche de frapper plus d'un coup. L'étouffoir agit avec promptitude et facilité." Analyses des inventions brevetées depuis nov. 1830 jusqu'à oct ..., Volume 1, Belgium, Ministère de l'intérieur, 1845

1834

 

'Piano à cordes croisées' en 1834 ?. Dictionnaire pratique et raisonné des instruments de musique anciens et modernes, Albert Jacquot, 1886, p. 174 

1838

Brevet de 1838 : 'Piano à sons soutenus' Dictionnaire pratique et raisonné des instruments de musique anciens et modernes, Albert Jacquot, 1886

"Lichtental construisit, à Bruxelles, un piano à son soutenu. C'était encore une fois le principe des archets sans fin que nous lui avons déjà vu employer, venant frotter des cordes de boyau dont l'instrument était monté. Le mécanisme très-compliqué rendait l'instrument très-lourd et excessivement cher. (B. B.)" Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861

  

"M. Lichtenthal, fabricant de pianos à Bruxelles, a résolu par un nouveau mécanisme le problème d'une très grande sonorité réunie à des dimensions fort réduites.

Dans une construction élégante qui n'occupe guère plus de place qu'un piano droit, ou qu'un piano carré, il obtient des sons aussi puissants, aussi ronds, aussi veloutés que ceux des bons pianos à queue.

Nous avons entendu un de ces magnifiques instruments qui, déposé chez M. Schlesinger, a été vendu au bout de deux jours. Nous croyons qu'il s'en trouve encore un autre chez M. Meissonnier. Nous pouvons assurer, eu nous appuyant d'ailleurs de l'avis des pianistes les plus célèbres, que ces instruments ne le cèdent nullement aux meilleurs des facteurs à la mode en France et en Angleterre.

A ces avantages, les pianos de M. Lichthelhal réunissent la facilité de transposer de trois demi-tons. Cet habile facteur, qui a pris un brevet d'invention pour la France, a établi à Lille une succursale de sa maison, et en fondera peut-être une autre à Paris." Revue et gazette musicale de Paris, 1840, p. 194-195

Brevet de 1838 : "Nouveau système de piano. Brevet d'invention de dix années, accordé le 1e juillet 1838, au sieur H. Lichtentbal, facteur de pianos, à Bruxelles, Montagne de la Cour, n° 80." Verzameling der wetten en besluiten, Volume 21, 1840, p. 7

"Brevet d'invention de dix années, accordé le 1er juillet 1858, au sieur H. Lichtenthal, facteur de pianos, à Bruxelles, Montagne de la Cour, n° 80) Afin de gagner de l'espace et pour donner dans les pianos droits plus de longueur aux cordes de la basse, l'inventeur place ces cordes obliquement dans le corps du piano.

— Les autres cordes conservent leur direction ordinaire, mais elles sont croisées par les premières et doivent pour cela se trouver dans un autre plan parallèle à celui des cordes basses.

Deux tables métalliques et deux chevalets servent à obtenir cette nouvelle disposition." Analyses des inventions brevetées depuis nov. 1830 jusqu'à oct ..., 1847, p. 7

"Pianos A Sons Prolongés.

Liechthental [sic] construsait un piano-viole; c'était un grand piano à queue, monté avec des cordes de boyau; une barre placée au-dessous des cordes servait à contenir autant de petites poulies qu'il y avait de cordes, une barre inférieure faisait le même office; chaque archet sans fin après avoir traversé les deux poulies, s'enroulait sur un tambour mu par une manivelle que faisait agir l'artiste au moyen d'une pédale ; en touchant une note, l'archet se rapprochait de la corde par le mouvement de la touche, et attaquait plus ou moins fortement, selon la vigueur de l'attaque (même procédé d'archet que celui de Dietz dans le Polyplectrum. (B. B.,1)" Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861

1843

Brevet de 1843 : "3. Den 6. April, dem großbritannischen Unterthan Lichtenthal ein 5jähriges Privilegium für einen von ihm erfundenen Mechanismus im Bau der Fortepianos, wodurch die Töne lauter werden und forttönen." Mittheilungen der Kaiserlichen Freien Ökonomischen Gesellschaft zu St Petersburg, 1844, p. 376-377

1851

Brevet de 1851 : "Lichtenthal, jadis facteur à Bruxelles, maintenant établi à Saint-Pétersbourg, construisit dans cette ville de grands pianos à double table d'harmonie dans le but, dit-il, de partager le poids des cordes ; le croisement des cordes dans ce genre de piano offre mille inconvénients acoustiques et rien dans l'instrument ne vient les compenser." Organographie : La facture instrumentale depuis 1789 jusqu'en 1857 inclusivement, Adolphe Le Doulcet Pontécoulant, 1861

Pour les références voyez la page
 Pianos belges de 1710 à 1849

of in het Nederlands
Belgische piano's van 1710 tot 1849


 © Copyright all rights reserved | contact