home | Facteurs de pianos en France


 

DEBAIN
à Paris (°1830)


1834 – 1872

1834

PARIS - "1469 (780). M. Debain, rue du Renard-Saint-Méry, n° 1, à Paris. Piano dont l'exécution était soignée." Le musée artistique et industriel : exposition 1834, p. 190

1839

PARIS - "1122 Debain, à Paris, boulevart Saint-Denis, n. 24. Pianos carrés à trois cordes, petit Piano, Ecrans à clavier." Le manuel de l'exposition ou Guide complet du visiteur à l'exposition des produits de l'industrie française : concours de 1839, p. 86 (Gallica)

1844

PARIS - "1004. Debain, facteur-inventeur de l'harmonium, breveté en 1834, 1836, 1839, 1842, 1843, 1844, fournisseur de la cour, des princes et de l'empereur de Russie.

Manufactures rue Vivienne, 53, à Paris. L'harmonium imite, à produire illusion., les divers instruments d'orchestre ; il se joue comme le piano et reste constamment d'accord.

Pour les salons, l'harmonium supplée à ce qui manque au piano, la tenue des sons.

On peut chauler sur l'harmonium et y exécuter toute espèce de musique. Pour les églises, l'harmonium est admis comme orgue d'accompagnement.

Parmi les églises qui l'ont adopté, on peut citer la Madeleine, Saint-Sulpice, Saint-Roch, l'Abbaye-aux-Bois, Saint-Nicolas-des-Champs, Saint-Louis-d'Antin, Saint-François, Saint-Ambroise, Sainte-Marguerite, Saint-Jacques-du-Haut-Pas, Sainte-Pélagie, les Invalides, la Visitation, le Sacré-Cœur, les Missions étrangères, Bonne-Nouvelle et grand nombre de couvents et institutions religieuses.

Dans les paroisses communales, l'harmonium fait le service de grand orgue, dorit le prix est trop élevé pour les faibles ressources de certaines fabriques.

Immenses exportations à l'étranger et aux colonies. Audition permanente de l'harmonium dans les salons de l'établissement." Catalogue explicatif et raisonné des produits admis à l'exposition quinquennale de 1844, p. 58 (Gallica)

1850

TOULOUSE - "Debain, facteur de pianos, à Paris représenté par M. Martin fils aîné.
175. Piano droit à 7 octaves. [A]
176. Piano mécanique que l'on peut jouer sans être musicien. [A]
177. Harmonium. [A]" Exposition de Produits de Beaux-Arts et de l'Industrie, Toulouse, 1850, p. 51

TOULOUSE - "M. DEBAIN (ALEXANDRE), facteur, à Paris, A exposé des pianos droits et un instrument de ce format auquel il a adapté une mécanique des plus ingénieuses qui, tout en ne rendant aucun service à l'art musical, n'en sera pasmoins d'une immense ressource pour les danseurs de contredanses, de valses et de polkas.

Avec cet instrument, tout le monde peut jouer du piano d'une manière fort agréable, pourvu qu'il soit d'accord et qu'il soitmuni de ses partitions mécaniques.

Nous le répétons, cette invention est très-ingénieuse et admirablement exécutée ; et, quoique l'art n'y gagne rien, l'auteur mérite une récompense, non-seulement pour cette machine si difficile à trouver et si simple enmême temps, mais aussi pour la bonne facture de ses pianos, qui réunissent d'excellentes qualités, malgré le bas prix auquel il les livre.

Le jury accorde en conséquence à M. Debain une médaille d'argent." Exposition des Beaux-Arts et de l'Industrie à Toulouse dans les galeries du musée : Année 1850, p. 181-182

1851

LONDRES - "DEBAIN, A., Rue Vivienne, Paris-Manufacturer. (Agent in London, NOVELLO & CO., 44 Dean Street, Soho.) Piano-méchanique, or antiphonel pianoforte, an instrument with success as a substitute for organs and harmoniums; it is said to be superior to the barrels used in church organs, and less costly.

The flat surface of the upper portion of the antiphonel is covered with a metal plate, pierced across its width with a series of openings, which admit though them a corresponding number of metal points, projecting about the eighth of an inch above the plate.

