home | Facteurs de pianos en France


 

GAVEAU
à Paris (°1847)


1855 - 1905

1855

PARIS - "Pianos. GAVEAU (J.-G.), à Paris, r. Taitbout, 10,— Piano oblique." Quinze visites musicales à l'Exposition universelle de 1855, Adrien de La Fage

Image d'un piano droit GAVEAU,

"PIANO DROIT de M. Gaveau, facteur, 10, rue Taitbout, à Paris. Nous recommandons cet instrument par la perfection de ses cordes obliques et de ses cordes-verticales, avec un contre-tirage pour le maintien dé l'accord; ce contre-tirage, qui consiste en cinq barres à la partie postérieure du piano, fait contre-poids du tirage des cordes, ce qui fait que l'instrument conserve l'accord le plus parfait.

Les pianos de la maison Gaveau obtiennent un grand succès dans les pays d'outre-mer; ils sont établis dans de telles conditions de solidité, que la mer n'a aucune action sur ces instruments ; ils sont pourvus d'un mécanisme à double échappement qui fait répéter les notes très-facilement.

Cette combinaison a fixé l'attention du jury, qui a décerné une médaille à M. Gaveau pour sa bonne fabrication." Revue illustrée de l'industrie. Arts, sciences, nouvelles inventions, découvertes utiles, 01/10/1856, p. 10 (Gallica)

1860

TROYES - "Gaveau arrive tous les jours à une perfection meilleure. [...] Nous avons vu récemment dans les ateliers de Gaveau un magnifique instrument à cordes obliques qui doit nous arriver sous peu de jours et qui nous a semblé réunir toutes les conditions de bonne facture." L'Exposition de Troyes illustrée. Journal du Concours, 1860, p. 28 (Gallica)

TROYES - "Gaveau, rue des Vinaigriers, à Paris. - Pianos soignés et belle qualité de son." Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube, 1860, p. 149 (Gallica)

1865

TOULOUSE - "Gaveau, à Paris, pianos. - Rappel de la médaille d'argent de 2e classe (1855), Paris." VIIIe Exposition des Beaux-Arts et de l'Industrie à Toulouse en 1865 : Liste des récompenses, 1865, p. 30

TOULOUSE - "Rappel de Médaille d'Argent de 2e classe. M. GAVEAU, à Paris, rue des Vinaigriers, 53, - a exposé trois pianos.

On voit aisément que ces instruments sortent d'une bonne facture.

Si la partie harmonique était en rapport avec la partiematérielle et mécanique, sans nul doute M. Gaveau aurait obtenu plus que le rappel de la médaille de 2e classe qui lui a été accordé à l'Exposition universelle de 1855 à Paris, rappel que le Jury de Toulouse lui décerne pour les produits exposés." Exposition des Beaux-Arts et de l'Industrie à Toulouse, dans les bâtiments de l'ancien monastère des Jacobins : Année 1865, p. 267

1867

PARIS - "On s'occupe beaucoup, dans le monde des pianistes, des nouveaux pianos construits par la maison Gaveau; ces instruments, dont le barrage est tout en fer et d'une seule pièce, résistent aux influences pernicieuses de climats humides, tout en conservant une sonorité remarquable.

— L'Exposition de 1867 a, d'ailleurs, placé la maison Gaveau, qui compte vingt années d'existence, au premier rang de la facture française." Le Ménestrel, 05/01/1868, p. 47 (Gallica)

PARIS - "M. GAVEAUX [sic] - Voici un des meilleurs facteurs de Paris; tout instrument sortant de ses magasins peut être accepté les yeux fermés, car tous sont beaux et tous sont toujours bons.

M. Gaveaux construit généralement d'après le type Érard, mais ce n'est pas une imitation servile; il sait donner à ses instruments un cachet spécial.

Examinez et écoutez le piano à queue exposé par M. Gaveaux, il joint à l'élégance de la forme le fini de la construction, la qualité sonore d'un Érard, mais il possède en plus quelque chose de particulier; un certain charme spécial inhérent à la maison Gaveaux ce qui nous empêche de le confondre avec les instruments de la rue du Mail.

