home | Facteurs de pianos en France


 

BURGASSER
à Paris (°1887)

1888

 UNE GRANDE MANUFFACTURE DE PIANOS À PARIS

"Il existe, à Paris, un très grand nombre de manufactures de pianos (on a dit 300, avec quelque exagération sans doute).

Qui pourrait en être surpris ?

Est-il au monde un centre de civilisation où le sens artistique soit plus développé que dans le centre de la France, où la musique, en particulier, soit entrée d'une façon plus intime dans les habitudes des familles, où le piano, par conséquent, cette espèce de résumé de toute la théorie et de toute la pratique musicale, cet instrument essentiel de tous les compositeurs aussi bien que des simples amateurs, soit devenu, plus qu'à Paris, une annexe nécessaire de presque tous les mobiliers, un élément indispensable de toutes les réjouissances ?

Aussi, quelque nombreuses que soient nos manufactures de pianos, c'est il peine si elles suffisent aux besoins musicaux de la population, et il est résulté de la concurrence, en même temps que de très remarquables progrès dans l'exécution des instruments, une grande variété de procédés qui ont abouti à la création de véritables écoles entièrement distinctes, poursuivant chacune un idéal différent par des méthodes parfois contradictoires.

Or, il existe, parmi nos facteurs de pianos, une personnalité qui s'est préoccupée de très bonne heure de cette diversité de directions qui fut au début une des formes du progrès, qui pouvait devenir plus tard une cause d'incohérence, en supprimant cette unité du but général qui constitue la force d'une grande industrie nationale.

Cet homme, favorisé dans ses projets par les hasards de son éducation spéciale et par l'esprit éclectique dont la nature l'a gratifié, rêva de bonne heure, dans l'industrie du piano, une sorte de concentration qui lui permettrait de résumer, dans sa fabrication, Lotis les avantages des divers systèmes en usage, et dans ses intruments, toutes les qualités réalisées par les grandes manufactures.

Le public parisien est en état de juger aujourd'hui jusqu'à quel point M. L. Burgasser, l'un des chefs actuels de la maison De Prouw-Aubert, 33 et 35, boulevard du Temple, a réalisé le grand projet dont l'expérience de sa vie tout entière lui avait fait désirer la réalisation.

Né le 4 janvier 1853, M. L. Burgasser, en effet, entra de très bonne heure comme apprenti dans les ateliers de la maison Ph. Henri Herz et y travailla, pendant quatre ans, sous la direction de M. Marius Knust, contre-maître en chef (qui du reste fut décoré de la Légion d'honneur pour ses travaux remarquables).

M. Burgasser fut ensuite admis dans la maison Pleyel-Wolff, et y séjourna plusieurs années, au grand bénéfice de son instruction spéciale.

Plus tard, le désir de s'initier aux procédés d'une autre grande maison le décida à accepter, dans la manufacture De Prouw-Aubert, les fonctions d'accordeur-égaliseur.

Il avait, cette fois, trouvé sa voie définitive.

Dans cette maison dont la fondation remonte à l'année 1846, et qui, très modeste à ses débuts (elle n'occupait alors que cinq ouvriers), avait passé courageusement par toutes les épreuves qui préparent un grand avenir, qui avait réalisé un à un tous les progrès, disputé tous les succès à ses concurrents de France et des pays étrangers, M. L. Burgasser étudia avec un soin passionné tous les desiderata de la fabrication, s'attacha à tout perfectionner, à combler toutes les lacunes, dans les limites de ses attributions, montra une capacité qui lui fit confier les fonctions de chef d'atelier pour la construction des tables d'harmonie, et plus tard, en 1885, celles plus délicates et plus difficiles de contre-maître en chef.

Son influence se développait à mesure qu'il montait en grade, et enfin, au commencement de la présente année, il a succédé, avec M. Theilmann, aux chefs de la maison, il est devenu tout à fait maître de donner à la grande entreprise la direction qu'il j ugerait la plus propre à réaliser les arges vues qu'il avait conçues depuis si longtemps.

Devenu chef d'industrie, il s'est attaché à la fois à développer les qualités des instruments déjà si renommés de la maison De Prouw-Aubert, et à réduire leur prix aux dernières limites du bon marché, tout en continuant à délivrer à ses nombreux clients des garanties pour vingt ans, suivant l'usage si loyal adopté par ses prédécesseurs.

Il ne faut pas croire, du reste, qu'en devenant chef de maison M. Burgasser ait cru devoir renoncer à la surveillance qu'il exerçait autrefois en qualité de chef d'atelier.

 

 

PIANOS DE LA MAISON DE PROUW-AUBERT, 33 et 35, Boulevard du Temple,
Le Panthéon de l'industrie :
journal hebdomadaire illustré, 18/03/1888
, p. 61-62 (Gallica)

Il n'a vu, dans sa nouvelle situation, qu'une raison pour étendre cette surveillance féconde à tous les détails de la fabrication, dont il vient d'accepter la responsabilité tout entière, et s'est même refusé, pour se réserver les privilèges et les charges de cette responsabilité, à vendre absolument aucun autre instrument que ceux qui sortent de ses propres ateliers.

Dans un autre but, dont aucun de nos lecteurs ne méconnaîtra ni le caractère ni la portée, il a décidé qu'on n'occuperait, dans sa manufacture, que des ouvriers français, et a fermé sa porte, notamment, à tous lês ouvriers allemands, dont la concurrence lui paraît nuisible aux légitimes intérêts des travailleurs français, et dont la présence, dans un avenir qui n'est peut-être pas bien éloigné, pourrait constituer pour le pays un véritable danger.

Aucun de ceux qui se rappellent l'expérience douloureuse du passé ne sera tenté d'accuser d'exagération le patriotisme de M. Burgasser. - Louis THIBOU." Le Panthéon de l'industrie : journal hebdomadaire illustré, 18/03/1888, p. 61-62 (Gallica)


DE PROUW-[AUBERT]
sur ce site

 
EXPOSITIONS

Cliquer sur le lien ci-dessus.


BURGASSER
sur ce site

 
EXPOSITIONS
ARTICLES

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références sur BURGASSER
voyez en bas de la page
pianos français 1875 - 1899

Pour les références sur DE PROUW-AUBERT
voyez en bas de la page
pianos français 1840 - 1849


 © Copyright all rights reserved | contact