These points are the extremities of small levers, which communicate with the action ; thus the upper level surface of the machine forms a complete key-board; the projections are pressed down to perform the music by a small piece of hardwood, studded with pins, which is forced over the level surface already mentioned.

This piece is held down by a bar placed over it, and the pressure regulated by springs. Having placed the piece on the antiphonel, it is passed over the key-frame by turning a handle, and as the pins on the plank come in contact with the antiphonal keys, the notes are struck, which are loud or soft, as may be required.

The pieces studded with pins may be from 4 inches to 24 inches long : 8 inches will contain as much as is usually written on a page of music pater, and any number of pieces may be used for composititions of greater length. While one piece is playing, another should be had in readiness immediately to succeed it, until the piece of music is concluded.

The mode of studding the wood with pins, to produce the various effects required, is very simple, and easily executed.

The antiphonel can be placed on the pianoforte as a cover, and by a simple contrivance, on opening the pianoforte, the antiphonel action is removed, and on touching the keys the tone of the instrument is not affected by the attachment. In closing the pianoforte the antiphonel resumes its place, and is ready for use.

When applied to the organ, &c., as pressure on the keys is only required, the antiphonel is placed over the key-frame, and appears like fingers pressng down the required notes. This instrument is played in the Exhibition building." Official descriptive and illustrated catalogue of the Great exhibition of the works of industry of all nations, 1851

LONDRES - "The piano-mécanique of M. Debain is an ingenious contrivance for playing by machinery, intended to supersede the barrels hitherto used, by a less cumbrous apparatus ; — it is employed here for the piano-forte; but it is also capable of adaptation to the organ or seraphine ; and an application to the latter is exhibited in the English department.

Instead of the tune being pricked on a barrel, it is formed by a series of pins, fixed on the plane surface of a thin oblong tablet of wood, a few inches broad, giving to it something like the appearance of a currycomb.

This is drawn, by a rack and pinion, through a frame,'in which project wedge-shaped ends of levers, connected by rods with the hammers of the piano; so that, when any pin in the tune-tablet passes over one of these wedgeshaped lever ends, it depresses it, and thereby lifts the hammer, which, when the pin has passed over, is thrown back by a spring against the string.

If the tune played is of considerable length, several tablets are passed through the frame. in succession; while, if it is a repeating strain, such as dance music, &c., the same tablets are used again and again. The mechanical apparatus is made to fit on to the top of an ordinary cottage piano-forte, and may be detached at pleasure; leaving the instrument in its natural state for performance by the fingers.

When the apparatus is applied, the usual ham— mers are drawn back, and the spring ones take their place, so as to strike the same points of the strings. The action of the machine is very good; and its execution appears to be certain and rapid. Its advantages over the barrel system are —  greater portability, convenience, and cheapness, and its adaptability to ordinary instruments, without deranging their normal condition." Newton's London Journal of Arts and Sciences, 1851, p. 43

LONDRES - "[...], und endlich A. C. Debain aus Paris für seine bekannte mechanische Vorrichtung an Pianoforte's, wodurch dieses zwar nicht in eine Drehorgel, aber in ein Drehpianoforte verwandelt wird. Die sehr einfache und fichere Vorrichtung, das Piano selbst spielend zu machen, ist oben auf der Decke des aufrechten Piano's angebracht.

Querüber, also rechtwinklig auf die Hammerreihe liegen da oben so viele Stiftchen neben einander, als Tasten im Klavier find, und jedes dieser Stiftchen jetzt einen Hammer der Mechanik in Bewegung, welche zum mechanischen Spiele bestimmt ist. Es befindet sich nämlich da eine eigene Hammerreihe, die verkehrt, also von oben nach unten wirkend, in ihrer Scheide aufgehängt sind.

Auf die Spindel jedes Hammers drückt ein stählerner Winkelhebel, der wieder durch stählerne horizontale Abstrakten mit einem zweiten Winkel verbunden ist, auf dessen eines Ende jene vertikalen Stecher, von denen wir so eben sprachen, durch den oberen Theil des Piano's hinreichend drücken.

