home | Facteurs de pianos en France


 

BOISSELOT
à Marseille (°1827)

1837

"L'Académie Royale des Beaux-Arts vient d'adopter, à l'unanimité, un rapport fait au nom de la section de musique, par M. Berton, l'un de ses membres, sur un petit piano à queue de MM. BOISSELOT, père et fils, facteurs et éditeurs de musique à Marseille.

Ces deux habiles facteurs ont les premiers émancipé la province du joug de la fabrique parisienne, en y faisant établir des instrumens qui, par l'élégance et la commodité de la forme, jointe à une qualité de son admirable, sont dignes de rivaliser avec les pianos des premières fabriques de la capitale.

Nous avons voulu visiter et toucher nous-même le petit piano à queue de MM. Boisselot, et nous osons leur prédire qu'ils obtiendront bientôt un succès d'autant plus grand que leur délicieux et sonore instrument résout en lui ce problème si difficile pour toutes choses nouvelles : la réunion de la qualité et du meilleur marché possible.

Nous engageons nos jolies lectrices à visiter elles-mêmes cet élégant instrument. Il est exposé tous les jours, de deux à quatre heures, dans les salons de M. Le Sueur, rue Méhul, n. 2." Le Ménestrel, 28/05/1837, p. 4

1838

"La maison BOISSELOT et fils jeta la première, en 1829, à Marseille, les fondemens d'une industrie nouvelle, en créant des ateliers pour la fabrication des pianos, établissement qui a fait eu peu de temps: des pas immenses et qui marche aujourd'hui l'égal, pour ses produits,avec les établissemens les plus en renom dans les capitales du monde, civilisé.

Le siège en est aujourd'hui boulevard des Parisiens, n° 56, et le magasin n° 2, rue Saint-Ferréol, lui sert de succursale ou d'annexé.

C'est là que se confectionnent et se débitent des pianos de tous formats, pianos verticaux ou carrés, pianos à queue réduits à deux cordes, conséquemment d'un plus petit volume,: dont le son et la qualité sont supérieurs en douceur, au son, et à la qualité de son des pianos à trois cordes, semi-pianos qui réunissent au mérite, dont il vient d'être parlé celui d'être, plus solides, plus durables, de observer l'accord plus longtemps en même temps que leur prix est moins élevé.

Veuillez observer, Messiéurs, que cette facture n'est point une imitation servile.

Elle est l'oeuvre des conceptions heureuses, de MM. BOISSELOT père et fils; elle leur à valu de nombreux amis. Dans un concours ouvert à Toulouse, en 1835, concours où figuraient plusieurs des principaux fabricans de Paris et de la province, nos compatriotes remporterent le premier prix.

Déjà en 1834, à Paris, au sein de l'exposition nationale et sur 56 concurrens, la quatrième palme leur, avait été décernée, obtenu sur le rapport du ministre de l'ultérieur, a clé le prix du perfectionnement remarquable introduit dans la fabrication d'un instrument dont l'usage est singulièrement répandu dans la société.

Nous allons maintenant chercher à connaître quels sont les élémens divers de cette nouvelle branche d'industrie manufacturière dont jouit la ville de Marseille.

Et d'abord, quant au personnel des ateliers de MM. Boisselot père et fils, nous trouvons qu'il se compose de 60 ouvriers dont le salaire est de 3 fr. 50 c. jusqu'à 10 fr. par jour, selon l'aptitude et la capacité de chacun d'eux, et qui donne une moyenne de 6 fr, 50, qui élève par jour le salaire de ces 60 ouvriers à 390 fr., à 11,700 fr. par mois, enfin à 140,400 fr. par an.

Les principaux matériaux de la fabrication, tels que bois d'essences diverses, cuivres, fer, peaux, draps, etc., etc., sont tirés simultanément de France et des pays étrangers. [...] " Répertoire des travaux de la Société de statistique de Marseille, 1838

1845

"De même, un établissement où l'on fabrique des pianos peut être considéré, lorsqu'il se compose de plusieurs ateliers distincts, occupés par un grand nombre d'ouvriers, comme constituant une manufacture, et par suite être exemple de la contribution des portes et fenêtres. — Cons. d'état, 8 avr. 1840, Boisselot." Journal du Palais. Répertoire général contenant la jurisprudence de 1791 à 1845, Tome 4, 1845-47, p. 349

1855

"PIANOS DROITS ET A QUEUE DE MM. BOISSELOT ET FILS DE MARSEILLE. Cette maison, fondée depuis vingt-cinq années s'est élevée depuis longtemps au premier rang, et lutte aujourd'hui avec succès contre les principaux facteurs de l'Europe, tant par la qualité irréprochable de ses produits, que par la quantité de ses exportations.