Il faut également admirer un piano droit, dont une partie du bois de la caisse a été enlevée et remplacée par des glaces sans tain, ce qui permet d'en étudier les détails intérieurs d'un mécanisme particulier et d'apprécier le fini de ce petit chef-d'œuvre de la facture de M. Gaveaux [sic].

Ces pianos furent examinés par tous les membres de la Commission d'examen, et chacun d'eux en fit vibrer harmonieusement les cordes, en admirant la douceur du clavier, la facilité de la répétition et la docilité énergique des étouffoirs.

En 1855, M. Gaveaux avait obtenu une Médaille De 2e Classe. Le jury de 1867 a décerné à M. Gaveaux une Médaille d'argent."  La musique à l'Exposition universelle de 1867, Louis-Adolphe le Doulcet Pontécoulant, p. 136-137

PARIS - "M. Gaveau présente un piano droit dont une partie de bois de la caisse est remplacée par des glaces sans tain pour permettre d'étudier les détails intérieurs d'un mécanisme particulier)" (source ?)

PARIS - "On s'occupe beaucoup, dans le monde des pianistes, des nouveaux pianos construits par la maison Gaveau ; ces instruments, dont le barrage est tout en fer et d'une seule pièce, résistent aux influences pernicieuses de climats humides, tout en conservant une sonorité remarquable. — L'Exposition de 1867 a, d'ailleurs, placé la maison Gaveau, qui compte vingt années d'existence, au premier rang de la facture française." Le Ménestrel, 05/01/1868, p. 47 (archive.org)

1878

PARIS - "M. Gaveau, facteur studieux et plein d’expérience, a présenté des pianos de différents modèles et tous exécutés avec beaucoup de soin.

Il n’ignore aucune des tentatives qu’ont faites naguère MM. Quentin (de Bourges), Camille Pleyel, Bacquié, Colin (de Toul); et, reprenant des essais qui n’avaient point été couronnés de succès, il a imaginé un système de tendeur dans lequel la bascule se trouve placée au milieu de la table d’harmonie.

Le jury a remarqué, en outre, les bons résultats qu’a obtenus M. Gaveau, dans un piano demi-oblique, par des sommiers bien consolidés au moyen de six leviers." Chouquet, Rapport sur les instruments de musiques à l'exposition universelle de 1878

1885

ANVERS - "194 — Gaveau (Joseph-Gabriel), 47 et 40, rue Servan, Paris. Manufacture de pianos. Maison fondée en 1847. Exposition universelle, Paris, 1878, médaille d'or. Exposition universelle, Amsterdam, 1883, diplôme d'honneur.

Exposition internationale, Nice, 1883-84, diplôme d'honneur. Décoré de l'ordre du Christ de Portugal, 1878. Décoré officier d'Académie de France, 1883." Exposition d'Anvers 1885, p. 20

1887

"Dans la 5° classe se trouvait également l'exposition de l'importante manufacture de pianos de M. Gaveau.

Si nous n'avons pu apprécier avec toute la compétence désirable au point de vue musical leur valeur harmonique, nous avons pu néanmoins constater la perfection de l'exécution de la quantité innombrable des pièces mécaniques, qui est la qualité indispensable au bon fonctionnement de l'instrument de M. Gaveau, qui depuis 1855 n'a rencontré que des succès dans toutes les expositions où il s'est produit, et a facilement obtenu la médaille d'argent à l'unanimité du jury, qui ne pouvait disposer, à son grand regret, pour ce cas, d'une plus haute récompense." Revue des arts décoratifs, 1887, p. 249 (Gallica)

1889

PARIS - "57. GAVEAU (J.-G.), à Paris, rue Servan, 47-49. — Pianos à queue et pianos droits.

Récompenses aux Expositions universelles internationales. Médaille bronze, Paris 1855. Médaille argent, Paris 1867. Médaille d'or, Paris 1878. Diplômes d'honneur : Amsterdam 1883, Anvers 1885, Bruxelles 1888. Membre du jury, Barcelone 1888.