Diese Stecher liegen, wie schon erwähnt, alle in einer Reihe dicht neben einander quer über den Deckel des aufrechten Pianoforte's.

Statt der gewöhnlichen Walzen, welche in Drehorgeln eingelegt werden, hat er die Bestiftung, welche auf die Stecher wirkt, auf flachen, parallelogrammatischen Holztafeln angebracht, deren man natürlich so viele aneinander reihen kann, als man braucht, um die größte Symphonie darauf zu bringen.

Oben auf dem aufrecht stehenden Halbcottage-Piano liegen nun die Stiftchen, welche durch eiserne Abstrakten mit dem Hammer in Verbindung stehen, querüber dicht aneinander in einer Reihe.

Ueber sie werden nun die bestifteten Brettchen, mit den Stiften nach unten, nach und nach geschoben. So oft natürlich ein Stift mit einem Stecher in Berührung kommt, drückt er ihn nieder, und der Hammer schlägt dann an die Saite mit Forte, wenn die Stifte im Brettchen höher, mit Piano, wenn sie niederer sind als gewöhnlich.

Um die Brettchen fest auf die Stifte zu drücken und sie so vorwärts zu bewegen, müffen sie unter einer über den Stiften liegenden Walze durchgehen, an deren Achse sich die Kurbel befindet. Eine gewöhnliche Klaviatur mit gewöhnlichem Mechanismus macht das Piano auch für den Klavier-Spieler brauchbar." Amtlicher Bericht Über Die Industrie-Austellung Aller Völker Zu London Im 1851, p. 872

1855

PARIS - "Le piano mécanique de M. Debain a fait sensation, dès son origine. Cette invention, toute pittoresque, a conquis désormais les suffrages d'un certain public, qui, pour n'être pas tout à fait le public artistique, n'en a pas moins un sentiment très-développé de toutes les innovations heureuses.

M. Debain est un artiste d'un grand mérite, et on se plaît à rendre justice à la supériorité bien connue de ses pianos droits et harmonicordes, qui lui ont valu déjà de brillantes récompenses." Histoire illustrée de l'exposition universelle, 1855, Charles-Joseph-Nicolas Robin, 1855, p. 106

PARIS - "M. Debain a exposé un piano mécanique dont il est parlé dans la section des instrumens automatiques.

Ce facteur a, comme il a été dit à la section des orgues, exposé un instrument qui est à la fois orgue et piano, et qu'il nomme harmonicorde.

Le piano mécanique et l'harmonicorde paraissent jouir, dans cette Exposition, d'une faveur qui encouragera leur auteur à donner au monde musical quelque autre invention digne de marcher après toutes celles que l'on doit à son génie inventif." Le travail universel : revue complète des oeuvres de l'art et de l'industrie exposées à Paris en 1855, p. 602 (Gallica)

PARIS - "M. DEBAIN. L'harmonicorde.

A propos des harmoniums de M. Debain et de sa dernière invention, I'Harmonicorde qui figure à l'Exposition, nous ne nous croyons pas obligé de médire du piano, un excellent instrument et du meilleur caractère, à en juger par la longanimité avec laquelle il supporte toutes les choses désagréables qu'on dit et qu'on écrit sur son compte.

Sans doute le piano a ses défauts constatés (qui n'en a pas ? ) mais il a aussi|ses qualités, qui, pour être moins généralement reconnues, n'en sont pas moins très-réelles et très-sérieuses.

C'est l'instrument de l'harmoniste, c'est l'accompagnement du chanteur, c'est l'orchestre obéissant qui répand la joie dans nos soirées, enfin c'est l'organe populaire de la musique. Il est devenu tellement essentiel, tellement indispensable, que ceux qui ne sont pas musiciens achètent un piano pour meubler leur salon.

Le piano, d'ailleurs,-la présente exposition le démontre assez, n'a jamais cessé de travailler a son perfectionnement matériel et moral.

Le nombre des variations qu'il a subies, depuis trois quarts de siècle environ qu'il remplace le clavecin, ce nombre est vraiment fabuleux et incalculable.