La maison BOISSELOT et fils a obtenu deux médailles d'or, la première en 1844 et la seconde en 1849." Le palais de l'industrie universelle : ouvrage descriptif ou analytique des produits les plus remarquables de l'exposition de 1855, p. 356

1858

BOISSELOT en 1858 :

"Pour les pianos à queue.
Le semi-piano à 2 cordes 6 octaves.
Petit piano à 2 cordes 6 oct.½ .
Grand piano à 3 cordes 6 oct.1 2.
Id. id. 3 6 oct.3 4.

Pour les pianos carrés.
Pianos carrés à 3 cordes 6 octaves.

La maison ne fabriques plus de pianos carrés que sur demandes spéciales, elle a abandonné complètement la fabrication du piano à 2 cordes. Elle a commencé à introduire dans ses produits le piano vertical dès 1836.

De toutes ces modifications qui attestent une activité et une ardeur de recherches remarquables, est résultée la fabrication actuelle qui se compose des modèles suivants que nous classons sans tenir compte des modifications purement de luxe ou d'agrément qui n'influent en rien sur la qualité de l'instrument.

. Pianos à queue.
Piano de salon à 3 cordes 7 octaves.
Id. à queue de concert 3 cor. 7 oct.

. Pianos obliques.
Pianos obliques ordinaires 3 cordes 7 oct.
Id. id. mécanisme perfectionné 3 cord. 7 oct.
Id. grands obliques 3 cord. 7 oct.

. Pianos droits.
Ordinaires 3 cordes 7 oct.
divers instruments, qu'elle fabrique d'après le prix courant suivant qu'elle nous a communiqué.

Pianos droits n° 1 800 à 850 fr.
Id 2 900 950
Piano oblique 3 1,000 1,100
id. 4 1,000 1,200
Grand oblique 5 1,300 1,400
Piano à queue 6 1,600 17,00
Piano de concert 7 2,200 2,400


L'établissement prépare de plus des instruments spéciaux pour les pays d'outre-mer, présentant une combinaison particulière des bois et des armatures en fer nécessitée par le climat des Colonies. Les produits de cet établissement s'écoulent de la manière suivante: Un quart en France, trois-quarts à l'exportation."
Revue de Marseille et de Provence, 1858

1870

"A céder de suite pour cause de santé, dans une des grandes villes du Midi, un Magasin de musique, Pianos et toute sorte d'Instruments, fondé, en 1839, par feu Boisselot père.

S'adresser, pour les renseignements, au bureau du journal." Revue et gazette musicale de Paris, Volume 37, 10/04/1870, p. 119

1902

"E. SUQUET, 81, boulevard Notre-Dame, Marseille. - Pianos Boisselot, modèles spécialement construits après 15 ans d'expériences sur la côte d'Afrique." Guide pratique de l'Européen dans l'Afrique occidentale, 1902, p. 460 (Gallica)

1906

"MANUFACTURE MARSEILLAISE DE PIANOS
Société Anonyme. — Capital : 530.000 Francs
PIANOS BOISSELOT
Téléph. 11.71 - Usine à Vapeur et Siège Social : 81, Boulevard Notre-Dame, 81 - Télph. 11.71
SEULS DÉPOSITAIRES POUR LA RÉGION DES CÉLÈBRES PIANOS STEINWAY & SONS
Magasin de Vente : 26, RUE MONTGRAND, 26 - Télph. 17.29
VENTE - LOCATIONS - ACCORDS - ECHANGE
Réparations en Fabrique de Pianos de tous Facteurs
MUSIQUE FRANÇAISE ET ÉTRANGERE - Grand Abonnement
SALLES D'AUDITIONS ET D'ETUDES." Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1906, p. 854 (Gallica)

1907

"BOISSELOT. Manufacture Marseillaise de Pianos. Agent à Paris : A. Fusella, r. de Maubeuge, 62. Adresser la correspondance à Marseille, boul. Notre-Dame, 81." Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, 1907, p. 2492 (Gallica) - Voir FUSELLA, représentant pour Paris


BOISSELOT
sur ce site

ARTICLES

INVENTIONS

PUBLICITÉ

EXPOSITIONS

BIOGRAPHIE

Cliquer sur les liens ci-dessus.

Pour les références voyez en bas de la page
pianos français 1800 - 1829


 © Copyright all rights reserved | contact