Officier d'Académie, Chevalier de l'Ordre du Christ de Portugal. Chevalier de l'ordre du Cambodge. Maison de Vente et Location, 8, Boulevard Montmartre." Catalogue général officiel de l'exposition universelle de 1889, p. 5 (Gallica)

PARIS - "M. Gaveau se fait remarquer par de beaux instruments d'une fabrication courante; il a eu l'idée ingénieuse d'exposer un piano à parois de verre qui laisse voir tous les détails du mécanisme intérieur; [...]" Revue des arts décoratifs, 1889, p. 17 (Gallica)

1894

LYON - "La manufacture de pianos, fondée en 1847 par M. Joseph-Gabriel Gaveau et dirigée aujourd'hui par ses six fils, occupe actuellement une des premières places clans le monde musical.

Les perfectionnements incessants qu'elle a apportés à la fabrication de ces instruments justifie pleinement l'importance considérable qu'elle a acquise.

Après une longue et honorable carrière, M. Gaveau père, à la suite de l'Exposition universelle de Chicago, a été nommé chevalier de la Légion d'honneur, distinction bien méritée qui est venue couronner cinquante années d'incessant labeur.

A sept Expositions déjà M. Gaveau père avait été nommé membre du jury. Aujourd'hui c'est son fils aîné, M. Edme Gaveau, qui vient d'être à Lyon l'objet de cette distinction si honorable et si enviée qui classe cette maison hors concours.

MM. Gaveau exposent une série de beaux modèles courants : pianos en palissandre verni, en palissandre ciré, en bois noir, en noyer ciré rehaussé de filets d'or.

Comme type d'instrument de luxe figure un piano Louis XVI, gris et or, avec bronzes dorés, orné de peintures décoratives, et un nouveau modèle de piano à queue de salon et de concert avec cadre en fer et cordes croisées; ce modèle, dont le clavier a une étendue de sept octaves et quart, est caractérisé par une grande puissance de sonorité sous un très petit volume.

MM. Gaveau exécutent en ce moment un nouveau piano à queue de salon qui, en raison de ses dimensions restreintes, 1m,75 de long sur 1m,42 de large, est appelé à un gros succès, car elles n'excluent nullement une belle sonorité.

M. Lorca, qui a obtenu un si vif succès cet hiver à l'un des concerts du Conservatoire de Lyon, donne une fois par semaine des auditions très appréciées qui permettent de juger les qualités d'art des remarquables modèles à queue sortis des ateliers de cette célèbre maison." La Grande dame. Revue de l'élégance et des arts, 1894, p. 273-274 (Gallica)

ANVERS - "La maison Gaveau, d'ailleurs, triomphe aussi à Anvers, où son exposition est très admirée et contribue, pour une très large part, à garder à la France la renommée qu'elle s'est justement acquise dans la fabrication des pianos."  Le Ménestrel, 09/09/1894, p. 288 (Gallica)

1896

PARIS - "Tout le monde s'arrête devant deux pianos superbes de,la maison Gaveau, dont la réputation est aussi ancienne qu'universelle, c'est un Louis XV en acajou et un Louis XVI peint en blanc, une véritable merveille artistique !" Moniteur des consulats, art. Exposition du Théatre et de la Musique, 06/12/1896, p. 8 (Gallica)

SALON PARISIEN - LES PIANOS DE LA MAISON GAVEAU

ROUEN - "La maison Gaveau a été fondée en 1847.

Il convient donc de remarquer tout de suite l'importance que cette manufacture a prise, en des années en somme assez peu nombreuses, importance, d'ailleurs, parfaitement justifiée par les perfectionnements que MM. Gaveau n'ont cessé d'apporter dans la construction de leurs instruments, et les soins minutieux qui n'ont jamais cessé de présider à la fabrication des pianos sortis de leurs usines.

La réputation acquise par cette maison et la place considérable qu'elle occupe aujourd'hui dans le monde artistique et musical sont d'ailleurs d'une progression facile à suivre pour le visiteur qui considère le médailler si garni qui n'a rien à envier à ceux des manufactures les plus célèbres.

En 1855, la maison Gaveau recevait sa première médaille de bronze à l'Exposition universelle de Paris. En 1867 (Paris), venait la médaille d'argent; en 1878 (toujours à Paris), c'était enfin la médaille d'or !

Depuis, en 1883 (Amsterdam); en 1885 (Anvers); en 1888 (Bruxelles), les plus belles récompenses se succédaient, et dès 1886 (le Havre), la maison Gaveau, hors concours et membre du jury, augmentait la liste de ses récompenses d'une nouvelle distinction, chaque fois plus élevée à toutes les expositions, où ses envois faisaient l'admiration des Connaisseurs.

