home | Facteurs de pianos en France


 

HATZENBUHLER Jean Baptiste
à Paris (°1832)

1839

"Aux approches des vacances, nous recommandons aux amateurs de la ville et de la campagne les PIANOS droits dits pianinos, de la fabrique de BAPTISTE HATZENBUHLER et FAURE qui ont obtenu une médaille à la dernière exposition.

Ces instrument d'un prix modéré, d'une forme élégante et commode, doivent à la perfection du mécanisme et à un système particulier de tablage le double avantage de conserver l'accord aussi longtemps et de produire autant de son que les meilleurs pianos carrés.

S. A. R. Mme la duchesse d'Orléans vient de faire emplète d'un piano cette fabrique, dont les ateliers et magasins sont établis rue du faubourg-Saint-Antoine, 59 et 63." Gazette des Tribunaux, 10/08/1839, p. 4 (data.decalog.net)

1840

"On lit dans le Moniteur parisien : Le roi, sur proposition de M. l'intendant-général de la liste civile, vient d'accorder le titre de facteurs de pianos de Sa Majesté à MM. Hatzenbuhler et Fauré, dont les instruments ont été mis au premier rang à la dernière exposition (Fabrique, faubourg Saint-Antoine, 63; dépôt central, rue Richelieu, 108.).

Cette rare distinction est pleinement justifiée par des mérites qui s'excluent d'ordinaire dans cette sorte de produits, c'est-à-dire l'économie du prix, la qualité du son et la solidité de la construction." Le Censeur : journal de Lyon, politique, industriel et littéraire, 08/02/1840, p. 4

1842-43

"Hatzenbühler (Baptiste), Faure et co., ® 1839, ® Acad. Ind. 1841, fact. du Roi, fab. de pianos en tous genres, spécialité des pianos droits à cordes verticales qui jouissent d'une grande renommée magasins, r. Richelieu, 108; fab., rue de l'Université, 151." Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde..., par Séb. Bottin, 1842

"A l'occasion du jour de l'an, au moment où les concerts vont commencer, nos lecteurs nous sauront gré de les guider dans le choix des maisons qui doivent leur fournir leurs instrumens, entre autres des pianos.

Parlons donc de Baptiste Hatzenbuhler. En venant s'établir dans la cité des Italiens, le centre de l'activité et de l'élégance parisiennes, cet habite facteur, destiné à continuer un jour l'antique renommée des Érard, a fixé la vogue dans ses salons.

Rien n'a manqué leur inauguration, car, dès le jour où M. Hatzenbuhler est venu s'y établir, M. Masini y a donné un concert qui avait réuni, comme par enchantement, l'élite de la société et des artistes.

Le nom de M. Hatzenbuhler, devenu célèbre à se juste titre, tend encore à se répandre de plus en plus. On sait que les meilleurs pianos sortent de ses ateliers; compositeurs et exécutens disputent à qui aura les premiers finis et les plus beaux.

Dix années d'expérience, de travaux et de succes sont de suffisantes garanties offertes par ce facteur au public.

Sous le rapport musical, ces pianos sont des chefs-d'œuvre de mécanisme qui brillent autant par la pureté et la justesse que par la sonorité et la profondeur du son; sous le rapport du luxe, ce sont des meubles charments qui, à eux seuls, ornent presque un salon, soit qu'on adopte la forme verticale, si propice aux petits appartemens et à l'accompagnement des romances, soit la forme carrée, qui dure toujours et qui a raison, soit enfin le système à queue, le roi du genre, qui, exprime si bien les grands mouvemens, la passion et le génie de nos premiers maîtres Thalberg et Listz [sic].

Les pianos de M. Hatzenbuhler ne sont donc pas moins remarquables par le fond que par la forme; le style, les bois, les ornemens extérieurs varient à l'infini et selon le prix que l'on y veut mettre; le fond reste toujours le même, solide et puissant, harmonieux et sonore.

Au résume, les pianos de M. Hatzenbuhler satisfont à toutes les exigences, et conviennent aussi bien aux professeurs qu'aux élevés, à l'accompagnement des chansonnettes qu'à l'exécution des magnifiques fantaisies des compositeurs modernes." Ch. Rouget, La Presse, 28/12/1842, p. 4 ou La Sylphide, 1843, p. 79 ou Le Ménestrel, 01/01/1843, p. NP

1844

"Hatzenbuhler ( B. ), facteur de pianos du Roi, B 1839, A. A. I. 1841 ; inventeur d'un procédé particulier dont l'application a l'avantage de conserver parfaitement l'accord, principalement aux pianos droits ; bonne disposition de la table d'harmonie en augmentant considérablement la force des sons ; justifie la bonne réputation dont jouit cette fabrique, dont les pianos sont établis à des prix très-modérés, Fontaine-St-Georges, 8 ; magasins rue Laffitte, cité des Italiens." Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1844, p. 516

1845

"Beaux-Arts, —Industrie. On lit dans le Moniteur universel, sous la rubrique un rapport que nous avons sous les yeux, et qui émane d'une autorité imposante daus les arts, constate les perfectionnemens successifs introduis par M. Hatzenbuhler dans la fabrication des pianos, et qui lui ont valu une honorable récompense lors de la dernière exposition industrielle.

Il en résulte que, dans le système de cet habile facteur, les vis de pression qui resserrent les cordes à volonté ont rendu mobiles les étouffoirs qui étaient jusque là invariables et fixes; il a réglé par un ingénieux mécanisme la garniture des clavicules.

Ses pianos à queue offrent un perfectionnement qu'il a introduit aussi dans tous ses instrumens: c'est la suppression des pointes dans le dessus, remplacées par un barrage en cuivre qui maintient mieux les cordes et rend moins sensibles les coudes.

Voilà un fait que nous nous empressons d'enregistrer en faveur des pianos de M. Hatzenbuhler, qui obtiennent et, méritent du reste la faveur générale. Nos artistes recherchent beaucoup les instrumens de ce facteur, aujourd'hui placé en première ligne. Ses magasins sont rue Laffitte, 1, Maison dorée." Le Ménestrel, 20/04/1845, p. NP et La Presse, 23/04/1845, p. 3 (Gallica)

1846

"Hatzenbuhler (B.). facteur de pianos du Roi, B. 1839, A. 1844, A. I. 1841 ; invent. d'un procédé particulier dont l'application a l'avantage de conserver parfaitement l'accord, principalement aux pianos droits ; bonne disposition de la table d'harmonie en augmentant considérablement la force des sons ; justifie la bonne réputation défit jouit cette fabrique, dont les pianos sont établis à des prix très-modérés, Fontaine-St-Georges, 8 ; magasins rue Laffitte, cité des Italiens." Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1846, p. 559

1849

"Les pianos Hatzenbuhler qui se sont acquis une si bonne réputation dans la spécialité des pianos droits, viennent d'être transférés de la Maison-Dorée au n° 29, de la même rue (rue Laffitte).

Il y a quelque intérêt pour le public à prendre bonne note de cet avis, attendu les nombreuses annonces faites à tort depuis quelque temps des pianos de ce facteur, et qui ne provenaient pas de sa fabrique." Le Ménestrel, 20/05/1849, p. 3

HATZENBÜHLER
sur ce site

EXPOSITIONS

PUBLICITÉ

ARTICLES

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez la page
pianos français 1830 - 1839


 © Copyright all rights reserved | contact