Il y aurait à faire, de la simple liste de ces métamorphoses, toute une année d'éphémérides bizarres, fastidieuses même; longue revue qui ne laisserait après elle qu'une admiration d'autant plus concentrée sur les grands et vrais progrès de cette classe industrielle.

Et vraiment, à suivre la fabrication des instruments dans son histoire la plus récente, c'est-à-dire celle qui se mâle aux fastes musicaux de notre siècle, on voit plus que jamais de combien près elle touche aux progrès de la musique même la musique sublime et idéale suit presque forcément la marche de cette autre musique matérielle et palpable.

Si l'une crée des ressources, c'est pour donner satisfaction à des besoins; si l'autre invente des besoins, c'est pour utiliser des ressources. C'est dire assez quelle est l'importance de la fabrication instrumentale, sa valeur, son mérite positif, et l'accueil que la science doit faire aux essais de la pratique.

Parmi les inventions remarquables qui signalent de ce côté notre époque, il faut certainement compter l'harmonium, dont les débuts furent si difficiles, mais bientôt adopté en France, avec le mécanisme de registres qui réunit dans l'orgue plusieurs instruments en un seul.

Nous avons connu l'harmonium dès ses premiers pas dans le monde musical il bégayait alors la langue harmonieuse qu'il a parlé si aisément depuis.

Il s'appelait indifféremment accordéon, typotone, harmoniphon, physarmonica. Vivement encouragée, la nouvelle invention fit de rapides progrès. Sa vogue fut telle, que le piano, sur lequel d'ailleurs l'harmonium possédait plus d'un avantage, en fut un instant alarmé.

La guerre se déclara entre eux, et pour première conquête l'harmonium s'appropria les marteaux en même temps que le jeu brillant de son adversaire.

Cette modification, connue sous le nom de système Martin de Provins, fut suivie de diverses autres également importantes et qui fixèrent pour longtemps le système du nouvel instrument.

A ces recherches intelligentes, à ces travaux laborieux, M. Debain, est-il besoin de le dire, prit une part active; et il ne pouvait guère en être autrement, car cette voie où tant de facteurs s'élançaient à l'envi les uns des autres à la poursuite de la renommée et de la fortune, M. Debain l'avait ouverte un des premiers.

Dès 1840, cet intelligent mécanicien avait résolu Je savant système de l'harmonium et réalisé les divers perfectionnements dont l'instrument lui paraissait alors susceptible.

Cependant M. Debain rêvait mieux encore. Sans doute, il tenait le mode de percussion des lames vibrantes au moyen des marteaux du piano, pour un progrès. A l'attaque molle et pâteuse de la note, le système Martin avait substitué une attaque précise, facile et brillante.

Les notes détachées, les traits les plus rapides devenaient tout d'un coup praticables sur un instrument qui jusque-là avait dû se les interdire. L'orgue se rapprochait de plus en plus du piano et lui empruntait ses éléments d'effet et ses moyens d'exécution, sans pourtant abdiquer sa puissance propre, ses avantages et ses privilèges.

Et sans doute l'idée paraissait bonne à tous; elle est restée excellente. Toujours est-il que, par des causes qui nous échappent, la pratique vint amoindrir le résultat qu'on en espérait.

L'expérience démontra que la percussion sur les lames, en quelque sorte artificielle, ne se faisait guère sentir qu'à l'exécutant l'auditeur placé à une certaine distance n'en percevait qu'une sensation vague, indéterminée, qui, loin de donner toute satisfaction à l'oreille, provoquait au contraire le sentiment pénible d'une imperfection relative, en laissant désirer mieux ou même quelque chose de différent.

Or, ce mieux, l'harmonicorde de M. Debain nous paraît appelé à le réaliser, si le spécimen exposé par cet habile facteur n'en est déjà la réalisation complète et définitive.

Ce système a pour objet la réunion du piano à l'harmonium. La main et la tête d'un artiste de mérite s'y font sentir. L'instrument n'a qu'un seul clavier.

Par un procédé très-simple, M. Debain ajoute à la partie postérieure de l'harmonium, soit à un nouveau, soit à un ancien, une série de cordes disposées et frappées comme dans le piano droit. Il n'y a qu'une seule corde pour chaque note, ce qui permet de diminuer dos deux tiers l'appareil qui supporte le tirage des cordes et n'augmente l'épaisseur du meuble que de quatre centimètres environ.