En 1889, M. Gaveau obtenait une grande médaille d'or à l'Exposition universelle. De plus, son médailler est orné des croix de nombreux ordres européens, parmi lesquelles là croix de la Légion d'honneur brille d'un éclat tout particulier.

Nous devons donc remercier MM. Gaveau d'avoir envoyé un choix de leurs instruments à notre Exposition.

Ils sont réunis en un Stand élégant placé au centre du Salon Parisien, et le public ne se lasse pas d'admirer ces superbes modèles, parmi lesquels nous remarquons tout particulièrement un demi-queue, apprécié justement au cours dès auditions données par M. G. Duvauchelle, pianiste et compositeur distingué; un petit format, palissandre; un grand format, noyerciré, de style rocaille; un autre grand format, aux appliques de cuivre mat, d'un goût exquis ; enfin un piano de style empire, décoré d'une ronde d'amours, de sphinx, etc., etc., meuble merveilleux à qui l'instrument ne le cède en rien, merveilleux aussi de précision, de sonorité et de qualité générale.

Ce sont là tous modèles riches, et ce n'est que justice s'ils excitent la plus grande curiosité et l'admiration du meilleur aloi.

La maison Gaveau possède une superbe usine modèle à vapeur à Fontenày-sous-Bois, près Paris, comprenant :

chantiers, hangars, séchoirs, où sont réunies toutes les essences de bois secs qu'un outillage perfectionné transformera au fur et à mesure en pianos auxquels, dans de vastes et nombreux ateliers, travaillent plus de 400 ouvriers, spécialistes de toutes les parties de l'instrument.

C'est une telle organisation qui permet de fabriquer annuellement plus de 1800 pianos de toutes sortes.

Attenant à cette nouvelle usine est une cité ouvrière qui fait l'admiration de tous ses visiteurs.

En 1867, afin d'améliorer, autant que possible, la condition de son personnel, M. J. Gaveau a institué une Société de secours mutuels entre les ouvriers de son usine, assurant à tous, en cas de maladie, les soins du médecin et les médicaments à titre gratuit.

Il s'agit donc bien là d'une de nos grandes industries nationales et nous sommes heureux, dans ce journal dévoué à toutes les bonnes causes, d'apporter notre tribut d'admiration à cette maison.

Elle est de celles qui font la gloire du pays. Les pianos Gaveau connus et dispersés par le monde entier servent, eux aussi, à faire, au loin, triompher la suprématie du travail national et de l'industrie française." Journal de l'Exposition nationale & coloniale de Rouen et Moniteur des exposants : hebdomadaire illustré, 1896, p. 6-7 (Gallica)

PARIS - "152 — Gaveau frères. Paris, rue Servan, 47. Pianos." L'Exposition du théâtre et de la musique, Paris, 1896 : catalogue officiel de l'Exposition, 1896, p. 95 (Gallica)

1900

PARIS - "56. Gaveau frères, à Paris, rue Blanche, 32 et 34. — Pianos à queue et pianos droits. Successeurs de Gaveaux [sic](J. -B.), Chevalier de la Légion d’Honneur. Facteurs de pianos.

Usine à Fontenay-sous-Bois. Paris 1855, Médaille de bronze ; Paris 1867, Médaille d’argent; Paris 1878 et 1889, Médailles d’or; Amsterdam 1883, Anvers 1885, Barcelone 1888, Membre du Jury, Hors Concours, Chicago 1893, Collectivité des Facteurs." Catalogue général officiel. Tome troisième, Groupe III : instruments et procédés généraux des lettres, des sciences et des arts : classes 11 à 18, 1900, p. 520 (archive.org)

1902

HANOI - "GAVEAU Frères, à Paris, rue Blanche. 32 et 34  - Un piano droit, un piano à queue, construits spécialement pour les Colonies." L'Exposition de Hanoi, 05/11/1902, p. 5 (Gallica)

1905

Piano à queue modèle d'exposition 1905, Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, Section française, Classe 17, p. 35 (Gallica)

LIÈGE - "Gaveau (Gabriel-Joseph-Emmanuel), fabricant de pianos à Paris, grand prix." Le Figaro, 13/10/1906, p. 3 (Gallica)

LIÈGE - "GAVEAU frères, 32 et 34, rue Blanche, à Paris, ont exposé des spécimens de leur marque bien connue et très justement appréciée de leurs pianos droits et pianos à queue. [...][...] GAVEAU frères pour leur exposition dans le Palais de l'Asie, aussi intéressante que celle qu'ils ont faite dans le Palais de l'Afrique." Colonies françaises et pays de protectorat : Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, p. 205-208 (Gallica)

LIÈGE - Gaveau frères, 32 et 34, rue Blanche, à Paris. Pianos droits et pianos à queue pour les Colonies." Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, p. 69 (Gallica)

Piano droit modèle d'exposition 1905, Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, Section française, Classe 17, p. 36 (Gallica)

LIÈGE - "GAVEAU FRÈRES - L'Exposition de la maison Gaveau présente cette caractéristique que tous les instruments exposés sont à cadre métallique coulé.

Le but cherché par MM. Gaveau frères, était de pouvoir ainsi faire supporter à leurs pianos un tirage beaucoup plus fort que celui usité précédemment pour les pianos à construction en bois. MM. Gaveau cherchaient ainsi à avoir une sonorité plus puissante, une des qualités réclamée plus particulièrement par la clientèle étrangère en général.

Ils désiraient ainsi augmenter l'exportation des instruments français. Ils ont d'ailleurs cherché à ne pas sacrifier à la seule question de puissance du son la caractéristique des marques françaises, nous voulons parler de la netteté de la sonorité en même temps que de la précision du mécanisme.

Il nous a paru heureux que la maison Gaveau ait pu envoyer quelques modèles de style aux visiteurs de l'Exposition de Liége. Le travail très fin de ces instruments donne une haute opinion de la valeur de la main-d'oeuvre de la facture française en même temps que de l'esprit d'invention de nos artistes décorateurs.

Ce sont toutes les qualités réunies qui ont permis de classer MM. Gaveau frères, parmi les premiers facteurs français." Rapport [instruments de musique], par G. Dutreih ; Exposition universelle et internationale de Liège, 1905, Section française, Classe 17, 1909, p. 35 (Gallica)

1919

LYON - "À son stand, la maison Gaveau a réuni, pour les présenter aux visiteurs, et en premier lieu à la clientèle des revendeurs, un piano à queue et plusieurs pianos droits.

L'usine Gaveau, de Fontenay-sous-Bois (Seine), sera sous peu en mesure d'atteindre une production quotidienne de 12 à 14 instruments, tant pianos à queue et pianos droits que pianos de style, pianos automatiques, clavecins et autres instruments anciens.

Ce sont les usines de Fonténay qui ont fabriqué en France, pendant la guerre, le plus grand nombre de pianos. Tout en maintenant leur activité dans leur domaine habituel, elles ont également collaboré à la défense nationale en fournissant en grandes quantités, aux armées françaises et américaine, des voitures complètes de rechange pour avions type Spad.

De telles dispositions s'imposaient à cette vieille et réputée maison, dont la fondation remonte à plus de soixante-dix ans, et qui, par sa magnifique installation de Paris, rue La-Boétie, attire tous les dilettantes du monde de passage dans la capitale." Le Temps, 16/03/1919, p. 4 (Gallica)

1925

PARIS - Images de Deux modèles de pianos à queue composé par Groult & Sognot, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Paris, 1925, Volume VIII, 1928 (Cnum.Cnam.fr)

Piano Gaveau - E. J. Ruhlmann,
Mobilier et décoration d'intérieur : revue française technique des industries s'y rattachant, 02/1925, p. 121 (Gallica)

PARIS - Images de Deux modèles de pianos à queue composé par Suë & Mare et Ruhlmann, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, 1925, Paris, Volume VIII, 1928 (Cnum.Cnam.fr)

GAVEAU
sur ce site

EXPOSITIONS

LA FAMILLE GAVEAU
ARTICLES

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez les pages :  

Pianos français 1840 - 1849 (°1847)

Pianos français 1875 - 1899 (°1893)

Pianos français 1900 à maintenant (°1909)


 © Copyright all rights reserved | contact