Telle est, dans ce nouveau système, l'heureuse réunion de la lame vibrante et des cordes, que la soupape, qui fait jouer la première, semble continuer le son de la corde, et joint ainsi à l'attaque claire, instantanée des notes le prolongement rationnel des sons.

Les quatre grands jeux de l'harmonium sont mis en mouvement au moyen d'une genouillère placée à la droite de l'exécutant; la genouillère, disposée sur la gauche, lève les étouffoirs du piano.

Ce n'est, comme on le voit, que la fusion des divers moyens d'effet du piano et de l'orgue expressif, avec de sages modifications, et le tact qui a su ne tirer que le bon du médiocre.

L'accord est ménagé, soit par les vis doucos et faciles qui maintiennent la corde et la resserrent, soit par un accordage dit à pointe msuek, système qui n'exige aucune participation de l'oreille, et dont le résultat est toujours certain.

Avons-nous besoin d'insister sur les avantages que présente à l'exécutant ce nouveau système, qui, par une combinaison aussi simple qu'ingénieuse, réunit à la puissance et à la variété des sons de l'orgue le jeu brillant du piano, permet de prolonger les sons de celui-ci, de les enfler ou de les diminuer au gré ducaprice ou de l'inspiration, ou selon les nuances indiquées sur le morceau de musique.

Ces avantages ressortent assez, ce nous semble, de la définition que nous venons de donner; les artistes comprendront aisément le parti qu'ils pourront tirer d'un instrument qui n'est autre chose en réalité que le double perfectionnement de l'harmonium et du piano, l'un prêtant à l'autre ses qualités propres, et recevant, en échange, un adoucissement régulier aux défauts inhérents à son système; l'autre multipliant ses ressources naturelles par un procédé semblable, et poussant ainsi ses limites au point le plus reculé qu'elles pouvaient atteindre.

Tout l'avenir de l'harmonicorde est là.

Nous mentionnerons encore, parmi les produitsde M. Debain, des pianos mécaniques auxquels s'adaptent, au moyen de planchettes, tous les airs voulus, et dont le moindre enfant peut faire son harmonieuse récréation.

Le meuble de ce genre commandé pour l'Impératrice est une pièce superbe de marqueterie dans le style renaissance, avec des incrustations de porcelaine, devant lequel l'Empereur s'est arrêté ces jours derniers, en compagnie des voyageurs royaux qui visitent maintenant notre Exposition.

M. Debain a été l'objet d'une distinction des plus flatteuses : présenté à la reine, félicité sur l'instrument que touchait habilement M. Alfred Lebeau; et en attendant les décisions du jury, qui ne peuvent lui être moins favorables que celles des jurys étrangers, c'est un glorieux souvenir à joindre à ses nombreuses médailles, celles de Paris, en 1849; de Londres, en 1851, et les deux seules grandes que donna l'exposition de New-York, en 1853, toutes deux accordées au piano mécanique et à l'harmonicorde. A. Giacomelli." La France Musicale, 1855, p. 265-266 (Gallica)

1858

TOULOUSE - "Debain, fabricant, à Paris, a soumis à l’appréciation des amateurs et du jury: un harmonium à percussion; un hannonicorde; un piano mécanique avec planchettes de musique (système des orgues de barbarie.)" Histoire de l'exposition des beaux-arts et de l'industrie de Toulouse en 1858, 1858, p. 137 (rosalis.bibliotheque.toulouse.fr)

1862

LONDRES - "M. Debain vient ensuite, et M. Debain n'a certes pas besoin d'éloges ; ses pianos et harmoniums sont assez connus, ont une trop grande notoriété, pour qu'il soit nécessaire de les apprécier ici." La France à Londres en 1862 : revue de l'Exposition universelle du Palais de Kensington, Année 46, M. Aymar-Bression, 1862, p. 73 (Gallica)

1865

TOULOUSE - "Debain, à Paris, pianos. Diplôme d'honneur." VIIIe Exposition des Beaux-Arts et de l'Industrie à Toulouse en 1865 : Liste des récompenses, 1865, p. 29

1867

PARIS - "La foule s'est arrêtée souvent à entendre les pianos mécaniques de M. Debain, et s'est émerveillée en voyant la figure indifférente du garçon de magasin qui tournait la manivelle, tout en ayant l'air de penser à autre chose.

C'est une musique sèche, il est vrai, sans aucune expression, mais bien préférable certainement, pour les oreilles, à l'audition d'un morceau écorché par les doigts mal assurés des jeunes pensionnaires dont on est forcé de subir le talent naissant dans plus d'un salon.

Un autre avantage, c'est qu'au lieu de supplier un artiste douteux qui ne cède qu'au bout de trois quarts d'heure, on n'a qu'à faire venir un domestique qui vous fait danser à tour de bras et, avec un peu d'habitude, sans manquer la mesure.

Du reste le piano mécanique peut être joué comme le piano ordinaire, car il est muni d'un clavier. La mécanique en est même indépendante; elle peut s'enlever et se remettre à volonté." Etudes sur l'exposition de 1867 ou les Archives de l'industrie au ..., Volume 3, Eugène Lacroix, p. 224

1872

LYON - "DEBAIN — Rue Lafayette — PARIS - MEMBRE DU JURY — HORS CONCOURS - Il est, dans la carrière des arts, deux sortes d'individualités distinctes : les unes sans spontanéité, sans élan, sans initiative, se traînent dans les sentiers battus, et ne s'élèvent que rarement au- dessus de la médiocrité; les autres, c'est le petit nombre, n'acceptent pas le joug des idées toutes faites; ils planent sur les hauteurs, s'efforcent sans cesse de découvrir de nouveaux horizons, et tournent vers l'inconnu leurs désirs enthousiastes.

Ce que nous disons des arts en général s'applique spécialement à la facture instrumentale.

Nulle part la concurrence n'est plus active ; mais, il faut le dire, les hommes d'une portée vrai- ment sérieuse ne forment qu'une imperceptible minorité. Les nullités, les plagiaires abondent; mais il est facile de compter les inventeurs réellement distingués.

M. DEBAIN a, depuis longtemps, marqué sa place parmi ces hommes d'élite. —Par ses belles découvertes, par son dévouement à la cause de l'art, par ses sacrifices incessants, il a une physionomie à part.

M. DEBAIN a envoyé à l'Exposition de Lyon quelques-uns de ses magnifiques harmoniums, instruments dont il est on le sait l'inventeur, et qui sortent de ses immenses et splendides ateliers de Saint-Ouen, où travaillent presque constamment 500 ouvriers.

Mais il était évident pour tous, que M. DEBAIN serait désigné pour être, encore une fois, membre du Jury ; en effet, il a été l'un des membres du Jury de la section, et qui plus est son président, et, naturellement, ses produits ont été classés Hors concours. Grand prix de Rome, M. DEBAIN est chevalier de la Légion d'honneur et décoré de plusieurs ordres étrangers. Partout ses inventions ont obtenu un immense succès.

En résumé, M. DEBAIN a conquis une position considérable, et, chose rare, il l'a obtenue sans intrigue, sans autres ressources que son intelligence, son travail et son activité. Il a créé une industrie nouvelle qui rend à l'art musical d'éminents services, qui occupe aujourd'hui en France plus de trois mille ouvriers et donne lieu à des opérations s'élevant par années à plusieurs millions.

— Le mérite et l'utilité des inventions dont il a doté le pays, l'influence dont il jouit, la considération et les sympathies qui l'entourent, les relations de plus en plus étendues que sa maison a établies dans toutes les parties du monde, sont des faits dont les efforts de la médiocrité et de l'envie ne sauraient affaiblir la portée." Les merveilles de l'industrie à l'Exposition de Lyon, MM. Henry de Lagorce, Ernest Fontès et Georges Baretti, 1872, p. 316 (Gallica)

DEBAIN
sur ce site

 
EXPOSITIONS

ARTICLES

INVENTIONS

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez en bas de la page
pianos français 1830 - 1839


 © Copyright all rights reserved | contact